Observatoire français des tornades et orages violents

Tornade EF0 à Daubeuf-Serville (Seine-Maritime) le 1er mai 2021

Le 1er mai 2021, à 11h27 locales, une tornade de très faible intensité (EF0) est brièvement aperçue de part et d'autre de la D926 à hauteur de Daubeuf-Serville (Seine-Maritime). Le phénomène, qui a été filmé depuis le territoire limitrophe de Thiétreville, ne produit aucun dommage. 
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF0, soit des vents estimés entre 105 km/h et 135 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée  : DAUBEUF-SERVILLE (D926)
* département : SEINE-MARITIME (76)
* altitude moyenne du terrain : 118 mètres
* type de terrain : terres arables hors périmètre d'irrigation
 
* principaux dégâts : aucun dégât recensé
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version) . Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
 

Localisation de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Un contact au sol très bref

La tornade de Daubeuf-Serville du 1er mai 2021 se développe en périphérie sud d’une petite cellule convective peu mobile positionnée à l’est de Fécamp
 
Le phénomène, qui a pu être filmé par Dimitri Bulan à 11h27 locales* depuis le territoire limitrophe de Thiétreville, se présente sous la forme d’une petite colonne en rotation, accompagnée d’un buisson chargé de poussière. Bien que la jonction du tourbillon avec la base du nuage ne soit pas clairement établie, le caractère tornadique du phénomène ne fait aucun doute compte tenu du contexte météorologique (voir ci-après). 
 
Vue du phénomène le long de la D926, en direction de l’Ouest/Nord-Ouest
 
© Dimitri Bulan
 
 
C'est à la sortie du rond-point de la route de Valmont, en direction de Fécamp (commune de Thiétreville), que le témoin parvient à filmer la tornade alors qu'elle s'approche de la route départementale 926 (en début de séquence, on aperçoit sur la gauche une partie du domaine de la Maison-Rouge). Le phénomène est distant d'environ 550 mètres par rapport à l'observateur. Tandis que le témoin s'en approche, la base de la tornade se déstructure en traversant la route, quelques dizaines de mètres après l'intersection formée avec la rue de la Mare-Fine (commune de Daubeuf-Serville). Même si la séquence est interrompue quelques secondes plus tard, le phénomène semble s'être définitivement dissipé.
 
En l'absence de dommages, le phénomène est classé par défaut en intensité EF0 sur l'échelle de Fujita améliorée. Il est à noter que cette tornade présente des similitudes avec celle qui avait été observée à Caëstre (Nord) le 3 août 2020.
 
* Nous tenons à remercier Dimitri Bulan pour sa contribution sur ce cas.
 

Analyse de la situation météorologique

La tornade de Daubeuf-Serville s'est formée dans un contexte peu dynamique et faiblement instable. Comme le montrent les deux champs ci-dessous (modèle WRF-NMM 10 km Europe dans son run du 01.05.2021 00Z), la Seine-Maritime était située ce matin-là à l'avant immédiat d'un thalweg d'altitude étiré de la Mer du Nord jusqu'au nord de la Bretagne, où un cut-off était d'ailleurs en cours de constitution à 500 hPa :
 
 
Dans ce contexte, une faible instabilité s'est constituée dès le début de matinée. Les deux champs ci-dessous montrent la situation à l'heure de la tornade, avec une MUCAPE voisine de 100 J/kg et un MULI positif. Il s'agit dès lors d'une instabilité marginale, certes suffisante pour supporter une convection modérément profonde et productrice d'averses, mais généralement insuffisante pour une évolution orageuse.
 

 

De fait, le profil vertical de 11h30 locales sur la commune de Daubeuf-Serville, reconstitué grâce au modèle WRF-ARW 3 km (déployé en version « reforecast »), confirme cette faible instabilité contenue entre le sol et environ 2,5 km d'altitude. Et surtout il met en évidence un cisaillement directionnel marqué sur cette même épaisseur, avec un vent de nord au sol, surplombé par des vents quasi nuls vers 1.000 mètres d'altitude, eux-mêmes suplombés par des vents faibles de S à SO entre 1.500 et 2.000 mètres d'altitude. L'ensemble constitue une configuration connue pour être propice à la formation de tubas voire de faibles tornades non-mésocycloniques à courte durée de vie.

 

En savoir plus sur les tornades

consulter  la  liste des tornades en France


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK