Observatoire français des tornades et orages violents

Tornade EF3 à Marval (Haute-Vienne) le 25 mars 1979

Dans l'après-midi du 25 mars 1979, une tornade de forte intensité (EF3) balaie plusieurs communes de Dordogne et de Haute-Vienne, dont le hameau de Milhaguet (commune de Marval) qui subit de très gros dommages. Aucune victime humaine n'est à déplorer, mais les dégâts sur la végétation et certains bâtiments sont très importants. 
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Marval (87) du 25 mars 1979* intensité maximale : EF3, soit des vents estimés de 220 km/h à 270 km/h
* distance parcourue : 12,5 kilomètres (distance minimale certaine) 
* largeur moyenne : 250 mètres

* communes traversées : SAINT-BARTHÉLEMY-DE-BUSSIÈRE (le Trieux) ; MARVAL (ruisseau de la Chautrandie, Milhaguet), CUSSAC, CHAMPAGNAC-LA-RIVIÈRE (la Rivière)
* départements : DORDOGNE (24), HAUTE-VIENNE (87)
* altitude moyenne du terrain : 360 mètres
* type de terrain : territoires agricoles, forêts et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : cheminées détruites; arbres, dont des chênes énormes, dépouillés, brisés et emportés (distance inconnue); poteaux EDF et des PTT brisés comme des fétus de paille; église de Milhaguet endommagée (toiture arrachée); toitures emportées; camion enlevé, retourné et projeté à une trentaine de mètres du lieu où il était stationné; maison éventrée avec effondrement des murs extérieurs; fils électriques dénudés; vision de très nombreux projectiles; arbres arrachés et emmenés à 200 mètres (nature non précisée)
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
            

Une maison éventrée et des parcelles de forêts détruites

La tornade de Marval du 25 mars 1979 a pu être identifiée à l'appui de nombreux témoignages, d'articles parus dans la presse locale, et grâce à une analyse minutieuse des dommages visibles sur des photographies aériennes prises 3 mois après l'événement. Il apparaît que le tourbillon a parcouru une distance certaine d'au moins 12,5 kilomètres entre le nord de la Dordogne et la Haute-Vienne, en passant par le hameau de Milhaguet (commune de Marval), particulièrement sinistré. La largeur du tourbillon, estimée à 250 mètres en moyenne, connaît quelques variations liées à la nature du terrain, marqué par des effets de relief.

Les premières traces sont identifiées à Saint-Barthélemy-de-Bussière (Dordogne), sur un léger promontoire qui domine le ruisseau du Trieux. Quelques arbres sont couchés, principalement en direction du Nord. En poursuivant sa course vers le Nord-Est, le tourbillon entre en Haute-Vienne (Marval), s'évase rapidement et raye de la carte plusieurs parcelles de forêts, ce qui suppose que la tornade ait rapidement atteint son niveau d'intensité maximale. Le sens de chute des arbres permet d'identifier son conteste un axe de convergence de part et d'autre du ruisseau de la Chautrandie

Toujours en direction du Nord-Est (230°), la tornade frappe de plein fouet le hameau de Milhaguet. Les témoins décrivent un tourbillon entouré de nuages blanchâtres qui circulent à vive allure, à la toute fin d'un orage. D'autres, qui n'ont pas vu la tornade de façon distincte, évoquent un bruit de roulement intense comparable à celui d'un avion. Dans ce périmètre, les dégâts matériels sont considérables : une maison éventrée, des toitures emportées, des cheminées détruites, des poteaux électriques brisés, des fils dénudés. Garé devant l'église, un camion est enlevé, retourné et projeté à une trentaine de mètres du lieu où il était stationné. Ce type de dommages relève d'une intensité EF3.

La tornade traverse ensuite des terrains essentiellement ruraux et reproduit les mêmes dommages : parcelles de forêt détruites, poteaux électriques arrachés, toitures soufflées et mur d'enceinte d'une usine écroulé notamment à Champagnac-la-Rivière. Les témoins observent également que la tornade se charge de débris divers qu'elle transporte à très grande distance. Au-delà de ce périmètre, les investigations cessent et ne permettent pas de prolonger la trajectoire.

Il s'agit de l'épisode tornadique le plus sévère qu'ait connu la Haute-Vienne, sur la base des connaissances actuelles pour ce département.

Le hameau de Milhaguet sinistré

Au lendemain de la tornade, le hameau de Milhaguet, commune de Marval, attire une foule de curieux, mais aussi de photographes. Une série de cartes postales est même éditée pour rendre compte de l'importance des dommages. Il en ressort les détails suivants : 

- arbres, dont des chênes énormes, dépouillés, brisés et emportés à distance,
- poteaux EDF et des PTT brisés comme des fétus de paille,
- église du hameau endommagée (toiture arrachée),
- toitures d'habitation arrachées et emportées,
- camion enlevé, retourné et projeté à une trentaine de mètres du lieu où il était stationné,
- maison éventrée avec effondrement des murs extérieurs,
- fils électriques dénudés
- vision de très nombreux projectiles.

Dommages illustrés ci-après : 

 
 

Coupure de presse

La Montagne évoque la tornade de Marval dans son édition du 26 mars 1979:
 
Violente tornade en Haute-Vienne

Toitures et cheminées emportées à Milhaguet

Limoges.- Une tornade a ravagé, hier après-midi, Milhaguet, une petite localité du sud de la Haute-Vienne. « On a cru à un bombardement, comme pendant la dernière guerre », expliquait, hier au soir, M. Garnier, un cafetier de Saint-Mathieu qui revenait des lieux de la catastrophe.

En quelques minutes, entre 17 heures et 17h30, un coup de vent d'une violence inouïe, provoqué par des courants ascendants, s'est abattu entre Milhaguet et Champagnac-la-Rivière, détruisant tout sur son passage. « Une bande de 250 mètres de large, racontait M. Garnier, dans laquelle tout a été arraché. »

C'est à Milhaguet, une commune de 200 habitants environ, que les dégâts sont les plus importants ; une maison éventrée, toitures emportées, cheminées détruites. Garé devant l'église, un camion a été enlevé, retourné et projeté à une trentaine de mètres du lieu où il était stationné. A Champagnac-la-Rivière également, des maisons ont été endommagées par la tornade. L'enceinte de l'usine EIP, un mur de cinq mètres de haut, a été soufflé sur une longueur de 30 mètres.

Dans la campagne, des dizaines d'arbres dont des chênes énormes, les poteaux EDF et des PTT ont été brisés comme des fétus de paille.

En savoir plus sur les tornades

+  consulter  la  liste des tornades en France
+  découvrir  la  climatologie des tornades en France


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK