Observatoire français des tornades et orages violents

Tornade EF2 à Saint-Mandrier-sur-Mer (Var) le 15 octobre 1966

Le 15 octobre 1966, une tornade d'intensité modérée (EF2), issue d'une trombe marine, traverse la presqu'île de Saint-Mandrier, commune de Saint-Mandrier-sur-Mer (Var). La trajectoire du phénomène est retracée par le maire de la commune.
 
Il est à noter que la commune avait déjà été frappée par une tornade EF1 le 1er décembre 1924, quasiment au même endroit. 
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Saint-Mandrier-sur-Mer (83) du 15 octobre 1966* intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 1 kilomètre (sur terre)
* largeur moyenne : 50 mètres

* commune traversée : SAINT-MANDRIER-SUR-MER (plage de la Coudoulière, quai Séverine)
* département : VAR (83)
* altitude moyenne du terrain : 8 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, forêt et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : bouquet de pins maritimes plus que centenaires cassés en leur milieu; toitures endommagées ou enlevées; cheminées effondrées et antennes arrachées; deux toitures soulevées; caravane de 800 à 1000 kg enlevée et emportée à 80 mètres (elle a été retrouvée brisée en miettes); amandier plus que centenaire arraché et emporté sans qu'on n'en ait trouvé trace

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF2 de Saint-Mandrier-sur-Mer (Var) du 15 octobre 1966. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

La presqu'île traversée de part en part

La tornade de Saint-Mandrier-sur-Mer du 15 octobre 1966, issue d'une trombe marine, traverse la presqu'île du sud/sud-est au nord/nord-ouest, sur sa partie la moins large.
 
Louis Clément, maire de la commune, livre le témoignage suivant à Jean Dessens, qui a permis d'identifier l'intensité du phénomène et son sens de propagation : "Le temps était très nuageux avant la tornade ; le ciel était noir et il y avait des éclairs et un tonnerre continuellement. Le sens de propagation de la tornade était du Sud au Nord-Ouest, sur une largeur de 50 mètres.
 
Un bouquet de pins maritimes plus que centenaires ont été cassés en leur milieu ; ils présentent l'aspect de troncs d'arbres d'abord tordus et ensuite cassés. La tornade a continué son chemin en ligne droite sur 1 kilomètre. Des toitures ont été enlevées ou endommagées. Toutes les cheminées en bas, surtout celles sur lesquelles étaient accrochées des antennes ont été renversées. Toutes les antennes ont été tordues ou arrachées. On a remarqué 2 toitures soulevées et un plafond décroché.
 
Quai Séverin, vers la fin du passage, une caravane du poids de 800 à 1000 kg a été enlevée et emportée à 80 mètres de là, où on l'a retrouvée brisée en miettes. Enfin, dans une propriété, un amandier plus que centenaire a été arraché et emporté ; on ne l'a pas retrouvé ; il a dû tomber dans les terrains militaires à 200 mètres de son point de départ. Le cataclysme a duré en tout 5 à 6 secondes."
 
Les dégâts observés relèvent d'une intensité EF2, principalement en raison de fortes projections à distance

NB : Ce cas a pu être documenté grâce à une collaboration entre Keraunos, François Paul (Climat-Energie-Environnement) et Jean Dessens (Anelfa).

En savoir plus sur les tornades



Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Politique de confidentialité OK