Observatoire français des tornades et orages violents

Orages de grêle et supercellules, dans le sud-ouest, le soir du 2 août

De forts orages de grêle ont balayé le nord de l'Aquitaine et le Limousin en soirée du 2 août et la nuit suivante . Certains grêlons ont dépassé 5 cm de diamètre.

 
 
Supercellule en Dordogne, près de Périgueux, le soir du 2 août 2013. (c) Mathieu MAYOUX
Supercellule en Dordogne, près de Périgueux, le soir du 2 août 2013. (c) Mathieu MAYOUX
 
 
Nous retiendrons surtout de cette soirée du 2 août et de la nuit suivante le développement d'orages supercellulaires très actifs entre Gironde et Corrèze, en passant par la Dordogne. Ils ont produit des chutes de grêle de 2 à 5 cm de diamètre et très localement quelques dégâts dus au vent (arbres couchés sur la voierie).

En deuxième partie de nuit du 2 au 3 août, ces orages se sont décalés vers le nord-est mais le potentiel grêligène s'est considérablement réduit. Quelques phénomènes forts ont pu être observés très localement sur le nord de la Bourgogne ou le sud de la Champagne. Quelques fortes rafales de vent nous ont également été rapportées dans la région de Kerbach, en Moselle, vers 04h15 locales.
 
 

D'importants dégâts sur les communes d'Excideuil et de Génis, en Dordogne

Une supercellule a provoqué des chutes de grêlons de 5 à 6 cm de diamètre, parfois difformes, sur la commune de Génis (près de Hautefort), aux environs de 22h15. Ces fortes chutes de grêle n'ont duré que quelques minutes, mais ont causé des dommages importants aux toitures, qui pour certaines d'entre elles sont trouées, et ont brisé les pare-brises des voitures. La végétation est hâchée.
Quelques personnes ont été légèrement blessées par ces chutes de grêle.
 
 

Au moins 5 supercellules

Cet épisode orageux se distingue par une très forte production supercellulaire. En quelques heures à peine, 6 supercellules ont pu être identifiées (5 recensées en liste principale, et 1 en liste secondaire). Parmi elles, 5 ont présenté un moteur droit et 1 a présenté un moteur gauche, pour des durées de vie qui ont approché 4 heures pour la plus durable d'entre elles.
 
Parmi ces supercellules, 5 se sont initiées sur le département des Landes et 3 ont suivi une trajectoire quasiment identique, ce qui a notamment conduit le secteur de Périgueux, en Dordogne, à subir le passage successif de 3 supercellules consécutives.
 
Nombre de supercellules en activité sur le territoire français, par intervalles de 15 minutes. Les heures sont indiquées UTC. (c) KERAUNOSLe graphique ci-contre représente le nombre de supercellules en activité sur le territoire français par intervalles de 15 minutes. On note que le pic d'activité supercellulaire a été atteint entre 20h00 et 20h30 TU, soit entre 22h00 et 22h30 locales, avec 5 supercellules en activité simultanée.
 

Les photographies qui suivent illustrent les chutes de grêle observées sous les supercellules lors de leur passage sur la Corrèze :
 
Chutes de grêle en Corrèze, sous les supercellules du 2 août 2013. (c) C. FERRE - KERAUNOS     Chutes de grêle en Corrèze, sous les supercellules du 2 août 2013. (c) C. FERRE - KERAUNOS
 
Chutes de grêle en Corrèze, sous les supercellules du 2 août 2013. (c) C. FERRE - KERAUNOS     Chutes de grêle en Corrèze, sous les supercellules du 2 août 2013. (c) C. FERRE - KERAUNOS

 
 

Les orages vus depuis le Lot et la Gironde

La forte activité électrique générée par ces orages supercellulaires était visible de loin, comme en témoigne ce cliché pris depuis les hauteurs du Lot, vers 01h locales :
Forte activité électrique vue depuis le Lot. (c) Florian PARZADIS
 
 
Les premiers déclenchements de convection profonde ont été photographiés près de Léognan en Gironde par Acriiid33 :
 
Supercellule vue depuis la Gironde. (c) Acriiid33 
 
Retrouvez ci-dessous les différents points émis régulièrement durant la soirée du vendredi 2 août :
 

Point sur la situation convective à 00h00 loc.

