Observatoire français des tornades et orages violents

Tornade EF3 à Houdain (Pas-de-Calais) le 10 décembre 2000

Une tornade de forte intensité (EF3) touche la commune de Houdain (Pas-de-Calais) le 10 décembre 2000 en milieu de journée. Le phénomène éventre notamment une habitation et pulvérise une caravane contre un mur.
 
La tornade de Houdain s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise au moins 3 cas pour la journée du 10 décembre 2000, dont la tornade EF1 de Seclin (Nord) et la tornade EF1 de Mourmelon-le-Grand (Marne).
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : 3 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 300 mètres

* communes traversées : BEUGIN, HOUDAIN (Houdain Bas)
* département : PAS-DE-CALAIS (62)
* altitude moyenne du terrain : 75 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, terres arables hors périmètres d'irrigation, prairies

* principaux dégâts : caravane transportée à plusieurs mètres de hauteur et emmenée à distance en percutant une bétonnière avant d'être pulvérisée contre un mur ; effondrement d'une grange ; toitures arrachées ou éventrées ; toitures partiellement ou totalement arrachées avec, au pire, un écrêtement des murs extérieurs ou un effondrement partiel des murs porteurs ; animaux aspirés ; multiples projections de débris alentour ; une poutre de 100 kg fichée dans le toit d'une habitation ; toiture d'un supermarché envolée

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
  

Un tourbillon qui balaie tout sur son passage

La tornade de Houdain s'est manifestée durant une journée exceptionnelle dans les Hauts-de-France, marquée par une très forte instabilité dans un contexte tempétueux. Cette situation est à l'origine d'une ligne de grains très active, qui a balayé la région Nord-Pas de Calais d'Ouest en Est, et provoqué sur son passage de très nombreux dégâts venteux. A ce jour, au moins trois tornades (dont l'une dans la Marne) ont été recensées, sans toutefois en connaître la distance totale parcourue en l'absence d'enquête de terrain.

Concernant la tornade de Houdain, le phénomène a été vu par de nombreux habitants. L'un d'eux témoigne : « C’est simple, si vous avez vu le film sur les tornades, Twister, hé bien chez nous, c’était pareil : on a vu un tourbillon arriver et tout balayer sur son passage. Il n’y avait rien à faire. Il y a même un chien qui s’est fait happer… »

Sur un parcours d'au moins trois kilomètres entre Beugin et Houdain, la tornade a sévi au sein d'un couloir de dégâts large de 300 mètres. Les dégâts sont très importants et localement spectaculaires : caravane transportée à plusieurs mètres de hauteur et emmenée à distance en percutant une bétonnière avant d'être pulvérisée contre un mur ; effondrement d'une grange ; toitures arrachées ou éventrées ; toitures partiellement ou totalement arrachées avec, au pire, un écrêtement des murs extérieurs ou un effondrement partiel des murs porteurs ; animaux aspirés ; multiples projections de débris alentour ; une poutre de 100 kg fichée dans le toit d'une habitation ; toiture d'un supermarché envolée.

Aucun blessé sérieux n'est à déplorer suite à cette tornade.

* * *

La journée du 10 décembre 2000 est marquée par de nombreux phénomènes venteux destructeurs. La Voix du Nord consacre plusieurs pages à ces événements, dont la tornade de Houdain dans son édition du 12 décembre 2000. En voici un bref extrait:

« Et puis, on a vu la caravane voler… »

Imaginez deux secondes que vous êtes à table, un dimanche devant la porte fenêtre qui donne sur le jardin. Il fait beau et d’un coup, le ciel s’assombrit, le vent monte. Et en un éclair, votre porte-fenêtre double vitrage sort de ses gonds, vous fonce droit dessus. Au même moment de surprise, vous voyez passer la caravane habituellement garée chez votre voisin de gauche, à plusieurs mètres de hauteur, elle virevolte et va s’exploser chez votre voisin de droite, en ayant sauté allégrement la palissade et bousculé une bétonneuse de quelques centaines de kilos. Tout ça sans avoir abusé de l’apéritif….

Gonflée à l’air

En même temps, un énorme souffle d’air s’engouffre chez vous, gonfle littéralement les murs de votre maison et s’échappe par les combles, explosant quelques cloisons de plâtre au passage… A Houdain, entre Lens et Béthune, les riverains de la rue des Ecoles se souviendront longtemps de ce dimanche de décembre où, décidément, il faisait trop doux pour la saison.

Jean-Pierre Billaud en est quitte pour une belle peur, sa petite fille aussi et son beau-père a la cuisse entaillée par des éclats de verre. Hébété, lorsqu’il sort de sa maison, il découvre qu’un pignon entier de sa maison, construite il y a trois ans, s’est effondré. Puis des lézardes, des fissures sur les plafonds, les murs qui ont bougé. « Et dans le jardin, j’ai découvert un tas de tôles qui sont arrivés d’on ne sait où… », raconte encore sous le choc le propriétaire de la maison.

Chez son voisin, la grange attenante à l’habitation principale, achetée il y a juste une semaine, s’est effondrée, heureusement sans blesser personne. En face, une maison a reçu une volée de tuiles sur sa façade. Des éclats partout, des volets arrachés. Son propriétaire absent a été appelé par les voisins. Lorsqu’il arrive chez lui, il découvre une poutre de 100 kg à côté du lit. La poutre de soutènement s’est envolée comme un fétu de paille de la grange et est retombée sur le toit, transperçant la maison comme une vulgaire feuille de papier…

Un peu plus loin, l’école est restée fermée. Les tuiles continuaient de tomber et les conditions de sécurité étaient loin d’être satisfaisantes : une fenêtre est sortie de son châssis et le vent a mis une salle de classe sens dessus dessous…

La mini-tornade qui s’est déplacée une bonne partie de l’après-midi de dimanche a mis Houdain sous le choc. Partout en ville, ce ne sont que des panneaux d’affichage, des enseignes tordues, des arbres brisés par les rafales. Entre 150 et 200 logements ont été touchés avec des conséquences plus ou moins graves. Plus de 110 appels ont été passés au centre de secours. Comme ailleurs, les pluies de tuiles ou de projectiles emportés par le vent se sont abattues sur les voitures. Un brave monsieur d’une cinquantaine d’années s’est retrouvé coincé dans sa voiture, ballotté par les vents.

Comme « Twister »

« C’est simple, si vous avez vu le film sur les tornades, Twister, hé bien chez nous, c’était pareil : on a vu un tourbillon arriver et tout balayer sur son passage. Il n’y avait rien à faire. Il y a même un chien qui s’est fait happer… », raconte un riverain encore tout ébouriffé. Dans Twister, c’était une vache qui s’était envolée…

Avec le recul et la frayeur qui se dissipe, pompiers et sinistrés se rendent compte que les dégâts sont finalement limités : si la mini-tornade s’était formée à une heure où les enfants vont à l’école, les conséquences auraient été autrement plus dramatiques.

Sans toute la région, on ne compte heureusement que deux personnes blessées et hospitalisées (une dame à Flers, à côté d’Arras, a été blessée par la chute d’un mur). La mini-tornade a surpris tout le monde. D’abord par sa violence : le souffle balayait tout sur son passage et rien ne pouvait résister. Quinze secondes de sifflement et le tourbillon était ailleurs. Quinze secondes et les dégâts étaient énormes. Ensuite par sa rareté : personne ici n’avait vécu de tel événement météorologique. Dans le secteur d’Houdain, ce sont plutôt les inondations qui sont habituellement redoutées.

Les sapeurs-pompiers du Nord et du Pas-de-Calais ont enregistré plus de neuf cents appels dimanche. Hier, tous s’activaient à réparer au mieux les dégâts.
 

Analyse de la situation météorologique

La journée du 10 décembre 2000 est dominée sur l'ouest de l'Europe par un flux océanique perturbé et dynamique. La France est située dans l'axe d'un courant-jet d'ouest (voir ci-dessous à gauche) et un axe de thalweg de haute altitude, associé à une anomalie basse de tropopause, évolue en milieu de journée sur les régions du nord, positionnant les abords des Hauts-de-France dans une configuration de sortie gauche bien diffluente. Dans le même temps, à l'étage moyen, de fortes advections froides se présentent peu après 12h locales sur le Nord - Pas de Calais, en provenance du sud des Îles Britanniques (ci-dessous à droite).


Dans le même temps, près du sol, un front froid s'évacue à la mi-journée en direction de l'Aquitaine et de l'Alsace. Il est suivi par une onde secondaire (voir ci-dessous à gauche à 14h00 locales entre Bassin Parisien et frontières belges), qui affecte le nord du pays au moment où se présentent les advections froides en altitude (front froid secondaire). L'ensemble génère une forte instabilisation des profils verticaux au nord de la Seine, avec plusieurs centaines de J/kg de MUCAPE et des indices de soulèvement qui deviennent négatifs.


Ce front froid secondaire se matérialise sous la forme d'un système à forte composante convective, organisé en une ligne de grains arquée. Cette structure est d'ailleurs bien représentée par le reforecast réalisé avec le modèle WRF-ARW en résolution 3 km (voir les réflectivités composites produites par le modèle ci-dessous à gauche). Un jet de basses couches pénètre conjointement sur le Nord - Pas de Calais (plus de 50 noeuds vers 1.000 mètres d'altitude ; voir ci-dessous à droite) et produit de très forts cisaillements au passage de la ligne de grains. C'est à proximité immédiate de cette ligne de grains que se sont formées les tornades de Houdain et de Seclin.


De fait, le contexte était propice à la formation de tornades sous ce système convectif, grâce notamment à de très fortes valeurs d'hélicité relative dans les basses couches (> 300 m²/s² sur 0-1 km ; voir ci-dessous à gauche). La meilleure mise en phase entre cisaillements et instabilité est dès lors identifiée en milieu de journée au nord de Paris, entre Nord, Pas de Calais et Picardie. En témoignent les fortes valeurs du Tornado Index sur ce secteur (ci-dessous à droite).



En savoir plus sur les tornades

+  consulter  la  liste des tornades en France
+  découvrir  la  climatologie des tornades en France


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Politique de confidentialité OK