L'année 2020 a présenté une activité tornadique supérieure à la normale, fortement concentrée sur les régions côtières.

32 tornades dont 1 d'intensité significative

En 2020, ce sont 32 tornades qui ont été recensées sur le territoire français, parmi lesquelles on compte :
+ 20 tornades d'intensité EF0,
+ 11 tornades d'intensité EF1,
+ 1 tornade d'intensité EF2,
+ 0 tornade d'intensité EF3 à EF5.
 
Ce bilan ne considère que les cas dont l'expertise a pu démontrer avec certitude la nature tornadique. Les cas de tornades probables mais non certaines ne sont donc pas pris en compte ici, dans la mesure où ils pourraient fausser l'analyse climatologique du phénomène.
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades sur notre continent, tout en étant cohérente avec les standards établis en Amérique du Nord. Cette méthode présente par ailleurs l'avantage d'être valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé.



Tornade EF0 à Bessens (Tarn-et-Garonne) le 27 juin 2020. © Elodie Mortier

On compte par ailleurs une multitude de phénomènes venteux destructeurs. Souvent rapportés comme tornades par des sources diverses (medias, sites d'information,...), ils sont en réalité des phénomènes différents - le plus souvent des rafales descendantes, parfois sous forme de microrafales ou de macrorafales.
 
A noter également 16 événements qui n'ont pu être classifiés malgré les investigations réalisées : les dommages, généralement très localisés, ne présentent pas de caractéristiques suffisamment explicites pour mettre en évidence une nature tornadique ou, à l'inverse, linéaire. Tous ces événements n'intègrent donc pas la liste des tornades référencées ni, a fortiori, le présent bilan. Ils peuvent toutefois être consultés dans la base de données générale.

Ce chiffre est-il élevé ?

Avec 32 tornades réparties sur 20 jours, 2020 ressort comme une année supérieure à la normale en matière d'activité tornadique pour la France. Elle fait suite à quatre années qui, pour leur part, avaient présenté une activité tornadique proche de la normale.
Pour le moment, c'est l'année 2014 qui conserve son statut d'année la plus tornadique en France depuis le début des années 2000 ; de fait, jamais un nombre aussi élevé de tornades n'avait été recensé en une seule année en France.
 
 
NB : malgré les progrès réalisés dans le recensement des tornades au cours des deux dernières décennies, un certain nombre de tornades de faible intensité (notamment EF0) peuvent encore échapper au recensement lorsqu'elles touchent des zones peu habitées.

Quelle est la plus forte tornade de l'année 2020 ?

L'année 2020 n'a pas été marquée en France par des tornades de forte intensité, c'est-à-dire de classe EF3 ou supérieure. On dénombre en revanche une tornade d'intensité significative (EF2) :
>>> la tornade de Port-des-Barques (Charente-Maritime), survenue le 23 septembre 2020.
 
Cette tornade, qui s'inscrit dans un outbreak qui totalise 5 phénomènes, a provoqué des dommages localement importants :
arbres déracinés, branches transportées à distance, nombreuses habitations atteintes dont une habitation en plain-pied en partie éventrée, plusieurs voitures déplacées, plusieurs camping-cars soulevés et renversés,...
 
Les photos ci-dessous illustrent la physionomie de la tornade de Port-des-Barques en plusieurs points de sa trajectoire :


Répartition des tornades sur le territoire

La répartition géographique des tornades en 2020 a été relativement contrastée, avec une forte concentration de phénomènes tourbillonnaires sur les régions côtières.
 
On remarque en effet que l'essentiel des phénomènes tourbillonnaires a été observé le long de la Méditerranée, sur la façade Atlantique et entre les côtes de la Manche et de la Mer du Nord. On note en particulier un nombre remarquable de tornades sur le département du Var d'une part, et sur le sud de l'Aquitaine d'autre part. Il s'agit très majoritairement sur ces départements de trombes marines qui sont venues s'échouer sur la bande littorale, en provoquant des dégâts relativement mineurs.
 
A l'inverse, l'intérieur du pays a été en grande partie épargné par les phénomènes tourbillonnaires en 2020. Les tornades y ont été rares, et ce sont essentiellement quelques tubas qui y ont été observés.
 
Au total, on retrouve une répartition des tornades qui est assez proche de la climatologie des zones à risque de tornade en France.
 
Sur la carte ci-dessous figurent les 32 tornades recensées en 2020, ainsi que les 38 tubas (amorces de tornades qui ne touchent pas le sol) et les 18 trombes marines observées par ailleurs.

Heure de survenue

Les tornades se sont majoritairement produites en fin de matinée et en cours d'après-midi en 2020. En effet, comme l'illustre le graphique ci-dessous, 78% des tornades ont été observées entre 06h00 et 17h59 TU. Cette répartition présente une certaine originalité, en raison d'une fréquence supérieure à la normale des tornades matinales. En effet, la climatologie des tornades en France fait apparaître que seules 16% des tornades se produisent habituellement dans cette tranche horaire ; leur proportion a donc été plus de deux fois supérieure à la normale en 2020.
 

Situations météorologiques types

Les situations météorologiques qui ont vu des tornades se former en France en 2020 ont présenté une forte similarité d'un épisode à l'autre. En effet, comme on le voit sur les cartes ci-dessous, les configurations synoptiques n'ont pas sensiblement varié entre les situations tornadiques de saison froide et celles de saison chaude, ce qui constitue une originalité certaine.
 
Les cartes ci-dessous présentent, pour celles du haut, la situation synoptique pour les jours avec tornade en France en saison froide 2020 ; et pour celles du bas la situation synoptique pour les jours tornadiques de saison chaude 2020. On remarque ici la présence, en saison froide comme en saison chaude, de fortes anomalies froides à l'étage moyen (500 hPa), en plage de couleur bleu sur les cartes de gauche, associées à des situations de fond de thalweg. Il s'agit là d'une configuration assez ordinaire pour les tornades de masse d'air froid, mais plus atypique pour les tornades de la saison chaude, ce qui est à mettre en lien avec le déficit de dégradations orageuses organisées et dynamiques durant le coeur de la saison des orages en 2020. L'essentiel des tornades s'est ainsi produit en-dehors des principales dégradations orageuses de l'été.
En termes d'anomalie de pression réduite au niveau de la mer et d'instabilité, les deux cartes de droite témoignent là encore d'une forte similarité entre les tornades de saison froide et celles de saison chaude en 2020. Durant toute l'année, les situations tornadiques ont ainsi été associées à de fortes anomalies basse de pression sur la France (en plages de couleur bleu), principalement positionnées sur le nord du pays, le sud de la Mer du Nord et le Benelux, ce qui est là aussi plus habituellement une caractéristique de saison froide. Les anomalies d'instabilité associées ont été marquées (anomalies de MULI en tirets noirs), notamment sur l'ouest du pays, ainsi que près de la Manche et de la Méditerranée, ce qui est en bonne adéquation avec les régions les plus affectées en 2020.
 
 
En somme, c'est un schéma général dominé par des configurations de masse d'air froid instable en post-frontal qui représente l'essentiel des situations tornadiques observées en France en 2020.
 
 

Liste des tornades de l'année 2020

La liste complète des tornades survenues en France est consultable ici.
 
 

Bilan des années précédentes

D'autres bilans annuels d'activité tornadique peuvent être consultés sur le site :