Observatoire français des tornades et orages violents

La grêle en France en 2021 : quel bilan ?

Le bilan de l’année 2021 s'illustre par une activité grêle très contrastée, marquée par une alternance entre des périodes très peu grêlées (notamment le printemps, exceptionnellement calme sur ce plan) et des périodes à l'inverse très actives (juin et juillet en particulier). Retour sur ces événements avec la base de données Keraunos des chutes de grêle en France.
 
 
 

Un mois de juin remarquable mais une année proche de la normale

La climatologie de la grêle initiée en 2006 par Keraunos permet d’établir que le pic annuel d’activité grêle est observé, en moyenne, entre mai et juin en France. 2021 ne déroge pas sensiblement à cette règle, même si le pic d'activité grêle a été tardif et essentiellement centré sur la seconde quinzaine de juin. De fait, la fréquence des chutes de grêle observées en juin 2021 s'est avérée remarquable, avec un indicateur national* qui dépasse tous les mois de juin depuis 2006. Juin 2021 arrive ainsi en première position des mois de juin les plus grêleux depuis 15 ans.
 
A noter par ailleurs que septembre 2021 s'est illustré lui aussi par des chutes de grêle plus fréquentes que la normale, qui le placent au deuxième rang des mois de septembre depuis 2006.
 
A l'inverse, le mois de mai s'est distingué, pour la troisième année consécutive, par un déficit de grêle marqué par rapport à la climatologie 2006-2020 : l'indicateur national* a ainsi été 2 fois inférieur à la normale en mai 2021. Avril 2021 est encore plus remarquable, avec un indicateur national* 10 fois inférieur à la normale et une activité grêle réellement anecdotique.
 
Au total, l’année 2021 se caractérise par une activité grêle un peu supérieure à la normale 2006-2020, et s'avère un peu moins grêleuse que 2020.
 
 
* afin de mesurer précisément l’activité grêle, Keraunos a développé un indicateur national qui représente conjointement la fréquence et la sévérité des chutes de grêle observées sur la France. Cet indicateur est calculé depuis 2006 et permet une climatologie fine de la grêle sur une période de plus de 15 ans désormais.
 

Quels ont été les départements les plus touchés par la grêle en 2021 ?

En 2021, plusieurs milliers de chutes de grêle ont été recensées en France par Keraunos, parmi lesquelles environ 700 ont dépassé 2 cm de diamètre et sont donc qualifiées de fortes (nombre en hausse par rapport à 2020). La répartition géographique de ces chutes n’a pas été homogène, comme l’illustre la carte ci-dessous, qui présente les chutes de grêle par diamètres.
 
On remarque notamment une faible activité grêle sur les départements du quart Nord-Ouest ; pour certains d'entre eux, le déficit est sensible, notamment en Loire-Atlantique, dans le Morbihan, la Seine-Maritime, la Somme ou encore le Nord.
 
A l'inverse, les départements qui s'étirent de l'Aquitaine à l'Auvergne et à la Franche-Comté ont subi des épisodes de grêle fréquents et parfois forts. Quelques forts épisodes de grêle ont également concerné l'Occitanie, la Champagne et le sud des Alpes.
 

Au total, 2021 établit de nouveaux records annuels d’activité grêle (depuis 2006) sur onze départements : l'Allier, le Cantal, la Corrèze, la Côte-d'Or, la Dordogne, le Doubs, le Gers, le Lot, la Haute-Marne, le Puy-de-Dôme et le Haut-Rhin. Une petite vingtaine d’autres départements ont enregistré en 2021 une activité grêle qui arrive en 2ème ou 3ème position depuis 2006 ; sont notamment concernés les départements proches du Massif Central, des Alpes et le sud de la Lorraine.
 

Quel est l’épisode de grêle le plus sévère de l’année 2021 ?

C’est la journée du 19 juin qui a vu s’abattre sur la France l'épisode de grêle le plus sévère de l’année 2021. Ce jour-là, de très nombreuses chutes de grêle ont été observées à partir des Pays-de-la-Loire et de l'est de l'Aquitaine, jusqu'au Centre, à la Lorraine, au Massif Central et à la Franche-Comté. Les chutes ont parfois été violentes, notamment dans le Doubs et en Seine-et-Marne.
 
Exemple de grêlons recueillis le 19 juin 2021 dans le Doubs (photo : L'Est Républicain)
 
 

Quel a été le plus gros grêlon observé en 2021 ?

Les plus gros grêlons mesurés en France en 2021 ont avoisiné 7 cm de diamètre. Ils ont été recueillis d'une part le 19 juin, dans le département du Doubs, sous un orage de type supercellulaire particulièrement actif ; d'autre part le 31 juillet sous un orage supercellulaire qui a longé les côtes des Alpes-Maritimes ; et enfin le 15 août en Isère.
 
Des grêlons de très gros diamètre (5 à 6 cm) ont également été recueillis le 16 juin, le 19 juin, le 20 juin, le 21 juin, le 23 juillet et le 15 août, sur les départements de la Gironde, de la Seine-et-Marne, du Tarn, de l'Ain, du Puy-de-Dôme et de la Saône-et-Loire.

Exemple de grêlons recueillis le 21 juin 2021 dans l'Ain (photo : Le Progrès)
 
 


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK