Observatoire français des tornades et orages violents

Tornade EF0 à Courcôme (Charente) le 28 décembre 2020

Le 28 décembre 2020, à 14 heures locales, une tornade de très faible intensité (haut de l'échelon EF0) traverse la commune de Courcôme, dans le département de la Charente. Le phénomène, qui a été ressenti par plusieurs témoins, parcourt au moins 2 kilomètres. Les dommages associés restent toutefois limités. 

La tornade de Courcôme s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise au moins 4 cas pour la journée du 28 décembre 2020, dont la tornade EF0 de Bouin (Vendée), la tornade EF1 de Saint-Etienne-de-Mer-Morte (Loire-Atlantique) et la tornade EF1 d'Ardin (Deux-Sèvres) survenue environ une heure plus tôt. D'autres événements venteux restent encore en cours d'étude pour cette journée. 

Enfin, il convient de rappeler que le territoire de Courcôme avait déjà été traversé par la tornade EF2 de Sonnac (Charente-Maritime) du 16 septembre 2015. Le phénomène avait parcouru une trajectoire remarquable de 70,5 kilomètres. 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF0, soit des vents estimés entre 105 km/h et 135 km/h
* distance parcourue : 2,1 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : COURCÔME (rue de l'Ancien-Pigeonnier, la Chaussée, route des Cheminots, les Ouillères)
* département : CHARENTE (16)
* altitude moyenne du terrain : 120 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu ; terres arables hors périmètre d'irrigation

* principaux dégâts : arbres ébranchés ou déracinés, tuiles emportées et projetées à faible distance, fils électriques arrachés, deux poteaux téléphoniques renversés, une bétonnière déplacée

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version). Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
 

Trajectoire de la tornade



© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

"J'ai entendu le bruit d'un Boeing qui s'écrasait"

La tornade de Courcôme du 28 décembre 2020 coïncide avec le passage d'une cellule orageuse active qui traverse le nord de la commune à 13h TU (14 heures locales), selon un sens de déplacement de l'ouest vers l'est (280°). Le phénomène, ressenti par plusieurs témoins, s'accompagne d'un bruit caractéristique : "Ce n’est pas un coup de vent. C’est une mini-tornade, un cyclone. C’est arrivé d’un seul coup. Les portes qui étaient fermées se sont ouvertes. J’ai cru qu’un Boeing était tombé sur la maison" [Charente-Libre du 29 décembre 2020]. Ce témoignage de Franck de Lapersonne rejoint ceux d'autres sinistrés, dont le maire de la commune (Fabrice Geoffroy) et des riverains des rues de l'Ancien-Pigeonnier et de la Chaussée

Le parcours du phénomène, qui n'a pas pu faire l'objet d'une enquête de terrain exhaustive, est notamment retracé par les sapeurs-pompiers dépêchés sur place. Le tourbillon traverse le nord de Courcôme (rue de l'Ancien-Pigeonnier, la Chaussée), puis la voie de chemin de fer et la route des Cheminots, enfin l'entrée du hameau des Ouillèresdeux poteaux téléphoniques sont couchés par le vent. D'après leur compte-rendu, le couloir de dégâts n'excède pas 10 mètres. Si cette largeur paraît légèrement sous-estimée, elle confirme le caractère très localisé du tourbillon.  

Les dommages restent très limités : sur quelques habitations, des tuiles sont arrachées par le vent et emportées à très faible distance. On note que les projections s'effectuent dans un sens globalement orienté sud-ouest / nord-est, ce qui démontre des aspirations périphériques en bordure sud du couloir. Dans une propriété davantage atteinte, deux arbres sont abattus sur la toiture, fracassant la corniche et portant dommage à la charpente. Une bétonnière est également déplacée par le vent. Là encore, les arbres chutent dans un sens sud-ouest / nord-est. Plus loin, la tornade renverse des arbres et projette des branches sur la voie ferrée. Un train de fret, qui circule de Bordeaux vers Paris, doit être immobilisé en pleine voie, le temps que les pompiers dégagent le passage pour que le convoi puisse reprendre son chemin. Enfin, à l'approche du hameau des Ouillères, le tourbillon renverse deux poteaux téléphoniques. Au total, les dommages sont observés sur une distance minimale certaine de 2,1 kilomètres
 
Ces dégâts relèvent d'une intensité EF0 (haut de l'échelon) sur l'échelle de Fujita améliorée. Il convient en effet de rappeler que les arbres déracinés dans la propriété de la Chaussée avaient été préalablement élagués, et que les sols regorgeaient d'eau dans ce secteur (le mois de décembre 2020 a été très pluvieux) ce qui a eu pour effet de fragiliser l'enracinement.

Photographies des principaux dommages

© Charente Libre / France 3 Nouvelle Aquitaine

Analyse de la situation météorologique

Le système orageux producteur de cet oubtreak de tornades s’est formé sur le bord d'attaque d'une anomalie basse de tropopause dynamique, qui migrait alors rapidement depuis le sud-ouest de l'Angleterre vers le centre-ouest de la France, sur le flanc nord du courant-jet (voir ci-dessous à gauche la réanalyse ERA5 à 250 hPa). Cette anomalie s'est présentée en cours de matinée sur la Bretagne en se phasant avec un thalweg thermique à l'étage moyen, comme l'illustre le champ ci-dessous à droite ; on y identifie clairement  une limite froide d'altitude en cours d'enfoncement du Finistère à la Loire-Atlantique.



Associées à cette configuration d'altitude très dynamiques, les conditions près du sol étaient dominées par la descente, depuis les Ïles Britanniques, d'un vaste minimum dépressionnaire bien creusé. Celui-ci est venu se caler en journée au large des côtes de la Manche, induisant un fort flux de basses couches de la Bretagne à l'Aquitaine (ci-dessous à gauche). Une onde barocline bien alimentée dans les basses couches en air doux et humide, et pilotée directement par la dépression principale, se présente en matinée sur la Bretagne et s'enfonce vers les Charentes puis le Limousin en milieu de journée. Elle est identifiable sur le champ de thêta'w à 850 hPa, ci-dessous à droite, dans des teintes vertes. De l'air plus froid se rabat directement à l'arrière, constituant un pseudo front-froid, le long duquel s'est formé le système convectif tornadique. C'est ainsi une configuration très dynamique et bien phasée à tous les étages de la troposphère qui a présidé à la formation de ces orages producteurs de multiples tornades.



En savoir plus sur les tornades



Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK