Observatoire français des tornades et orages violents

Tornade EF0 à Landeyrat (Cantal) le 11 juin 2014

Le 11 juin 2014, vers 16h30 locales, une tornade de très faible intensité (EF0) touche brièvement le sol à l'ouest du village de Landeyrat (Cantal). Le phénomène, qui est temporairement accompagné d'un second tuba, produit de très faibles dommages dans des prairies. 
 
La tornade de Landeyrat présente des similitudes avec celle de Marcenat, survenue le 11 juin 2008 à une distance de moins de 6 kilomètres au nord-nord-est
 
Enfin, la tornade de Landeyrat figure parmi les tornades françaises ayant sévi à l'altitude la plus élevée, parmi tous les cas recensés à ce jour.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade EF0 de Landeyrat (15) du 11 juin 2014* intensité maximale : EF0 soit des vents estimés entre 105 et 135 km/h
* distance parcourue : 400 mètres
* largeur moyenne : 10 mètres

* commune traversée : LANDEYRAT
* département : CANTAL (15)
* altitude moyenne du terrain : 1135 mètres
* type de terrain : prairies

* principaux dégâts : tôles de nourrisseurs emmenées à distance (environ 50 mètres pour l'une d'entre elles) ; nourrisseur traîné et retourné ; piquets de clôtures arrachés et barbelé détruit sur une largeur de 5 mètres
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)


Une tornade vue et photographiée par de multiples témoins

La tornade de Landeyrat, qui s'est constituée vers 16h30 locales, a persisté environ 10 à 15 minutes au stade de tuba, jusqu'à produire un contact bref avec le sol à l'ouest immédiat de Landeyrat, près d'une zone de tourbières. Le phénomène, qui a été vu et photographié par un grand nombre de témoins, a été aperçu jusqu'à plus de 30 kilomètres aux alentours.

Vidéo de la tornade 
 
Les photographies suivantes sont exceptionnelles, dans la mesure où elles ont été prises à quelques centaines de mètres à peine de la tornade. Elles montrent un tourbillon dont le contact au sol est très délimité et particulièrement étroit. Le buisson n'est dense que dans sa partie la plus basse :

© Frédéric Labize et Laetitia Fageol - Tornade vue depuis Landeyrat (100 à 400 mètres au nord-ouest)
 
Les clichés présentés par Christophe ROY (voir ci-dessous) mettent par ailleurs en évidence un second tuba, qui est apparu lorsque le premier tuba à l'origine de la tornade a commencé à se désagréger.
 
© Christophe ROY - Tornade vue depuis Marchastel (10 kilomètres à l'ouest)

 Tornade vue depuis Lastic (33 km au SE)                                                                                                                    Tornade vue depuis Véze (D39, 8 kilomètres à l'est)
 

Enquête de terrain

Les investigations menées par Christophe Ferré ont permis de trouver trace de faibles dommages sur une zone limitée de 400 mètres de long et de 10 mètres de large tout au plus. Les dégâts observés (clôtures renversées, tôle de nourrisseur de 40 kg soulevée et emmenée à distance) relèvent d'une intensité EF0. Des traces de convergence ont par ailleurs été identifiées dans les prairies et pourraient provenir du phénomène.

A
1    Tôle d'un nourrisseur projetée à distance (50 mètres environ)
2    Nourrisseur renversé et traîné (distance inconnue)
3    Piquets de clôtures en bois arrachés
4    Convergence observée dans une prairie, sur le parcours de la tornade
5    Piquets de clôtures en bois arrachés
6    Tôle d'un nourrisseur (40 kg environ) projetée à distance
 
 

Analyse de la cellule orageuse

La tornade de Landeyrat s’est formée sous une cellule convective orageuse, lors de sa phase d'intensification. Celle-ci a pris part à la constitution d’un amas multicellulaire qui s’est structuré en quelques dizaines de minutes sur le Cézallier (nord du Cantal), avant de se disperser d’une manière relativement anarchique dans l’heure qui a suivi.

L’image satellite ci-dessous a été prise dans la demi-heure qui a suivi la formation de la tornade. On remarque, aux abords du Cantal, un vaste amas orageux composé d’une multitude de cellules convectives.
 
Image satellite canal visible du 11 juin 2014 à 17h00 locales. © KERAUNOS

Le profil vertical reconstitué pour le secteur de Landeyrat montre une forte instabilité (MUCAPE de 2.766 J/kg et MULI de -8 K), mais des cisaillements très faibles (cisaillements profonds de 7 m/s et SRH 0-3 km de 44 m²/s²).
 

A 

En savoir plus sur les tornades

+  consulter  la  liste des tornades en France
+  découvrir  la  climatologie des tornades en France


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Politique de confidentialité OK