Observatoire français des tornades et orages violents

Les orages venteux en France

Les orages produisent périodiquement en France de violentes rafales de vent, qui peuvent dépasser 200 km/h dans les cas les plus extrêmes. Ce risque est présent toute l'année et concerne l'ensemble du pays, mais il prend des formes différentes selon les saisons.

Les rafales convectives non organisées

Dès lors qu'ils évoluent dans un contexte synoptique venteux (typiquement au passage d'un système dépressionnaire bien creusé), les orages sont susceptibles de produire de fortes rafales de vent en de nombreux points de leur trajectoire. De manière assez classique, les orages provoquent alors des accentuations localisées de la vitesse du vent, en ajoutant un caractère convectif à des rafales de vent déjà soutenues par ailleurs.

Ainsi, on rencontre fréquemment ces orages venteux au sein des traînes actives associées aux coups de vent et tempêtes de la saison froide. Ces fortes rafales sous orages sont également assez courantes lors des dégradations orageuses estivales, notamment à l'approche d'un front froid. La chute de température au passage des cellules orageuses est alors souvent marquée.

La carte ci-dessous à gauche présente les rafales convectives supérieures à 90 km/h recensées par Keraunos au cours de la décennie 2011-2020. On remarque que toutes les régions sont concernées par ces phénomènes, aussi bien sur les reliefs qu'en plaine, et autant en zone littorale que dans l'intérieur des terres. On note par ailleurs qu'il s'en produit toute l'année, avec un pic de fréquence entre janvier et mars d'une part (lors des épisodes dépressionnaires avec traîne active), et entre juin et août d'autre part (soit pendant les mois les plus chauds et les plus instables).

 

Vignette d'illustration des orages en France Vignette d'illustration des orages en France

Les microrafales

Contrairement aux rafales non organisées (ci-dessus), les microrafales se distinguent par leur concentration spatiale et par une très forte composante verticale, qui se manifeste par un écrasement de vents violents et divergents au niveau du sol (en savoir plus sur les microrafales). Les conditions nécessaires à leur formation sont spécifiques, ce qui en fait un phénomène à très forte prédominance estivale en France. Ainsi, le mois de juillet regroupe à lui seul un tiers des microrafales recensées en France. A l'inverse, les microrafales sont très rares en France durant la saison froide.

Leur répartition géographique est assez homogène sur notre territoire, à l'exception des zones littorales qui présentent une fréquence sensiblement plus réduite que dans l'intérieur des terres.

>>> Les plus fortes microrafales observées en France produisent parfois des rafales de vent supérieures à 180 km/h. On retient ainsi notamment la microrafale d'Honnechy et du Cateau-Cambrésis, dans le Nord, le 27 juillet 2013, dont les plus fortes rafales ont été estimées proches de 200 km/h. Ou encore la microrafale de Levroux, dans l'Indre, le 21 mai 2014, avec des pointes évaluées à 180 km/h.

Vignette d'illustration des orages en France Vignette d'illustration des orages en France

Les macrorafales

Les macrorafales se déclenchent dans des profils de masse d'air voisins de ceux qui donnent naissance aux microrafales, mais dans un contexte synoptique qui est généralement plus dynamique (en savoir plus sur les macrorafales). Dès lors, les deux phénomènes présentent une climatologie assez similaire, et partagent notamment une très forte prédominance estivale. Leur répartition géographique est également assez voisine, avec une fréquence sensiblement plus marquée dans l'intérieur des terres. On note par ailleurs des occurrences plus élevées de l'Aquitaine jusqu'à la Lorraine, soit sur l'axe le plus régulièrement concerné par des dégradations orageuses de grande ampleur en flux de sud-ouest dynamique et instable.

>>> Les macrorafales les plus puissantes recensées en France à ce jour ont été observées le 11 juillet 1984, avec des pointes estimées entre 220 et 250 km/h dans les environs d'Escles et de Hennecourt, dans le département des Vosges. Les dommages observés lors de cet épisode extrême furent considérables.

Vignette d'illustration des orages en France Vignette d'illustration des orages en France

Les derechos

Les critères qui définissent un derecho sont multiples et nécessitent une analyse précise afin d'en assurer une classification conforme. D'une manière générale, ils désignent les épisodes orageux qui se distinguent par une production de rafales descendantes particulièrement durable, forte et étendue (en savoir plus sur les derechos). Ces épisodes de très grande ampleur sont peu fréquents en France, mais il s'en produit néanmoins périodiquement. Ils sont souvent à l'origine d'importants dégâts et peuvent causer des victimes.

Il est à noter que si les derechos sont plus fréquents en France en période estivale, il peut également s'en produire en saison froide, comme ce fut le cas lors du derecho du 25 janvier 2014 ou lors du derecho du 2 mars 2016 qui, tous deux, concernèrent le nord de la France.

Parmi les derechos de saison chaude, on se souvient notamment des épisodes suivants au cours des années récentes :

>>> derecho de la nuit du 26 au 27 juillet 2013 entre Aquitaine et nord de la France,

>>> derecho du 8 août 2014 entre Pyrénées et delta du Rhône,

>>> derecho du 16 septembre 2015 entre Bourgogne, Lorraine et Benelux,

>>> derecho du 29 avril 2018 entre Bourgogne, Champagne et Ardennes.

 

Dommages causés par de violentes rafales de vent lors du derecho du 29 avril 2018, à Guignicourt-sur-Vence (Ardennes).

 

A voir aussi

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK