Observatoire français des tornades et orages violents

Tornade EF2 à Equeurdreville-Hainneville (Manche) le 11 février 2007

Une tornade d'intensité modérée (EF2) s'abat sur l'agglomération de Cherbourg-en-Cotentin (Manche), le 11 février 2007 à 9h30 locales. La section d'Équeurdreville-Hainneville est la plus touchée. Le phénomène, qui a été vu par de nombreux témoins, est largement médiatisé. Les dégâts dans l'agglomération sont localement importants.
 
La tornade d'Equeurdreville-Hainneville s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 3 cas certains pour la seule journée du 11 février 2007, dont la tornade EF0 de Villechétive (Yonne) et la tornade EF2 de Soulosse-sous-Saint-Elophe (Vosges).
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 9 kilomètres
* largeur moyenne : 150 mètres

* communes traversées : SAINTE-CROIX-HAGUE (la Heuzellerie), QUERQUEVILLE (les Maresquiers), TONNEVILLE (Val-d'Avril), EQUEURDREVILLE-HAINNEVILLE (plaine Mesline, Brécourt, les Couplets, la Saline), CHERBOURG-OCTEVILLE (arsenal)
* département : MANCHE (50)
* altitude moyenne du terrain : 60 mètres
* type de terrain : terres arables hors périmètre d'irrigation, prairies, tissu urbain discontinu, espaces verts urbains, zones portuaires

* principaux dégâts : caravanes retournées ou déplacées sur plusieurs mètres ; arbres (feuillus et résineux) déracinés ou troncs cassés net ; larges pans de toitures d'habitations arrachés avec charpente ; mobil-homes retournés ; très nombreux projectiles (branches, tôles, bardages, tuiles) encastrés dans diverses infrastructures et emmenés à plusieurs centaines de mètres ; pylônes électriques en béton tordus ou brisés à la base ; lampadaires effondrés ; véhicules automobiles déplacés ; un bâtiment de 360 m² (murs en dur et toitures en métal) avec toiture en grande partie enlevée ; toiture de la ferme de Maresquiers en bonne partie arrachée ; une remorque de tracteur déplacée et retournée (1 à 1,5 tonnes) ; un hangar agricole rasé et tôles projetées à distance

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version) . Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
 

Parcours de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Toitures arrachées et caravanes emportées

La tornade d'Equeurdreville-Hainneville, qui a parcouru une trajectoire de 9 kilomètres d'Ouest en Est, a sévi sur une bande de terrain large de 150 mètres en moyenne. En traversant des territoires urbanisés, le phénomène a provoqué d'importants dommages, notamment sur des habitations, dans des zones industrielles et dans des campings.

Les premiers effets de la tornade, situés au hameau de la Heuzellerie (Sainte-Croix-Hague), se poursuivent jusqu'à l'arsenal de Cherbourg. Selon certains témoignages, la tornade aurait traversé la petite rade et se serait définitivement dissipée à Tourlaville, mais nous n'avons pas pu le confirmer. La largeur moyenne du couloir des dégâts varie entre 50 mètres et 200 mètres, parfois davantage en raisons d'aspirations périphériques importantes, notamment en périphérie Sud.

Les photographies suivantes illustrent les principaux dommages causés par la tornade. Ces derniers relèvent fréquemment du niveau d'intensité EF1, ponctuellement EF2 en raison de phénomènes d'aspiration et de projections à distance importants :
 

Coupures de presse

Parmi les très nombreux articles de presse consacrés à la tornade, le journal La Manche Libre dans son édition du 17 février 2007 a recueilli bon nombre de témoignages: 

« La fin du monde … »

Joseph Guérard, un habitant de la rue du Val d’Avril, à Tonneville, témoigne : "Ma femme et moi sommes descendus dans notre cave. Il y avait un bruit terrible. La porte, la fenêtre, les murs…Tout bougeait et ma femme a cru que c’était la fin du monde. Pour moi, tout ceci a duré environ 5 minutes. Finalement nous avons eu beaucoup de chance. A part les arbres de notre jardin qui sont arrachés et le faîtage de notre toiture, nous n’avons pas beaucoup de dommages à déclarer. Surtout, pas de blessés, c’est çà le plus important et je vous promets qu’il aurait pu y en avoir avec tout ce qui volait..."

« beaucoup de chance »

Selon le Lieutenant-colonel Lincheay : "Nous avons eu beaucoup de chance qu’il n’y ait eu que deux blessés légers car la violence des vents à littéralement soulevé les caravanes du camping jusqu’à en faire passer l’une par dessus l’autre. Cet événement a heureusement eu lieu un jour de faible affluence dans les rues. Si tel n’avait pas été le cas le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd. La situation de l’antiquaire nous inquiète car une partie de son toit n’est plus là et étant donné l’âge du bâtiment, celui-ci risque de s’effondrer par la suite. Depuis les faits, les différentes équipes de secours ont sécurisé les voies, couper les arbres".
                                                          
L’après - tempête : les premiers témoignages

La tornade qui a frappé Equeurdreville – Hainneville a fait des dégâts matérielles et des soucis, au niveau logement humain. En cette journée du mardi 13 février, les gens pansent leurs plaies et les premiers assureurs et experts commencent leur parcours qui ne s’annoncent pas de tout repos.
En témoignage ce jeune homme dont la caravane de ses parents a été très abîmée.

* M Guyot, comment avez-vous appris la nouvelle de cette tornade ?

Une personne du camping m’a appelé juste après et je suis parti le plus vite possible afin de voir si cela s’était réellement passé. Quand j’ai commencé à voir les pompiers, j’ai eu très peur.

* Qu’avez-vous fait une fois arrivé sur place ?

Je me suis rendu tout de suite dans ma caravane et je n’ai pu constater les nombreux dégâts mais comparé à mes voisins, j’ai eu de la chance car certaines caravanes été couchées. Ensuite j’ai appelé mes parents qui étaient en vacances au Maroc afin de les prévenir de la situation et de les rassurer sur le fait que je n’avais pas été blessé.

* Ensuite, qu’avez-vous fait ?

Je suis parti discuter avec mes voisins et voir l’étendue des dégâts. L’après-midi je suis allé travailler à l’arsenal. J’avais dans mon esprit des visions apocalyptique. Cette personne a eu de la chance car selon l’avis de son assureur qui était sur les lieux, la caravane est réparable ce qui n’est pas le cas de la plupart des occupants du camping de la Saline.
 

Analyse de la situation météorologique

La journée du 11 février 2007 est dominée sur la France par la pénétration d'une branche de jet très rapide par la façade Atlantique. Elle s'étire sur la majeure partie du pays et positionne les régions situées de la Normandie à l'Alsace dans une configuration de sortie de jet bien diffluente (ci-dessous à gauche). Ce flux pilote de fortes advections froides à l'étage moyen, avec même une évolution en goutte froide (jusqu'à -29°C à 500 hPa, ci-dessous à droite) :




Au sol, le contexte est également dépressionnaire et dynamique. La France est située en périphérie sud d'un complexe dépressionnaire localisé à proximité des Îles Britanniques. Un minimum secondaire s'évacue d'Angleterre vers la Mer du Nord et accélère le flux de basses couches sur le nord de la France toute la journée (ci-dessous à gauche). La masse d'air en présence est douce et bien humidifiée dans les basses couches, avec des thêta'w qui oscillent entre 6 et 8°C à 850 hPa (ci-dessous à droite) :



L'ensemble dessine une configuration de traîne active sur la moitié nord du pays, dans un contexte à la fois dynamique et rendu nettement instable par la superposition d'un air océanique doux et humide dans les basses couches et d'une circulation d'air polaire froid et sec en altitude. C'est ce que confirme le reforecast réalisé avec le modèle WRF-ARW de Keraunos à haute résolution (3 km) ; il génère en effet de fortes valeurs de MUCAPE pour une situation hivernale (400 à 600 J/kg) des côtes de la Manche jusqu'à l'Alsace, avec des MULI de -1 à -2 K :



Le modèle témoigne également des très forts cisaillements en présence ce jour-là. Les valeurs de SRH notamment sont élevées toute la journée, et excèdent régulièrement 250 m²/s² sur 0-1 km (ci-dessous à gauche). L'ensemble fait réagir entre autres le Significant Tornado Parameter (ci-dessous à droite), avec là aussi des valeurs élevées pour une situation hivernale.


 
L'ensemble présente une configuration typique des traînes actives à fort potentiel tornadique en France.


En savoir plus sur les tornades

+  consulter  la  liste des tornades en France
+  découvrir  la  climatologie des tornades en France


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Politique de confidentialité OK