Observatoire français des tornades et orages violents

Vague de chaleur et masse d'air exceptionnellement chaude du 30 juin au 7 juillet 2015

Le début du mois de juillet est marqué par l'arrivée de très fortes chaleurs sur la France. Cet épisode est intense et durable, entrecoupé de brèves dégradations orageuses dans l'ouest.

 

 

 

7 juillet - Journée exceptionnelle du Massif-Central aux Alpes

Point à 19h00
Les températures maximales relevées cet après-midi ont été exceptionnelles dans le centre-est avec à nouveau plusieurs records absolus, pour certains datant de juillet 1983 et son intense canicule.
Sous les coups de boutoir d'un effet de foehn, les plaines du Forez, la vallée du Drac et du Grésivaudan ont subi des températures comprises entre 40 et 41°C (Saint-Etienne, Grenoble). A Saint-Etienne, l'effet de foehn a été virulent avec des rafales à 60 km/h et une humidité relative de 12% au minimum. A Saint-Martin-d'Hères (38), la masse d'air est restée plus humide, rendant le ressenti insupportable avec humidex à 50.
 
En altitude, les températures ont également atteint des sommets avec un nouveau record absolu à l'Alpe d'Huez à plus de 1800 m (29.4°C) ou sur le Massif-Central avec 39.9°C à Lézigneux dans la Loire à 600 m ou 37.4°C au Puy-Loudes (43) à 833 m. Toute les vallées internes des Alpes du nord ont connu des températures de 39 à 40°C.
 
Enfin, notons un record absolu en Suisse, à Genève-Cointrin, où les 39.7°C relevés battent largement l'ancien record de 38.7°C il y a plus de 90 ans.
 
 
 
Point à 9h00
Cette nuit a été chaude sur la région Rhône-Alpes. La température minimale relevée à Lyon-Bron se place juste derrière le record absolu de juillet 1983 avec 24.4°C. Le mercure n'est généralement pas descendu sous les 22°C en plaines et vallées voire 24 à 25°C sur les pentes ventilées des reliefs à basse altitude (jusqu'à 800/900 m d'altitude).
Il faut dire que la masse d'air est restée exceptionnellement chaude cette nuit avec une température vers 1.500 m de 24.9°C au radiosonsage de Nîmes-Courbessac à 01h locale. La masse d'air la plus chaude se retrouvait à 880 hPa soit vers 1300 m d'altitude avec 26.6°C, soit une valeur exceptionnelle.
 
Cet après-midi sera la vraisemblablement le plus chaud de l'épisode sur Rhône-Alpes avec des pointes à 40°C possibles sur Saint-Etienne ou Grenoble, un peu moins à Lyon en raison d'un vent de sud soutenu.
 
Notons qu'hier lundi, l'Andalousie a connu sa journée la plus forte de la série avec jusdqu'à 45.2°C relevés à Cordoue. Les 40°C ont été dépassés du sud au nord du département,  Madrid compris.
 
 

6 juillet - De nouvelles minimales supérieures à 21°C

Point à 18h30
Cet après-midi, la chaleur s'est de nouveau montrée exceptionnelle sur le sud du pays, notamment dans les Alpes du sud et sur le sud du Massif-Central.
Ainsi, la station d'Embrun (début des relevés continus en 1947) a battu son record absolu de température avec 36.3°C (ancien record 36.1°C).
Il en est de même à Barcelonnette (début des relevés continus en 1983 mais ouverte en 1927) dans les Alpes-de-Haute-Provence et à Mende-Chabris qui bat au moins son record mensuel (début des relevés continus en 2001 - ouverte en 1985 mais relevés interrompus).
 
L'ultime advection d'air chaud est confirmée par le radiosondage de Nîmes-Courbessac, tiré à 13h locales. La température à 850 hPa (vers 1.500 m) atteignait 23,0°C. L'isotherme 0°C était très élevé à plus de 4500 m, exactement au niveau de pression 600 hPa.
 
 
Point à 9h00
Les minimales sont restées élevées cette nuit avec plus de 24°C à Lyon et généralement plus de 22°C à Grenoble, Saint-Etienne, Ambérieu ou Lons-le-Saunier. Des températures supérieures à 20°C voire 21°C ont par ailleurs été relevées à Chambéry-Aix les Bains, Annecy-Meythet et Clermont-Ferrand Aulnat. Ces températures sont pour certaines à moins d'un degré du record mensuel (à Lyon par exemple).

Sur la station de Lyon-Bron, la minimale de 24.1°C relevée ce matin se classe à la troisième position des plus fortes minimales depuis 1921.
 
 

5 juillet - Chaude nuit, records de maximales et orages à l'ouest

Point à 18h30
Après les records mensuels de minimales ce matin (à Metz-Frescaty), trois nouveaux records sont tombés sur des stations synoptiques ce dimanche avec un record absolu battant donc août 2003 au Puy-Loudes (43) à 833 m d'altitude : 36.1°C, soit autant qu'à Clermont-Ferrand 500 m plus bas !
 
Epinal et Nancy-Essey améliorent par ailleurs leur records mensuels établis hier (avec respectivement 36.7°C et 38.2°C). Langres établit également un nouveau record mensuel à 35.9°C en battant celui du 2 juillet. Au niveau des stations synoptiques c'est à Saint-Etienne Bouthéon (42) qu'il a fait le plus chaud aujourd'hui avec 38.6°C (jusqu'à 39°C sur 3 postes de la Loire).
 
La chaleur a également été exceptionnelle dans les Alpes avec de nouveaux records dans les stations d'altitude entre 1500 et 2000 m.
 
 
Point à 9h00
La nuit a été une nouvelle fois assez chaude sur l'est du pays en particulier où quelques records ont été battus, notamment à Metz.
Globalement, des températures minimales de 20 à 24°C ont été observées dans les villes les plus chaudes hier (Lyon, Metz, Nancy, Strasbourg, etc.)
 
Depuis la nuit dernière, des orages éclatent dans l'ouest. Ils génèrent surtout de fortes pluies et localement quelques rafales de vent comme à Laval où un système linéaire a généré des rafales proches de 70 km/h. Ce soir, l'activité orageuse devrait être plus virulente dans le nord-est et pourrait faire l'objet d'un suivi à part.
 
La masse d'air est restée instable toute la nuit, le radiosonsage de Trappes à 01h du matin montrait en effet une MUCAPE encore proche de 1.600 J/kg. Cette instabilité va nettement se renforcer en se décalant vers l'est dans la journée.
 
 

4 juillet - Nuit tropicale et de nouveaux records

Point à 19h00
Après une nuit extrêmement chaude, de nouveaux records mensuels ont été battus cet après-midi dans le nord-est. A Strasbourg, les 38.3°C relevés ne sont qu'à 0,2°C du record absolu de la canicule d'août 2003. A Mâcon (71), les 39.2°C égalent le record détenu par la canicule de juillet 1947. Une particularité à noter à Epinal, qui bat son record mensuel trois fois de suite en l'améliorant à chaque fois.
 
Globalement, la masse d'air chaud arrivée par le sud-ouest hier s'est décalée aujourd'hui à l'est. Elle devrait devenir encore un peu plus chaude demain de Rhône-Alpes à l'Alsace mais les records mensuels de Rhône-Alpes sont très élevés et donc difficilement battables.
 
Sur le front des orages, bon nombre de cellules d'étage moyen se sont développées cet après-midi, plus à l'est qu'initialement prévu. L'ensemble des radiosondages du nord de la France, de Belgique, de Suisse ou d'Allemagne présentent une forte inhibition convective et des niveaux de condensation toujours très élevés, globalement au dessus de 2.000 m d'altitude. Malgré tout, des orages parviennent à éclore, avec une base parfois situées autour de 3.000 m.
 
 
Point à 9h00
Ce fut la nuit la plus chaude de cet épisode caniculaire à l'échelle nationale. Des records absolus de température minimale (à valider définitivement à 18h TU vu que la minimale se comptabilise entre 18h la veille et 18h TU le jour J) ont été battus.
 
On notera par ailleurs de remarquables températures minimales sur les bas reliefs : Saint-Etienne (Grand Clos) : 24.4°C, Le Mont Dore : 21.4°C ou bien dans le coeur des agglomérations (près de 25°C à Lille ou Lyon et plus de 27°C à Saint-Germain-des-Prés sur les toits). La station de Paris-Montsouris est quant à elle en panne...
 
Ce matin, quelques orages éclatent sur la Normandie et les régions centrales. Ils ont toujours des bases élevées. Le radiosondage de Trappes en milieu de nuit montrait une inhibition convective persistante et des niveaux de condensation vers 2.000 m d'altitude.
 
 
 

3 juillet - 40°C dans les vallées d'Auvergne et instabilité extrême dans le nord

Point à 19h30
La chaleur s'est à nouveau nettement accentuée sur l'ensemble du pays ce vendredi avec des valeurs supérieures à 30°C quasiment partout hormis près des côtes de la Manche. C'est à nouveau Vichy-Charmeil qui est la station synoptique la plus chaude du jour avec 40.2°C (40.1°C relevés il y a deux jours). Les vallées d'Auvergne ont été particulièrement exposées aux très fortes chaleurs avec 39.8°C à Clermont-Ferrand.
La station de Brive a par ailleurs rebattu son record mensuel établi il y a 48h avec une maximale de 39.6°C ce 3 juillet.
On notera par ailleurs les remarquables 38.2°C de Romorantin (nouveau record mensuel), les 37.2°C de Saint-Girons, les 36°C de Guéret (nouveau record mensuel) ou les 39.3°C de Clarac en Haute-Garonne.
Dans les Alpes, les valeurs ont été remarquables avec des températures supérieures à 27°C au-dessus de 1600m !
 
Le profil vertical de Trappes en début d'après-midi témoignait de l'arrivée d'une nouvelle masse d'air très chaude ave près de 20°C à 850 hPa. Mais c'est surtout l'instabilité latente en début d'après-midi qui se montrait exceptionnelle puisque le profil présentait 4.344 J/kg de MUCAPE. De telles valeurs relevées en début d'après-midi sont rares mais la MLCAPE était beaucoup plus modérée avec 700 J/kg environ. Il est fortement probable qu'au fil de l'après-midi, l'inhibition convective se soit nettement renforcée.
 
 
 
 
 
Point à 9h00
Ce matin, quelques orages prenant naissance à l'étage moyen évoluent dans le centre-ouest, et ce depuis la fin de nuit. Ils gagnent vers le nord mais ne devraient parvenir à conserver leur aspect orageux. Le radiosondage de Bordeaux (tiré à 01h locale) met en évidence une forte inhibition convective dans les basses couches avec niveau de condensantion (LCL) vers 3.800 m. Une faible instabilité était en place en milieu de nuit. Cette dernière est sans doute un peu plus sensible plus au nord-est, sur le Poitou.
 
Dans l'est, la nuit a été chaude, malgré l'arrêt temporaire du vent sud. L'arrêt du vent d'autan sur le Tarn a permis un fléchissement des températures entre 17 et 19°C au lieu des 24°C relevés les deux jours précédents. Globalement, les minimales de la nuit se sont échelonnées de 19 à 23°C sur l'est du pays, voire 24/25°C près de la Méditerranée. La nuit prochaine devrait être la plus chaude de la série et l'on pourrait battre par endroit des records mensuels voire absolus de températures minimales.
 
 
 

2 juillet - Orages à l'ouest et au nord, records mensuels à Langres et Epinal

Point à 19h00
Comme prévu la masse d'air chaud s'est décalée vers l'est. A 13h locales, la température à 850 hPa avait perdu 4 bons degrés au radiosondage de Trappes (17.6°C) et en a gagné quelques uns au radiosondage de Payerne en Suisse (21.6°C).
Le sondage de Payerne (ci-dessous à gauche) présente par ailleurs une instabilité latente très marquée, supérieure à 2.500 J/kg de MUCAPE et un MULI de -9K. Une telle instabilité si tôt dans l'après-midi est remarquable. Les basses couches étaient tout de même inhibées et les niveaux de condensation (LCL) et de convection libre (LFC) étaient donc assez hauts. En l'absence de forçage, le déclenchement d'orages sur ce secteur est difficile même si quelques orages isolés mais actifs éclatent sur le Jura en cette fin de journée.
 
     
Radiosondages de Payerne et de Trappes à 13h locales
 

Cet après-midi, la station d'Epinal dans les Vosges a battu son record mensuel de température avec 36.2°C (ancien record 35°C en juillet 2006). Même chose à Langres qui a enregistré une maximale de 35.4°C (ancien record de 35.1°C en 1952) Le mercure est monté jusqu'à 37.5°C à Roanne dans la Loire, 37.2°C à Strasbourg-Entzheim (à 0.3°C du record mensuel), 37°C à Nancy-Essey, 36.5°C à Mâcon, 36.3°C à Saint-Etienne Bouthéon, 35.8°C à Bâle-Mulhouse.
 
Sur le front des orages, l'activité convective s'est évacuée en milieu d'après-midi vers le Benelux. Des orages de grêle, accompagnées de fortes pluies et de rafales de vent de 60 à 80 km/h ont concerné la Normandie, la Picardie et le Nord-Pas de Calais ce matin et en début d'après-midi.
 
Orage à Berck-sur-Mer (62) vers 13 - Pix Bigd
 

La nuit précédente, les orages ont été localement forts, avec des dégâts dus au vent reportés en Charente-Maritime notamment.


 
Point à 10h00
Des orages parfois très électriques et isolément venteux ont éclaté cette nuit dans l'ouest. Ils évoluent le long d'une limite pseudo-frontale qui tangente la côte Atlantique. Localement, des chutes de grêle et des rafales de vent de 70/80 km/h ont été relevées.
 
Ces orages ont été photographiés depuis le Morbihan, la Vendée, la Gironde et la Charente-Maritime par plusieurs chasseurs d'orages :
 
 
      
 
       
  
      

      
 
      
 
      
 
 
Depuis 22h le 1er juillet jusqu'à 6h ce matin du 2, plus de 18.000 décharges de foudre ont été comptabilisées sur le tiers ouest de la France :
 
 
 
Plus à l'est, les minimales sont restées élevées cette nuit avec jusqu'à 23/24°C entre Lyon et Ambérieu ainsi que dans le domaine de l'Autan sur le Tarn. Ailleurs, les températures mini ont fréquemment évolué entre 18 et 22°C.
 
 

1er juillet - 40°C en Ile-de-France, températures exceptionnelles

Point à 18h30
Cet après-midi peut être qualifié d'après-midi le plus chaud depuis 1947 à Paris-Montsouris (39.7°C) surpassant le pic de 39.5°C relevé lors de la canicule d'août 2003. De nombreux records mensuels voire absolus sont battus sur le nord du pays et localement dans le Limousin :
 
* Melun (record absolu) : 39.4°C (ancien record de 38.9°C en août 2003)
* Dieppe (record absolu) 38.1 °C, (ancien record de 37.0°C en juillet 2006)
* Boulogne sur Mer (record absolu) : 35.4°C (ancien record de 34.8°C en août 2003)
* Rouen (record mensuel) 37.9°C
* Creil (record mensuel) : 37.9°C
* Beauvais (record mensuel) : 37.4°C
* Pontoise (record mensuel) : 38.6°C
* Rouen (record mensuel) : 37.9°C
* Evreux (record mensuel) : 38.0°C
* Roissy (record mensuel) : 38.3°C
* Brétigny-sur-Orge (record mensuel) : 39.5°C
* Toussus-le-Noble (record mensuel) : 38.5°C
* Troyes (record mensuel) : 38.6°C
* Chateaudun (record mensuel) : 37.7°C
* Brive la Gaillarde
(record mensuel) : 38.9°C
* Deauville
(record mensuel) : 36.1°C
* Amiens
(record mensuel) : 36.6°C
 
A 13h locales, le radiosondage de Trappes analysait une température de 21.2°C (seulement) à 850 hPa. Le profil présentait un gradient de plus de 10°C entre le sol et 1000 m d'altitude ! L'instabilité latente était marquée avec 1300 J/kg de MUCAPE et une couche d'inhibition convective épaisse dans les basses couches. 
 
Ailleurs sur le Centre et l'est, le mercure en souvent atteint 35 à 39°C (avec des valeurs de 38/40°C entre le nord de l'Yonne, l'Aube, la région de Châtillon-sur-Seine ou la Limagne -  38.9°C à Clermont-Ferrand et 40.1°C à Vichy).
 
Dans le courant de la soirée, des orages sont attendus sur la façade Atlantique et gagneront ensuite le nord-ouest, l'Ile-de-France et les régions au nord de la Seine d'ici demain.
 
 
 
Point à 10h00
Les températures minimales de la nuit sont restées élevées, dans le sud-ouest, le centre-est mais également dans le nord-ouest avec certaines températures comprises entre 23 et 24°C du Boulonnais à la Manche notamment. A Lyon, le mercure ne s'est pas abaissé sous les 23°C alors que dans le domaine de l'Autan en Midi-Pyrénées, des minima de 22 à 25°C ont été observés.
 
A 23h TU, les radiosondages de Bordeaux-Mérignac et de Trappes présentent des valeurs extrêmement chaudes à 850 hPa avec 25.1°C à Bordeaux et 21.8°C à Trappes. Aujourd'hui, quelques degrés supplémentaires sont attendus en Ile-de-France, si bien que le prochain radiosondage en début d'après-midi pourrait afficher une valeur de l'ordre de 23°C.
 
Parallèlement, des orages ont éclaté sur le tiers ouest du pays durant la nuit. Ils s'atténuent tout en s'évacuant ce matin mais ont nettement humidifié la masse d'air si bien que les points de rosée sont remarquables ce matin avec fréquemment 20 à 22°C sur un bon tiers ouest de la France.
  
Ces orages, très électriques, ont été photographiés entre Gironde, Vendée et Charente-Maritime :
 
        
Samuel Desmarchais - Thomas Fuccenecco et Xavier Delorme

        
Axel Guibourg et Aurel Stormchaser
 
 

30 juin - Premier pic de température dans le sud-ouest avec 40 à 41°C

Point à 18h00
La masse d'air très chaude continue de gagner vers le nord et l'est. Plusieurs records mensuels ont été battus cet après-midi avec 40.2°C à Cazaux (33), 38°C à Limoges-Ville, 38.0°C à Niort, 37.3°C à La Rochelle, 37.1°C à Nantes, 36.8°C à La Roche/Yon, 33.5°C à Saint-Brieuc, 32.3°C à Landivisiau, 32.1°C à Lannion, 3 et 27.7°C à Ouessant.
 
Globalement, les températures ont atteint 38 à 40°C sur la Gironde (localement 41°C), les Landes (39.1°C à Biscarosse), les Pyrénées-Atlantiques (38.8°C à Aicirits), la Charente-Maritime (hors littoral) et la Charente. Plus au nord, le mercure s'est établi entre 36 et 38°C des Pays de la Loire au nord du Poitou et au Limousin (localement près de 39°C comme à Brive).
 
Il faut noter un remarquable maintien de l'humidité sur le pays basque ou près de l'Adour dans les Landes. Les points de rosée ont été bien supérieurs à 20°C sur ce secteur pris dans la convergence des vents.
 
Quelques orages d'étage moyen sont parvenus à se développer sur le Finistère et le nord-ouest des Côtes-d'Armor en deuxième partie d'après-midi:
 
 
 
Point à 15h00
A 13h locales, le radiosondage de Bordeaux présente des valeurs exceptionnellement chaudes. Une température de 25.2°C est relevée en air libre à 1.560 m d'altitude (850 hPa).
Il est donc très vraisemblable que ce 30 juin 2015 marque un nouveau record mensuel de température à basse altitude sur le secteur nord Aquitaine/Charentes/Limousin. Une réanalyse ultérieure confirmera ceci.
 
