Observatoire français des tornades et orages violents

Tornade EF1 à Saintes (Charente-Maritime) le 13 juin 1900

En début de matinée du 13 juin 1900, une tornade de faible intensité (EF1) est aperçue à l'ouest de Saintes, dans le département de la Charente-Maritime. Le phénomène traverse plusieurs quartiers de la ville avant de se diriger vers Bussac-sur-Charente.

Principales caractéristiques de la tornade                                                                      

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 4 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : SAINTES (le Petit Médoc, cours Lemercier, quartier Adolphe-Brunaud)
* département touché : CHARENTE-MARITIME (17)
* altitude moyenne du terrain : 27 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles

* principaux dégâts : jardins dévastés, tuiles des maisons emportées, barges de foin soulevées à grande hauteur et dispersées au loin

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version) . Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
 

Parcours de la tornade 

Xiol

© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
X

Une "colonne de vapeur d'eau"

La presse locale consacre plusieurs articles à une tornade de faible intensité (EF1), survenue en début de matinée du 13 juin 1900 à l'ouest de Saintes (Charente-Maritime). Le phénomène, annoncé par un bruit caractéristique "semblable à celui que produiraient plusieurs automobiles", se présente sous la forme d'une "colonne de vapeur d'eau", comme un "nuage de fumée" qui s'élève dans les airs avec un "ronflement de tonnerre".

Selon les informations disponibles, et après avoir analysé le sens de déplacement tel que décrit dans les articles, le phénomène semble traverser le flanc occidental de Saintes, depuis le Petit Médoc jusqu'au quartier Adolphe-Brunaud, dans la direction de Bussac-sur-Charente. La route de Rochefort (cours Lemercier sur le tronçon concerné) est également touchée. Faute d'éléments complémentaires sur la direction prise en direction de Bussac, la trajectoire de la tornade est stoppée en sortie d'agglomération, ce qui représente un parcours minimum de 4 kilomètres du sud vers le nord. Il est à noter que le quartier de la Pinellerie (aujourd'hui Recouvrance, au niveau du lycée) est également mentionné, mais il semble trop en périphérie.

En survolant un territoire habité, la tornade provoque principalement des dégâts dans les jardins et les maisons (tuiles et objets divers emportés). On cite également des barges de foin soulevées à grande hauteur et dispersées au loin. Ce type de dommages relève d'une intensité EF1 sur l'échelle de Fujita améliorée.

Analyse de la situation météorologique

La situation météorologique du 13 juin 1900 a pu être reconstituée à partir des données du programme de réanalyses ERA-20C du Centre Européen de Prévision (résolution 125 km)  et du programme "20th Century Reanalysis" mené par la NOAA, l'ESRL et le PSD (résolution 100 km). Les données fournies par ces programmes permettent de reconstruire par modèle les conditions météorologiques à tous les niveaux de l'atmosphère à partir d'un nombre restreint de données d'observations. Les résultats sont certes à considérer avec une certaine prudence compte tenu des périodes reculées auxquelles ils s'appliquent, mais ils présentent un degré de fiabilité élevé qui permet une reconstruction pertinente de la plupart des épisodes météorologiques majeurs des 150 dernières années.
Il ressort de ces analyses que la tornade de Saintes s'est formée dans un flux de SSO perturbé et cyclonique, piloté par un minimum d'altitude positionné au sud de l'Irlande. Cette configuration synoptique, génératrice de diffluence en altitude sur l'ouest du pays, est bien dessinée autant en haute altitude (ci-dessous à gauche) qu'à l'étage moyen (à droite).



En basses couches, une masse d'air d'origine tropicale est advectée sur l'ensemble de la France depuis plusieurs jours, à l'origine de températures très élevées pour la saison et d'orages parfois violents. Le 13, un front froid s'enfonce par la Bretagne et des orages concernent l'ouest puis le centre du pays notamment.




En savoir plus sur les tornades



Les orages en France - Chiffres-clés et saisonnalité

Découvrez la climatologie des orages en France, grâce aux données et archives de Keraunos : épisodes orageux remarquables, chutes de grêle records, supercellules,...

Climatologie des orages

Prévision des risques météo

Vous avez besoin d’anticiper précisément les risques météo dans votre activité ? Nos services vous fournissent une réponse personnalisée, reconnue et de haute précision.

Découvrez nos services
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Politique de confidentialité OK