Observatoire français des tornades et orages violents

Tornade EF0 à Villechétive (Yonne) le 11 février 2007

Une tornade de très faible intensité (EF0) touche brièvement le petit village de Villechétive (Yonne), le 11 février 2007 vers 12 heures locales. Le phénomène, qui a été vu, est confirmé par une enquête de terrain.
 
La tornade de Villechétive s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 3 cas certains pour la seule journée du 11 février 2007, dont la tornade EF2 d'Equeurdreville-Hainneville (Manche) et la tornade EF2 de Soulosse-sous-Saint-Elophe (Vosges).
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF0, soit des vents estimés entre 105 km/h et 135 km/h
* distance parcourue : 200 mètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 60 mètres

* commune traversée : VILLECHÉTIVE (église, rue de Dilo)
* département : YONNE (89)
* altitude moyenne du terrain : 229 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu

* principaux dégâts : grosses branches cassées sur des feuillus ; toitures endommagées (<20%) dont celle de l'église sur une très faible surface ; tuiles fichées dans le sol ; un mur effondré (de type palissade)

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version) . Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
  

Parcours de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Une tornade qui soulève l'eau de l'herbe

La tornade de Villechétive, extrêmement localisée, est vue de nombreux témoins, dont l'un d'eux confirme avoir vu la tornade "passer en abattant un mur et en couchant tous les arbres dans l’alignement". Daniel Legrand, le maire de la commune, confie au quotidien L'Yonne Républicaine : "J'ai vu la tornade soulever l’eau de l’herbe. La base de la tornade était blanche à cause de l’eau et son diamètre approchait les 30 mètres".

Une enquête de terrain a été menée par Y. Tron pour Keraunos. Elle a permis de définir un couloir de dégâts d'une soixantaine de mètres de largeur, sur un parcours de 200 mètres :
 
Trajectoire de la tornade EF0 de Villechétive (Yonne) du 11 février 2007 - Vue aérienne et principaux dégâts
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 


Analyse de la situation météorologique

La journée du 11 février 2007 est dominée sur la France par la pénétration d'une branche de jet très rapide par la façade Atlantique. Elle s'étire sur la majeure partie du pays et positionne les régions situées de la Normandie à l'Alsace dans une configuration de sortie de jet bien diffluente (ci-dessous à gauche). Ce flux pilote de fortes advections froides à l'étage moyen, avec même une évolution en goutte froide (jusqu'à -29°C à 500 hPa, ci-dessous à droite) :




Au sol, le contexte est également dépressionnaire et dynamique. La France est située en périphérie sud d'un complexe dépressionnaire localisé à proximité des Îles Britanniques. Un minimum secondaire s'évacue d'Angleterre vers la Mer du Nord et accélère le flux de basses couches sur le nord de la France toute la journée (ci-dessous à gauche). La masse d'air en présence est douce et bien humidifiée dans les basses couches, avec des thêta'w qui oscillent entre 6 et 8°C à 850 hPa (ci-dessous à droite) :



L'ensemble dessine une configuration de traîne active sur la moitié nord du pays, dans un contexte à la fois dynamique et rendu nettement instable par la superposition d'un air océanique doux et humide dans les basses couches et d'une circulation d'air polaire froid et sec en altitude. C'est ce que confirme le reforecast réalisé avec le modèle WRF-ARW de Keraunos à haute résolution (3 km) ; il génère en effet de fortes valeurs de MUCAPE pour une situation hivernale (400 à 600 J/kg) des côtes de la Manche jusqu'à l'Alsace, avec des MULI de -1 à -2 K :



Le modèle témoigne également des très forts cisaillements en présence ce jour-là. Les valeurs de SRH notamment sont élevées toute la journée, et excèdent régulièrement 250 m²/s² sur 0-1 km (ci-dessous à gauche). L'ensemble fait réagir entre autres le Significant Tornado Parameter (ci-dessous à droite), avec là aussi des valeurs élevées pour une situation hivernale.


 
L'ensemble présente une configuration typique des traînes actives à fort potentiel tornadique en France.

 

En savoir plus sur les tornades

+  consulter  la  liste des tornades en France
+  découvrir  la  climatologie des tornades en France


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Politique de confidentialité OK