Le 21 août 1904, une tornade de faible intensité (EF1), probablement issue d'une trombe marine, frappe le centre-ville du Havre (Seine-Maritime). Des dégâts sont notamment observés dans le jardin public et la caserne des Douanes. Le phénomène survient moins de deux ans avant une autre tornade EF2 qui a été observée aux chantiers Augustin Normand, le 18 janvier 1906.

Il est à noter qu'une autre tornade EF1 a touché la ville du Havre le 7 juillet 1855. Classée en liste secondaire par Keraunos, elle a parcouru le quartier de Graville.
  

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade du Havre (76) du 21 août 1904intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 2,3 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : LE HAVRE (rue Gustave Cazavan, rue Paul Doumer, jardin public, place de l'Hôtel de ville, boulevard de Strasbourg, square Holker, caserne des Douanes, cours de la République)
* département : SEINE-MARITIME (76)
* altitude moyenne du terrain : 5 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés

* principaux dégâts : gros arbres déracinés, tordus ou brisés (nature non précisée) et branche de l'un d'eux lancée au 4e étage de l'immeuble du Crédit Lyonnais ; toitures endommagées et vitres brisées dans plusieurs maisons ; toiles déchirées dans des baraques ou des petites boutiques ; fiacre attelé déplacé ; deux voitures à bras enlevées ; dégâts dans la cour de la caserne des Douanes

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
  

Trajectoire de la tornade

 
 
© Keraunos (fond de carte : Archives Municipales du Havre - plan de 1908)

 

Une tornade issue d'une trombe marine ?

La tornade du Havre du 21 août 1904, qui s'est déroulée durant un grain orageux accompagné de pluies abondantes et de grésil, a surpris plusieurs témoins en raison de sa grande brièveté : "Le phénomène dura seulement quelques secondes. Le rayon de la trombe était très court car divers témoins qui la virent passer près d'eux ont déclaré qu'ils n'avaient pas constaté de différence appréciable dans la force du vent qui soufflait à ce moment-là." [Le Temps du 24 août 1904].

Les dommages consécutifs à cette tornade sont à ce jour identifiés entre la rue Gustave Cazavan et le cours de la République, soit sur un parcours de 2,3 kilomètres. Le phénomène pourrait être issu d'une trombe marine, mais nous ne pouvons pas l'attester faute d'informations détaillées. 

Entre la rue Cazavan et la rue Paul Doumer, aucun dégât n'est directement mentionné même si le passage du tourbillon est signalé. Au niveau du jardin public en revanche, la tornade provoque des dégâts sur la végétation : parterres de fleurs bouleversés ou détruits, gros arbres déracinés, tordus ou brisés. Le champ d'action du tourbillon est alors très mince : entre 20 et 30 mètres de largeur environ. Place de l'Hôtel de Ville, le tourbillon déplace un fiacre attelé, enlève deux voitures à bras et abat trois arbres. Une branche arrachée par le vent atterrit même à la hauteur du 4e étage de l'hôtel du Crédit lyonnais, et brise plusieurs vitres.

La tornade survole ensuite le square Holker et la cour de la caserne des Douanes où elle occasionne des dégâts. Dans le cours de la République, des baraques et des petites boutiques installées pour la fête Sainte-Anne ont leurs toiles déchirées. Au-delà de ce point, aucun dégât n'est mentionné et la tornade pourrait s'être dissipée.

Enfin, il est à noter que sur le parcours de la tornade, plusieurs toitures sont endommagées et des vitres de maisons brisées.

En savoir plus sur les tornades