L'activité orageuse gagne vers le nord et l'est. Si elle est généralement modérée en remontant vers le Centre, elle reste ponctuellement forte en allant vers le Limousin (Corrèze), où des structures supercellulaires grêligènes persistent.
Au cours de la nuit, l'activité va cesser sur l'Aquitaine, quelques cellules évoluent encore sur l'ouest de la Gironde mais elles ne parviennent plus à être virulentes. L'activité orageuse la plus marquée va progresser vers les frontières belges et allemandes d'ici demain matin, avec un risque de phénomènes convectifs forts (rafales > 90 km/h et chutes de grêle).

L'image satellite de 22h30 locales ci-dessous indique bien que la convection profonde se développe à l'aplomb d'un forçage d'altitude dynamique (anomalie d'altitude et entrée droite de jet). 

 
Si vous êtes témoin de cette activité orageuse, n'hésitez pas à reporter vos observations sur la carte en temps réel
 
 
 
 

Point sur la situation convective à 22h30 loc.

La structure supercellulaire qui a transité entre Gironde et Dordogne ce soir, et qui a généré des grêlons parfois proches de 4 à 5 cm évolue en écho en arc (bow echo) particulièrement bien dessiné. Le potentiel venteux très localisé croît sous cet orage qui gagne le Limousin. 
Ailleurs entre Aquitaine et Poitou, des cellules se succèdent mais aucune rafale convective significative n'a été relevée ou signalée. Le potentiel venteux devrait s'accentuer en allant vers le nord-est, de la Bourgogne à la Lorraine et à la Champagne. Un jet de basse couche assez puissant devrait s'organiser, accentuant ainsi le risque de rafales convectives > 90 km/h en deuxième partie de nuit.

Prochain point prévu à 00h locales.

 
Si vous êtes témoin de cette activité orageuse, n'hésitez pas à reporter vos observations sur la carte en temps réel
 
 
 
 

Info orages de 21h40 loc.

Une structure convective au comportement supercellulaire qui s'est développée il y a près d'une heure sur la Gironde a gagné l'ouest de la Dordogne. Une nette déviation par rapport au flux directeur général et une signature radar caractéristique sont observées.

 

Point sur la situation convective à 20h15 loc.

Les premières cellules orageuses se sont développées au large des Landes et ont balayé dans un premier temps le secteur de Biscarrosse il y a moins d'une heure. A présent, la convection s'étend et des structures orageuses grêligènes évoluent sur l'ouest de l'Aquitaine. 
L'imagerie satellite vapeur d'eau met en évidence l'approche d'une anomalie d'altitude au large immédiat de l'Aquitaine. Les cisaillements sont importants dans le sud-ouest de la France, si bien que quelques structures supercellulaires pourront se développer avant que la convection ne s'organise en un système convectif de méso-échelle.
A l'avant, sur l'est du Gers, quelques cellules moins denses mais ponctuellement vigoureuses éclosent et pourraient là aussi adopter un comportement supercellulaire.

Notons enfin que près de la Manche, quelques structures peu abouties ont balayé le Calvados cet après-midi. Le risque supercellulaire ne s'est pas concrétisé sur la zone ; les forçages étant vraisemblablement trop éloignés et influençant surtout la Manche et les îles britanniques.

Prochain point prévu à 00h locales.

 
Si vous êtes témoin de cette activité orageuse, n'hésitez pas à reporter vos observations sur la carte en temps réel
 
Prochain point prévu à 22h00 sauf évolution significative d'ici là.
 
 
 
 
 
 
 


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK