Observatoire français des tornades et orages violents

Supercellules, grêle et fortes rafales le 16 juin 2013

Une offensive orageuse de grande ampleur a débuté ce dimanche 16 juin par une série de supercellules entre Auvergne et Bourgogne.

 
 

Structure supercellulaire vers Riom (63) en soirée de ce dimanche 16 juin (Eric TARRIT)
 
 

Jusqu'à 4 supercellules en activité simultanée

Nombre de supercellules en activité en France, par intervalle de 15 minutes, le 16 juin 2013. (c) KERAUNOSLa journée du 16 juin a été marquée par la formation de 8 supercellules entre le nord de l'Auvergne et la Bourgogne, dont 6 classées comme supercellules abouties (liste principale). Cet épisode supercellulaire de grande ampleur a débuté à 16 heures sur le Puy-de-Dôme pour s'achever en milieu de nuit suivante.
 
Le graphique ci-contre présente le nombre de supercellules en activité en France, toutes les 15 minutes, durant cet épisode. On note un pic de 4 supercellules en activité simultanée entre 21h00 et 22h00 locales (19h à 20h TU).
 
Parmi ces 8 supercellules recensées, 6 ont présenté un moteur droit et 2 un moteur gauche. Leur durée de vie a oscillé entre 1h et 2h45, pour une moyenne de 2 heures.
 
Le compte-rendu de cette journée (ci-après) présente notamment plusieurs clichés de ces supercellules, dont au moins une a développé un tuba très prononcé.
 
 

Point sur la situation convective à 22h15 locales

Dans l'après-midi, des structures convectives très abouties ont évolué sur l'est du Puy-de-Dôme. Les structures ont été photographiées depuis le Puy-de-Dôme et depuis le Forez. Ces orages au comportement supercellulaire ont produit de fortes chutes de grêle et d'abontantes précipitations.
 
        
Orage dans le Puy-de-Dôme vu depuis Chalmazel (42) et depuis Thiers en fin d'après-midi de ce dimanche 16 juin (N. GASCARD & KERAUNOS)
     
  
Supercellule dans le Puy-de-Dôme en fin d'après-miid de ce dimanche 16 juin (E. TARRIT)
 
  
Supercellule dans le Puy-de-Dôme en fin d'après-midi de ce dimanche 16 juin vue depuis Saint-Héand (C. ROUSSET)
 
  
Supercellule dans le Puy-de-Dôme en fin d'après-midi de ce dimanche 16 juin (S. DESMARCHAIS)
 
Fortes rotations associées à une cellule orageuse active, dans l'Allier, vers 21h locales. (L. MAZET)
Fortes rotations associées à une cellule orageuse active, dans l'Allier, vers 21h locales. (L. MAZET)
 
 
Les cellules orageuses qui se développent ce soir entre le nord-ouest du Puy-de-Dôme et la Nièvre adoptent un comportement supercellulaire assez net. Un mésocyclone persistant et bien développé a été observé près de Riom (63). La structure orageuse a produit une rafale convective de 102 km/h.
 
     
Structure supercellulaire vers Riom (63) en soirée de ce dimanche 16 juin (N. GASCARD)
 
     
 
Clichés transmis par Acriid33 - Supercellule à la frontière Creuse / Puy-de-Dôme
 
 
De même, une supercellule très esthétique a été observée dans la Nièvre, près de Château-Chinon en soirée. Plusieurs amorces tornadiques (tubas) ont été signalées :
 
  
Supercellule dans la Nièvre en soirée de ce dimanche 16 juin (Flavien LEFEBVRE)
 
    
 
  
Supercellule dans la Nièvre vue depuis le sud Bourgogne entre 21h59 et 22h16 ce dimanche 16 juin (Antoine FRIBOULET)
 
 
Ainsi, entre le centre de l'Auvergne et la Bourgogne, deux cellules moteur droit et une cellule moteur gauche ont été simultanément actives. Grêle et fortes précipitations sont encore d'actualité.
A 22h locales, la structure auvergnate s'éteint alors que la convection profonde (moteur droit) persiste sur la Bourgogne, en entrant sur le département de la Côte-d'Or.
 
Notons par ailleurs que de faibles orages se sont développés sous une ligne convective peu active en Lorraine en milieu de soirée. Ce cliché, pris par Kevin LECLERCQ met en évidence une légère rotation :
 
Photographie de K. LECLERCQ
 
Sur le proche Atlantique, la convection commence à éclore, essentiellement dans le Golfe de Gascogne. Les orages vont rapidement se multiplier puis s'organiser en système convectif de méso-échelle qui évoluera dans le courant de la nuit prochaine sur le centre-ouest de la France.
 

 

Si vous êtes témoin de ces orages, n'hésitez pas à nous contacter.
 
 

Point sur la situation convective à 19h00 locales

L'activité orageuse a été intense ces deux dernières heures sur la moitié est du Puy-de-Dôme. Le petit système orageux qui s'y est réalimenté continuement a généré des lames d'eau localement supérieures à 80 mm ainsi que des chutes de grêle.
Plusieurs splits (dédoublement de cellules orageuses) ont été constatés, avec probabilité de formations d'un ou plusieurs mésocyclones, sans qu'il soit néanmoins possible pour le moment de confirmer la présence d'une ou plusieurs structures supercellulaires. Les sommets nuageux ont été bien froids (< -60°C), ce qui confirme la profondeur et la vigueur de la convection sur ce département (voir l'image satellite thermique ci-dessous à gauche).
 
Ces orages se sont développés au sein d'un petit minimum de surface, comme en témoigne la carte pointée ci-dessous à droite. Les points de rosée demeurent élevés dans ce secteur  (20°C) et une activité orageuse est susceptible de se maintenir entre Puy-de-Dôme, sud de l'Allier et nord du Rhône ces prochaines heures.
 
Image satellite thermique du 16 juin 2013 à 17h34 locales. Orages sur le Puy-de-Dôme.     Carte pointée du 16 juin 2013 à 18h locales. Réseau METAR. (c) KERAUNOS
 
 
La dégradation orageuse attendue en début de nuit par la façade Atlantique n'est pour le moment pas modifiée dans sa localisation et son déroulement. Plus d'informations ci-dessous, ainsi que dans le bulletin de prévision convective du jour.
 
 
 

Point sur la situation convective à 17h00 locales

Comme prévu, les premiers déclenchements de convection profonde sont observés depuis un peu plus d'une heure sur le nord du Massif Central. Un système orageux de petite dimension mais très intense est désormais en activité sur le Puy-de-Dôme. Il produit des précipitations particulièrement fortes à l'est de Clermont-Ferrand et devrait progressivement gagner le nord du département de la Loire au cours de l'heure qui vient.
 

 

Ce petit système orageux est parfaitement visible sur les images satellite (voir ci-dessous à 16h45 et 17h00 locales). On note une convection particulièrement intense, avec des sommets convectifs très denses :
 
Image satellite du 16 juin 2013 à 16h45 locales. Orages sur le Puy-de-Dôme.     Image satellite du 16 juin 2013 à 17h00 locales. Orages sur le Puy-de-Dôme.
 
D'autres cellules orageuses sont par ailleurs susceptibles de se développer en aval dans le flux, sous l'effet du courant de densité généré par cet orage. L'environnement est en effet propice à des déclenchements de convection vigoureux, compte tenu de LCL qui sont contenus dans des altitudes relativement basses (1.500 mètres sur le Puy-de-Dôme à 16h locales par exemple), avec des rapports de mélange très élevés en basses couches (14 g/kg dans cette région sur les derniers pointages). L'initiation et l'alimentation des orages se trouvent facilitées dans ce contexte.
 
La dégradation orageuse attendue en début de nuit par le Golfe de Gascogne reste d'actualité. Son point d'entrée sur notre pays est prévu entre le nord-ouest de la Gironde (Médoc) et la Vendée, entre minuit et 02h la nuit prochaine. Ce système orageux devrait se constituer en un MCS (système convectif de méso-échelle), et présenter un risque important de fortes lames d'eau (plus de 20 mm en peu de temps, et localement 30 mm), de chutes de grêle ainsi qu'un potentiel de rafales de vent supérieures à 90 km/h.
Le dernier run du modèle WRF-ARW 6 km est représentatif de la position attendue comme la plus probable pour ce système orageux entre 02h et 03h la nuit prochaine :
 
Précipitations horaires (mm) modélisées par WRF-ARW 6 km. (c) KERAUNOS
 
 

 

 


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Politique de confidentialité OK