Observatoire français des tornades et orages violents

Macrorafale en Limagne brivadoise (Haute-Loire) le 18 juillet 2015

Une dégradation orageuse a généré une puissante macrorafale dans le Brivadois (Haute-Loire) le 18 juillet 2015 en début d'après-midi.
 
Macrorafale dans le Brivadois (Haute-Loire) le 18 juillet 2015
Pylône à haute tension abattu au hameau de Rilhac, commune de Vergongheon. © Mon 43
 
 
Une puissante macrorafale a frappé plusieurs communes de la région de Brioude, en Haute-Loire, le 18 juillet 2015 vers 14h30 locales. Cette macrorafale, associée à une cellule orageuse très virulente, précède d'une heure trente seulement une seconde macrorafale survenue 70 kilomètres à l'est, et issue du même système orageux.
 
 

Principales caractéristiques de la macrorafale

Macrorafale dans le Brivadois (Haute-Loire) le 18 juillet 2015* intensité maximale : vents estimés entre 150 et 180 km/h
* superficie touchée estimée : 30 km² (jusqu'à 6 kilomètres de largeur pour la partie la plus intense)

* communes traversées : BOURNONCLE-SAINT-PIERRE, VERGONGHEON, COHADE, AZÉRAT, AUZON, VÉZÉZOUX
* département : HAUTE-LOIRE (43)
* altitude moyenne du terrain : 450 mètres
* type de terrain : territoires agricoles, forêt et milieux semi-naturels
 
* principaux dégâts : nombreux arbres abattus ou brisés net ; 4 pylônes métalliques supportant une ligne à haute tension couchés ; tournesols brisés net ; maïs couchés ; toitures partiellement arrachées et cheminées emportées ; hangars agricoles endommagés ; un trampoline de grande dimension emporté par le vent ; plusieurs lignes électriques à terre ; ballots de paille déplacés et traînés par le vent
 
 

Trajectoire de la macrorafale et localisation des dommages

Les investigations réalisées par Keraunos, complétées par des témoignages et des informations issues de la presse locale, permettent de conclure à un phénomène de macrorafale dans la plaine de l'Allier, au Nord/Nord-Ouest de Brioude, soit sur une superficie d'environ 30 km². Localement, les dommages sont observés sur un front de 6 kilomètres. Le secteur le plus touché par cette macrorafale se concentre entre Cohade (hameau d'Ouillandre) et Vergongheon (hameau de Rilhac), où l'on peut suspecter un probable phénomène de rotor microburst compte tenu de la présence d'une zone concentrée de dégâts plus sévères et extrêmement délimités.

Sur l'ensemble de la trajectoire frappée par la macrorafale, aucun axe de convergence, ni aucun élément permettant d'identifier le passage d'une tornade n'a pu être mis en évidence. Les dommages observés, par leur organisation et leurs caractéristiques, sont typiques de ceux produits par des rafales descendantes. Ailleurs sur le département, de fortes rafales sous orage ont également été observées, mais sans commune mesure avec ce qui a été observé sur cette partie de la Limagne brivadoise.
 
La carte ci-dessous synthétise l'épisode venteux et les principales communes touchées sur une trajectoire d'environ 5 km, et selon un axe de déplacement de l'Ouest vers l'Est :
 
Macrorafale de Vergongheon (Haute-Loire) du 18 juillet 2015. Plage de couleur rose : superficie principalement touchée par de fortes rafales de vent. Plage de couleur rouge : dégâts sévères et rafales estimées entre 150 et 180 km/h. Au-delà du périmètre délimité : rafales linéaires également observées mais dégâts moins importants. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)

© Keraunos (fond de carte : oportail)

 
 

Quatre pylônes électriques abattus

La macrorafale de Vergongheon a produit des dégâts significatifs exclusivement en zone rurale, ce qui a eu pour effet de limiter les dommages sur les habitations, même si certaines ont été endommagées. Les dommages les plus sévères sont observés dans le périmètre du hameau de Rilhac, commune de Vergongheon : quatre pylônes métalliques supportant une ligne à haute tension ont été pliés ou couchés par le vent. Ailleurs dans la plaine, de nombreux arbres ont été abattus ou brisés net. Des champs de maïs ont été couchés par le vent, et des pieds de tournesols brisés sur certaines parcelles. Des ballots de paille, dont la masse peut être estimée autour de 250 kg, ont même été traînés ou roulés par le vent et précipités dans des fossés. De tels dommages sont observés lors de rafales descendantes dont les vitesses de vent sont comprises entre 150 et 180 km/h.
 
Dans les autres communes frappées par la macrorafale, les rafales sont plutôt estimées entre 120 et 150 km/h.
 
Il est également à noter que de fortes chutes de grêle ont accompagné cet orage.
 
Macrorafale en Limagne brivadoise (Haute-Loire) le 18 juillet 2015. Arbres feuillus adultes abattus, principalement le long de la D16. © Mon 43     Macrorafale en Limagne brivadoise (Haute-Loire) le 18 juillet 2015. Branches brisées. © Mon 43     Macrorafale en Limagne brivadoise (Haute-Loire) le 18 juillet 2015. Arbres feuillus adultes abattus, principalement le long de la D16. © Mon 43     Macrorafale en Limagne brivadoise (Haute-Loire) le 18 juillet 2015. Champs de maïs couchés et écrasés par le vent. © La Montagne
                                                         © Mon 43                                                                                           © La Montagne
 
Macrorafale en Limagne brivadoise (Haute-Loire) le 18 juillet 2015. Ballots de paille traînés ou roulés par la puissance du vent. © La Montagne     Macrorafale en Limagne brivadoise (Haute-Loire) le 18 juillet 2015. Trampoline emporté par le vent. © Mon 43     Macrorafale en Limagne brivadoise (Haute-Loire) le 18 juillet 2015. Pylône électrique d'une ligne à haute tension plié par le vent au hameau de Rilhac, commune de Vergongheon. © Mon 43     Macrorafale en Limagne brivadoise (Haute-Loire) le 18 juillet 2015. Lignes électriques rompues. © Mon 43
© La Montagne                                                                                      © Mon 43                                                         
 
 

Analyse des conditions météorologiques

La macrorafale qui a balayé les environs de Bournoncle-Saint-Pierre vers 14h30 locales a été produite par une cellule orageuse très active, dont les premiers développements sont identifiés vers 13h30 locales sur le nord du département du Cantal, en extrémité sud d'un petit ensemble de cellules orageuses organisées en pseudo-ligne. Entre 14h00 et 15h00 locales, cette cellule présente de très fortes réflectivités et longe les frontières nord de la Haute-Loire, en adoptant un déplacement vers l'ENE, soit sur la droite du vent moyen. C'est à ce moment-là qu'elle produit une virulente macrorafale.
 
Comme le montre le champ ci-dessous à gauche, issu du modèle WRF 7 km France, un rapide flux de sud-ouest est en position ce samedi 18 juillet 2015 sur la France, en altitude, à l’avant d’un thalweg modérément dynamique qui approche par l’Atlantique. Le département de la Haute-Loire et ses environs se trouvent dans une configuration d'entrée droite de courant-jet. En même temps, en basses couches, le flux véhicule un air particulièrement chaud et très humide (thêta’w > 22°C à 850 hPa), entre Pyrénées, Massif Central et Alpes (ci-dessous à droite) :
 
Vent moyen 250 hPa et Z250, le 18 juillet 2015 à 16h locales. Modèle WRF 7 km France. Run du 18.07.2015 00Z. © KERAUNOS              Thêta'w et vent moyen 850 hPa, le 18 juillet 2015 à 16h locales. Modèle WRF 7 km France. Run du 18.07.2015 00Z. © KERAUNOS.
 
 
Les profils verticaux sont par conséquent très fortement instables durant l'après-midi aux abords de la Haute-Loire. Des valeurs de MUCAPE proches de 3.000 J/kg sont en position sur la zone, avec des MLLI qui s'abaissent sous les -5 K :
 
MUCAPE et MULI, le 18 juillet 2015 à 16h locales. Modèle WRF 7 km France. Run du 18.07.2015 00Z. © KERAUNOS.              MLCAPE et MLLI, le 18 juillet 2015 à 16h locales. Modèle WRF 7 km France. Run du 18.07.2015 00Z. © KERAUNOS.
 
 
L'ensemble assure dès lors un contexte favorable à la formation de structures supercellulaires, comme en témoigne l'indicateur "Supercell Composite Parameter", présenté ci-dessous à gauche dans une formulation légèrement modifiée par rapport à celle utilisée par le Storm Prediction Center américain. L'analyse des champs produits par le modèle à très haute résolution WRF 1 km France montre que ce système orageux s'est constitué sur une ligne de convergence mobile particulièrement humide, avec des contenus en eau précipitable qui dépassent 50 mm :
 
Supercell Composite Parameter, le 18 juillet 2015 à 16h locales. Modèle WRF 7 km France. Run du 18.07.2015 00Z. © KERAUNOS.           Eau précipitable et vent moyen 10 m, le 18 juillet 2015 à 17h locales. Modèle WRF 1 km France. Run du 18.05.2015 12Z. © KERAUNOS
 

Coupure de presse

Le quotidien régional La Montagne revient sur les intempéries qui ont frappé la région dans son édition du 19 juillet 2015. Le témoignage d'un habitant d'Ouillandre est tout à fait explicite quant à la nature du phénomène : 
 
« On n'y voyait pas à trois mètres ! »

« Ça a commencé par des petits grêlons, puis des gros. Et d’un coup, il y a eu le vent ». Cet agriculteur d’Ouillandre est resté coincé de longues minutes dans sa voiture alors qu’il tentait de la mettre à l’abri de la grêle. Dans sa ferme, une cheminée a été emportée, le toit de la maison et les tôles du hangar ont été arrachés… « On n’y voyait pas à trois mètres. Quand ça arrive chez les autres, on ne se rend pas compte… C’était vraiment impressionnant. » La ligne à haute tension est tombée sur la moyenne tension : 175 foyers étaient ainsi privés d’électricité à Rilhac, au Monteil, à Lubières (commune de Vergongheon) et à Ouillandre (Cohade). Le technicien de RTE (Réseau de transport d'électricité) ne se souvenait pas d'avoir vu cela depuis la tempête de 1999.

 



Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Politique de confidentialité OK