Observatoire français des tornades et orages violents

Un mois de juillet marqué par la grêle ?

Les chutes de grêle ont fait l’actualité à plusieurs reprises en France ces dernières semaines. Dernières en dates, les fortes chutes qui ont frappé les abords de la Drôme le 30 juillet, puis les Alpes-Maritimes le 31 juillet en début de nuit. Est-ce exceptionnel ?
 
 

Une activité grêle supérieure à la normale

Afin d’établir une climatologie précise de la grêle en France, Keraunos a développé un indicateur national qui a pour vocation de refléter la fréquence et la sévérité des chutes de grêle sur notre pays. Cet indicateur, qui est calculé quotidiennement depuis le 1er janvier 2006, permet d’attribuer à chaque journée un score d’activité grêle, qui peut ensuite être comparé avec d’autres journées et alimenter ainsi des statistiques mensuelles, saisonnières ou annuelles, à échelon local, département ou national.
 
De fait, avec un score de 5,04 juillet 2021 s’illustre par un indicateur moyen national sensiblement supérieur à la moyenne des mois de juillet des 15 dernières années (3,37). Juillet 2021 reste toutefois loin derrière le mois de juillet 2019, qui conserve sa place de mois de juillet le plus grêlé depuis 2006, avec un score mensuel de 6,85. En somme, si ce mois de juillet a présenté une activité grêle soutenue, il ne s’agit pas d’une situation exceptionnelle.
 
Rappelons à cette occasion qu'il est normal d'observer des chutes de grêle en France en été ; c'est l'inverse qui constituerait une anomalie (voir notre rubrique dédiée à la climatologie de la grêle en France).
 
A noter que l’activité grêle a été inégalement répartie sur nos régions durant ce mois de juillet 2021. Ce sont surtout les départements de la moitié sud qui ont été concernés par une forte activité grêle, comme l’illustre la carte ci-dessous :
 
 
 
 

De la grêle favorisée par de l'air souvent froid en altitude

Ces situations orageuses accompagnées de grêle ont été favorisées par un contexte synoptique propice. Ainsi, juillet 2021 a été marqué sur la France par des conditions plus dépressionnaires qu’à l’ordinaire, autant au sol qu’en altitude, comme le montrent les deux cartes ci-dessous. Cette situation a favorisé les développements répétés d'orages sur de nombreuses régions.
 


Corollaire de cette situation, de l’air plus froid que la normale a circulé de manière répétée en altitude sur nos régions, entrainant des situations instables et propices à la formation de grêle :
 


L’ensemble a permis la formation d’orages parfois virulents, qui ont évolué dans un environnement plus propice à la grêle qu’à l’ordinaire.
 
 


Les orages en France - Chiffres-clés et saisonnalité

Découvrez la climatologie des orages en France, grâce aux données et archives de Keraunos : épisodes orageux remarquables, chutes de grêle records, supercellules,...

Climatologie des orages

Notre base de données

Les bases de données de KERAUNOS constituent la plus volumineuse source d'informations expertisées en France dans le domaine des phénomènes météorologiques violents.

Ressources disponibles
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK