Observatoire français des tornades et orages violents

Orages destructeurs dans le nord-est le 16 septembre

Une violente dégradation orageuse a concerné le nord-est de la France en liaison avec l'ex tempête tropicale Henri le 16 septembre 2015
 
Arcus au dessus de Montchanin (71) à 19h32 - Yannick MOREY
Arcus au dessus de Montchanin (71) à 19h32 - Yannick MOREY
 
 

Principaux événements répertoriés

* phénomènes observés : rafales de vent sous orage mesurées jusqu'à 135 km/h mais localement estimées jusqu'à plus de 180 km/h. Chutes de grêle atteignant jusqu'à 4 cm de diamètre, tornade EF2
 
* structures convectives : vaste MCS avec développement d'un LEWP virulent dans le nord-est de la France

* régions les plus touchées : CENTRE, BOURGOGNE, CHAMPAGNE-ARDENNES, LORRAINE, POITOU-CHARENTES

* principaux dégâts : arbres déracinés ou brisés net ; parcelles de bois dévastées ; cultures détruites ; toitures endommagées ou arrachées ; clocher d'église détruit en partie ; bâtiments communaux ou publics atteints (collège) ; mobilier urbain détruit ; nombreux hangars agricoles ou industriels soufflés
 
* victimes humaines : trois personnes décédées :
 
   en lien avec le virulent flux de sud sec et chaud dans le Rhône et l'Ain
   suite à l'effondrement d'une grange au passage des orages dans l'Aube
 
 
 

Des rafales de vent parfois violentes dans le nord-est

Les premiers orages ont éclaté en fin de matinée et mi-journée sur le Poitou puis ont rapidement circulé sur la région Centre avant de s'organiser très rapidement entre Loiret et Berry.

Ces orages, alors devenus virulents, s'organisent en un système convectif linéaire qui circule très rapidement vers l'ouest de la Bourgogne et l'est du Loiret. Des rafales de vent jusqu'à 135 km/h sont ainsi relevées (à Clamecy dans la Nièvre).

En progressant vers le nord-est, soit de la Champagne à la Lorraine, un LEWP se constitue. La méso-dépression ainsi créée balaie notamment le département de la Meuse puis la province de Luxembourg en Belgique en occasionnant des dégâts venteux sevères.

En plusieurs points de ces quatre régions (Bourgogne, Champagne, Lorraine, Centre), des rafales de vent violentes sont enregistrées : 135 km/h à Saint-Dizier (52) et Clamecy (58), 110 km/h à Blécourt (52) et Prémery (58), 103 km/h à Préverenges (18), 102 km/h à Celles-sur-Ource (10), 99 km/h à Seingbouse (57) et Chargey-les-Gray (70), 98 km/h à Rouvres-en-Woevre (55) et Dijon-Longvic (21), 95 km/h à Mathaux (10) et à Autun (71), 93 km/h à Metz-Nancy-Lorraine (57).

Au total sur la journée du 16 septembre, plus de 90.000 éclairs ont été comptabilisés par le réseau Blitzortung. Localement dans le nord-est, l'activité électrique a été particulièrement dense, atteignant jusqu'à 70 à 100 éclairs au km².

 

Des dégâts parfois très importants, enquêtes en cours sur plusieurs phénomènes venteux

Plusieurs communes ou portions de départements ont été concernées par des dégâts dus au vent parfois remarquables.
 
Une tornade EF1 a frappé la commune de Courtenay dans le Loiret avec dégâts significatifs :
 
© Emmanuel TRINITE       © Emmanuel TRINITE
 
© Emmanuel TRINITE       © Emmanuel TRINITE
 
 
De violentes rafales descendantes, ont frappé également le département de la Meuse, et notamment les environs de Robert-Espagne et de Trémont-sur-Saulx. Les dommages sont localement sévères, comme le montrent ces photos de l'Est Républicain :
 
       
 
       
 
 
En Champagne, à Bossancourt (Aube), les dégâts sont nombreux. 80% des maisons du village sont endommagées par les violentes rafales descendantes. Le clocher de l'église est tombé. D'autres communes de la Forêt d'Orient ont été touchées. Marie-Christine Guérin a photographié les dégâts sur la végétation à Bossancourt :
 
       
 
 
A Thieffrain, un homme de 92 ans est décédé après l'effondrement du toit de sa grange.
 
Dans les Ardennes, les dégâts sont significatifs entre Launois-sur-Vence, Jandun et Warnecourt (enquête en cours) comme en témoignent les clichés de Sébastien Lua :
 
       
 
       
 
 
A Dommartin-Varimont (51), des toitures ont été arrachées.

En Bourgogne, au château d'Ancy-le-Franc (Yonne), plus d'une soixantaine d'arbres sont tombés en moins de dix minutes. D'autres dégâts à la végétation sont observés dans la région de Saint-Cyr et d'Avallon. Dans la Nièvre, les hauteurs de Nolay, ont été fortement touchées par des vents violents emportant tout sur son passage, coupant lignes électriques et lignes téléphoniques, déracinant des arbres centenaires, endommageant habitations et entrepôts, paralysant les voies de communications. Une maison a été endommagée à Chalaux près de la frontière avec l'Yonne.
En Côte-d'Or, Bussy-le-Grand a été frappée par de violentes rafales de vent en milieu d'après-midi, provoquant des dégâts.
 
En Lorraine, à Commercy, d'autres dégâts plus diffus sont signalés alors que le pays Haut-Lorrain (secteur de Villerupt) a également été victime de dégâts notables.
 
A l'avant de ces orages, un violent flux de sud a causé la mort de deux personnes dans le Rhône et l'Ain. Sur Rhône-Alpes et val de Saône, des rafales de 100 à 120 km/h ont été relevées.
  

 

Un MCS qui circule très rapidement

On distingue sur l'imagerie satellite thermique présentée ci-après le moment où la convection est devenue réellement profonde, aux confins de la région Centre. Très rapidement, un MCS s'est constitué. Il circule très rapidement à près de 90 km/h vers le nord-est puis le Benelux. Les sommets convectifs deviennent alors particulièrement froids, signe d'une convection virulente. L'analyse satellite confirme une température de -64°C pour les sommets pénétrants les plus froids.
 
On remarque par ailleurs sur l'animation satellite, l'arrivée du très puissant jet d'altitude qui a atteint 250 km/h vers 10.000 m. Il se matérialise par la formation de nuages d'altitude épais depuis l'estuaire de la Gironde jusqu'à la région Centre en soirée. A ce moment là, une température de -33°C est analysée au niveau des nuages cirriformes.
 
Animation satellite thermique de la dégradation orageuse du 16 septembre 2015 - CIMSS
 
 
Les images radar des précipitations présentées ci-dessous illustrent parfaitement la vitesse avec laquelle les orages se sont organisés à partir de la région Centre. Rapidement, les échos de précipitations deviennent virulents avec des chutes de grêle (localement jusqu'à 4 cm). Ils s'organisent en ligne à partir de l'ouest de la Bourgogne et du sud de la Champagne.
 
Sur l'imagerie de droite, on observe un creusement méso-dépressionnaire qui a favorisé la constitution de "vagues", ce que l'on appelle LEWP pour Line Echo Wave Pattern. Ce creusement dépressionnaire contribuent à accélérer les rafales descendantes qui peuvent alors dépasser les 150 km/h dans les cas les plus extrêmes, comme ce fut le cas dans la Meuse par exemple.
 
 
    
 
 
 

D'autres orages forts sur les Charentes et du Limousin à l'Auvergne

Dans l'après-midi, d'autres orages parfois forts ont circulé sur le Poitou, les Charentes et l'Aquitaine. L'un d'entre eux a généré la tornade EF2 qui a balayé la Charente-Maritime et la Charente sur plus de 65 km.
En fin de soirée, un nouvel axe convectif s'est développé entre le Limousin et l'Auvergne. Chutes de grêle et rafales de vent comprises entre 90 et 100 km/h ont ainsi été observés sous ces orages.
 
 
 

Photographies

Yannick Morey a photographié une très belle structure convective en Bourgogne :
 
 
 
Peter Blicharczyk a observé l'orage arrivant dans l'Yonne après avoir frappé Courtenay dans le Loiret :
 

 
 
Dans la plaine marnaise, Daniel Lafon a assisté à l'arrivée des orages sur l'autoroute A26 :
 
 
 
Vincent Quennouelle a assisté au passage d'orages venteux depuis le secteur de Commercy :
 
 
 
 


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Politique de confidentialité OK