Le sondage présente également une instabilité latente de 1283 J/kg au niveau de la MUCAPE mais l'inhibition convective est très marquée en basse couche (MUCIN de -400 J/kg). Dans ce contexte caniculaire, l'isotherme 0°C se place à 4320 m et le niveau de condensation s'établit à 2156 m.
  
 
 

29 juin - L'air chaud progresse lentement vers les Pyrénées

La situation est stable en Espagne ce lundi. La masse d'air attendue demain sur le sud-ouest de la France continue d'être bien alimentée en air chaud. Cette nuit, le radiosondage de Madrid présentait une température de 26.1°C à 850 hPa (1.500 m) et de 25.2°C à 12h UTC cet après-midi.
Le profil vertical est typique d'une situation puissamment anticyclonique puisque la masse d'air est extrêmement sèche entre 400 et 600 hPa (1 à 9% d'humidité). On note toutefois une très faible instabilité sur cette couche de quelques dizaines de J/kg de MUCAPE et les niveaux de condensation restent très hauts vers 650 hPa.
 
Le profil de Bordeaux présente également une masse d'air totalement stable et on note une hausse marquée de la température à 850 hPa depuis hier. Il était en effet relevé 19.1°C vers 1.500 m contre 12.2°C hier dimanche à la même heure. Mardi à la même heure, la valeur devrait être de 23 à 24°C.
 
La remontée de l'air chaud va se poursuivre pour atteindre un premier pic demain soir dans le sud-ouest. Les valeurs attendues vers 1.500 m sur le secteur nord-Aquitaine / Charentes / Limousin devraient alors se hisser au niveau des records mensuels. Ce réchauffement très marquée va également se matérialiser en surface puisque des records mensuels pourraient être localement battus, avec des pointes jusqu'à plus de 40°C :
 
   
 

Sur le tiers ouest de la France, la masse d'air deviendra également très instable en fin de journée. Malgré tout, une très forte inhibition convective dominera et en l'absence de forçages, le risque orageux apparaît marginal, comme mentionné dans le bulletin moyen terme.
 
 
 

28 juin - La masse d'air extrêmement chaude est bien en place sur l'Espagne

Un dimanche très estival vient de s'écouler, avec une masse stable en toutes régions, sauf près des reliefs. Les températures vers 1.500 m s'échauffent lentement avec 18.6°C au radiosondage de Nîmes-Courbessac et 12.2°C à Bordeaux-Mérignac à 12h UTC. 
 
La masse d'air qui va remonter sur la France ces prochaines 48h est beaucoup plus chaude sur l'Espagne avec 24.6°C vers 1.500 m d'altitude. L'isotherme 0°C était positionné vers 5.000 m d'altitude en début d'après-midi (soit au même niveau qu'à Riyad en Arabie Saoudite) et le sommet de la tropopause se situait à plus de 14.000 m. Le profil vertical disponible ci-dessous présente les caractéristiques de conditions fortement anticycloniques, très chaudes et sèches. La masse d'air présente une totale stabilité.
 
 
La vague de chaleur est donc en place et se renforce sur l'Espagne avec 43.5°C à Cordoue, 42.9°C à La Puebla de los Infantes, 42.5°C à Andujar et Merida et 42.3°C à Séville et Grenade. Hier déjà, une température de 43.9°C avait été relevée à El Granado.
 
En France ce dimanche, à la faveur du maintien des vents de terre, les températures ont parfois dépassé 35°C sur le Languedoc. Là aussi, les profils verticaux sont très stables.
 
Demain lundi, la remontée de l'air chaud présent sur l'Espagne va s'opérer pour se renforcer mardi. L'épisode débutera alors réellement sur la France avec potentiellement des records mensuels à attendre mardi dans le sud-ouest (jusqu'à 41/42°C prévus sur l'Aquitaine) et mercredi sur plusieurs régions de France. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus OK