Observatoire français des tornades et orages violents

Tornade EF0 à Oye-Plage (Pas-de-Calais) le 25 janvier 2014

Une tornade de très faible intensité (haut de l'échelon EF0) traverse trois communes des polders, entre Oye-Plage (Pas-de-Calais) et Gravelines (Nord) le 25 janvier 2014, peu après 19 heures locales. Le phénomène, ressenti par plusieurs témoins, produit des dégâts matériels sur plusieurs habitations. La tornade pourrait être issue d'une trombe marine, bien que nous n'en ayons pas la confirmation.
 
La tornade d'Oye-Plage s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise au moins 4 cas pour la seule soirée du 25 janvier 2014, dont la tornade EF0 d'Isbergues (Pas-de-Calais), la tornade EF2 d'Halluin-Rekkem (Nord et Belgique) et la tornade EF0 d'Aubencheul-aux-Bois (Aisne). Il est à noter que de nombreux autres dégâts de nature non tornadique ont été observés par ailleurs sur la région Nord-Pas de Calais ce soir-là (bâtiments endommagés, arbres abattus,...).
 
Enfin, le territoire d'Oye-Plage a déjà été touché par une tornade d'intensité EF0 le 6 octobre 1851.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade EF0 d'Oye-Plage (Pas-de-Calais) du 25 janvier 2014* intensité maximale : EF0 soit des vents estimés entre 105 et 135 km/h
* distance parcourue : 2,4 kilomètres (distance minimale reconnue à ce jour)
* largeur moyenne : 50 mètres

* communes traversées : OYE-PLAGE (route des Dunes), GRAND-FORT-PHILIPPE, GRAVELINES (Petit-Fort-Philippe)
* départements : PAS-DE-CALAIS (62), NORD (59)
* altitude moyenne du terrain : 5 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, terres arables hors périmètre d'irrigation, prairies

* principaux dégâts : arbres feuillus ébranchés ; quelques toitures d'habitations endommagées (<20%) dont l'une a été faiblement soulevée par la tornade ; projections de tôles à distance (certaines d'entre elles n'ont pas été retrouvées) ; plusieurs phénomènes d'aspiration observés (porte d'un abri de jardin ouverte, conduit de cheminée projeté à l'intérieur d'une maison, cloisons désolidarisées) ; débris de couvertures en Plexiglas projetés à une centaine de mètres
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version) . Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
 

Trajectoire de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
  

Un bruit caractéristique de réacteur d'avion

La nature du phénomène venteux survenu à Oye-Plage a pu être déterminée suite à une enquête de terrain menée sur place par Keraunos. A cette occasion, de précieux témoignages d'habitants sinistrés (route des Dunes) ont pu être recueillis, et d'autres dommages survenus dans la commune nordiste voisine de Grand-Fort-Philippe ont été mis en évidence. 
 
Les témoins s'accordent sur une durée extrêmement brève (de l'ordre de quelques secondes). De plus, le phénomène, qui a suivi une puissante averse de grêle, s'est manifesté par un bruit caractéristique de réacteur d'avion aussi soudain que bref. Après le passage du phénomène, les conditions météorologiques ont revêtu un caractère plus ordinaire.
 
Un inventaire précis des dégâts a pu être effectué lors de cette enquête. Ces derniers sont organisés au sein d'un couloir d'une cinquantaine de mètre de largeur, dans le sens de déplacement de la cellule orageuse. Sur le site d'Oye-Plage, des traces caractéristiques d'aspiration, de convergence et de projection ont permis de déterminer la nature tourbillonnaire du phénomène : tôles de hangar arrachées et propulsées à grande distance, soulèvement de la charpente d'une habitation en plain-pied, porte d'un abri de jardin aspirée vers l'extérieur à contre-flux, porte coulissante d'un hangar pliée en direction du tourbillon (ENE), expulsion d'une hotte de cheminée dans le salon d'une maison pourtant close, déformation de cloisons intérieures...
 
La tornade relève de la catégorie EF0 (haut de l'échelon) sur le site d'Oye-Plage. Au-delà de cette commune, les dégâts se manifestent à Grand-Fort-Philippe par quelques chutes de tuiles et de grosses branches d'arbres. Les dernières traces du passage de la tornade sont observées en bordure de l'Aa, commune de Gravelines (Petit-Fort-Philippe).


1    Oye-Plage - Première habitation frappée par la tornade, route des Dunes. Toit faiblement détuilé
2    Oye-Plage - Toiture de hangar partiellement arrachée et projetée à très grande distance
3    Oye-Plage - Toiture endommagée, avec tuiles projetées à distance
4    Oye-Plage - Dommages structurels sur le plafond d'une habitation. L'aspiration causée par la tornade a surélevé et déformé le plafond, avec un début de désolidarisation des murs
5    Oye-Plage - Conduit de cheminée soufflé
6    Oye-Plage - Début de soulèvement du plafond d'une habitation
7    Oye-Plage - Tuiles projetées en tous sens, portes d'un chalet de jardin forcées vers l'extérieur et piscine vide détruite
8    Grand-Fort-Philippe - Multiples branches d'arbres cassées
A

Analyse des conditions météorologiques

La tornade d'Oye-Plage s'est formée dans un contexte modérément instable mais très dynamique, au sein d'une ligne de grains très active développée sur une limite de surface à caractère de front froid. Compte tenu du fort risque orageux associé à cette situation, un avis d'orage fort avait été émis dès le matin 08h dans le bulletin quotidien de prévision des orages, avec mention d'un potentiel de tornade sur le Nord - Pas de Calais entre 19h et 22h locales et de rafales de vent parfois supérieures à 120 km/h.
 
Le développement de cette ligne de grains est lié à la circulation d'un thalweg d'altitude étroit et très dynamique, véhiculé par un puissant jet d'altitude atteignant plus de 260 km/h à 250 hPa circulant du Groenland vers la Bretagne. La zone balayée par la structure convective s'est alors retrouvée positionnée en sortie gauche de jet, ce qui a ainsi favorisé les fortes ascendances synoptiques et la divergence d'altitude.



Immédiatement à l'aplomb de l'anomalie de basse tropopause pilotant ce thalweg, de fortes vitesses verticales ont gagné le Nord-Pas de Calais et la Picardie. Le dynamisme synoptique s'en est trouvé fortement renforcé et a interagi avec une langue d'air doux et humide en basses couches, génératrice de profils verticaux instables et propice au développement d'une ligne de grains localement associée à une convection profonde.





En savoir plus sur les tornades

+  consulter  la  liste des tornades en France
+  découvrir  la  climatologie des tornades en France


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Politique de confidentialité OK