Observatoire français des tornades et orages violents

Tornade EF0 à Isbergues (Pas-de-Calais) le 25 janvier 2014

Une tornade de très faible intensité (EF0) frappe le territoire communal d'Isbergues (communes associées de Molinghem et de Berguette) dans le Pas-de-Calais, le 25 janvier 2014, peu après 19h30 locales. Le phénomène, confirmé par une enquête de terrain, provoque de faibles dégâts matériels.

La tornade d'Isbergues s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise au moins 4 cas pour la seule soirée du 25 janvier 2014, dont la tornade EF0 d'Oye-Plage (Pas-de-Calais), la tornade EF2 d'Halluin-Rekkem (Nord et Belgiqueet la tornade EF0 d'Aubencheul-aux-Bois (Aisne). Il est à noter que de nombreux autres dégâts de nature non tornadique ont été observés par ailleurs sur la région Nord-Pas de Calais ce soir-là (bâtiments endommagés, arbres abattus,...).

Enfin, il est à noter que le territoire d'Isbergues a déjà été frappé par une tornade EF1 le 21 juin 2012
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade EF0 d'Isbergues (Pas-de-Calais) du 25 janvier 2014* intensité maximale : EF0 soit des vents estimés entre 105 et 135 km/h
* distance parcourue : 3,6 kilomètres
* largeur moyenne : 40 mètres (localement des aspirations périphériques sont observées)

* communes traversées : MAZINGHEM (les Tilleuls), ISBERGUES (MOLINGHEM, BERGUETTE)
* département: PAS-DE-CALAIS (62)
* altitude moyenne du terrain : 30 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, terres arables hors périmètre d'irrigation, prairies

* principaux dégâts : arbres feuillus ébranchés, arbres conifères partiellement sectionnés à la base du tronc (cyprès), habitations faiblement endommagées (<20% du toit), une dépendance de très faible dimension effondrée, un abri de jardin partiellement pulvérisé, nombreux phénomènes d'aspiration avec projections à distance de débris légers (plusieurs centaines de mètres)
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version) . Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
 

Trajectoire de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
  

Un bruit soudain et très bref

La tornade d'Isbergues présente des caractéristiques très voisines de celle d'Oye-Plage, survenue environ 30 minutes plus tôt. Les mêmes traces d'aspiration et de projections à distance ont été observées. Les témoins interrogés sur place s'accordent également sur une durée de passage extrêmement brève, de quelques secondes à peine. L'arrivée de la tornade s'est également manifestée par un bruit soudain, très bref, et immédiatement suivi d'un calme relatif. Des témoins présents au niveau de la gare ont réussi à distinguer le tourbillon, qui s'est fait apercevoir par l'intermédiaire de "pluies d'étincelles au-dessus de la ligne de chemin de fer".
 
Les premières traces de la tornade sont observées en lisière d'un bois situé sur la commune de Mazinghem. Selon une trajectoire ONO - ESE, la tornade frappe l'extrémité d'un jardin et endommage sérieusement un abri dont les débris sont projetés à distance. La tornade frappe ensuite une habitation dont la couverture d'une véranda est emmenée à grande distance, et retrouvée quelques centaines de mètres plus loin dispersée dans une prairie, après avoir rompu des fils électriques. Dans le village de Molinghem, le passage de la tornade est marqué par de faibles dégâts matériels (toitures et végétation). On note également quelques aspirations périphériques.
 
Au-delà de la D188, la tornade poursuit sa route et atteint la commune associée de Berguette, où de faibles dégâts sont observés sur la végétation et les habitations. Au niveau d'un supermarché situé rue de l'Eglise de Berguette, les derniers dommages sont observés et la tornade se dissipe. Nous remercions Maxime Thery pour les informations complémentaires qu'il a contribué à rassembler sur ce cas.

La tornade relève de la catégorie EF0 compte-tenu de la nature des dégâts observés.


1    Chalet de jardin décoiffé, à Molinghem
2    Toiture d'un chalet de jardin arrachée d'un seul tenant, à Molinghem
3    Plaques de véranda en plexiglas arrachées et projetées à grande distance par-dessus plusieurs habitations, à Molinghem. Trajectoire de la tornade en rouge, sens de projection des plaques de plexiglas en bleu
4    Plaques de véranda en plexiglas arrachées et projetées à grande distance par-dessus plusieurs habitations, à Molinghem
5    Le fauteuil de gauche a survolé plusieurs maisons
6    Petit abri effondré, à Molinghem
7    Toiture d'habitation faiblement endommagée, à Molinghem
8    Arbre fruitier couché
9    Persienne aspirée, à Molinghem
10    Quelques tuiles délogées, à Molinghem
 

Analyse des conditions météorologiques

La tornade d'Isbergues s'est formée dans un contexte modérément instable mais très dynamique, au sein d'une ligne de grains très active développée sur une limite de surface à caractère de front froid. Compte tenu du fort risque orageux associé à cette situation, un avis d'orage fort avait été émis dès le matin 08h dans le bulletin quotidien de prévision des orages, avec mention d'un potentiel de tornade sur le Nord - Pas de Calais entre 19h et 22h locales et de rafales de vent parfois supérieures à 120 km/h.
 
Le développement de cette ligne de grains est lié à la circulation d'un thalweg d'altitude étroit et très dynamique, véhiculé par un puissant jet d'altitude atteignant plus de 260 km/h à 250 hPa circulant du Groenland vers la Bretagne. La zone balayée par la structure convective s'est alors retrouvée positionnée en sortie gauche de jet, ce qui a ainsi favorisé les fortes ascendances synoptiques et la divergence d'altitude.



Immédiatement à l'aplomb de l'anomalie de basse tropopause pilotant ce thalweg, de fortes vitesses verticales ont gagné le Nord-Pas de Calais et la Picardie. Le dynamisme synoptique s'en est trouvé fortement renforcé et a interagi avec une langue d'air doux et humide en basses couches, génératrice de profils verticaux instables et propice au développement d'une ligne de grains localement associée à une convection profonde.





En savoir plus sur les tornades

+  consulter  la  liste des tornades en France
+  découvrir  la  climatologie des tornades en France  


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Politique de confidentialité OK