Un décrochage d'air très froid pour la saison est attendu en fin de semaine. Les températures prévues en altitude devraient être proches des records pour une dernière décade de mai.

 

Des écarts à la normale qui s'annoncent exceptionnels

Champ de température à 500 hPa prévue par WRF 16km pour le 23 mai 21z (run du 20 mai 00z)Ecart à la normale quotidienne de la température à 500 hPa, sur la base de WRF 16 km 00z -run du 20 mai, pour la période du 23 mai 12h TU au 24 mai 00h TU (moyenne sur 12 heures)Entre jeudi 23 et samedi 25 mai, un décrochage d'air arctique va s'opérer sur le nord de l'Europe. Evoluant sous la forme d'un thalweg s'isolant en cut-off sur l'Allemagne et le nord-est de la France, de l'air très froid en altitude va être advecté sur une bonne partie de la France. Ainsi, à l'heure de la rédaction de cette actualité, les différentes modélisations suggèrent l'arrivée d'une masse d'air exceptionnellement froide en altitude pour une dernière décade de mai. Des températures de -32 à -34°C à 500 hPa (environ 5500 m d'altitude) pourraient constituer un record pour la période. En conséquence, l'écart à la normale devrait se montrer particulièrement significatif, surtout sur les régions du nord et du centre, plus exposées au décrochage arctique. Des anomalies de -14 à -16°C pourraient être enregistrées du Nord-Pas de Calais au bassin parisien et au Berry.
Bien que moins exposés à ces écarts exceptionnels, les régions du sud-ouest ne devraient pas être épargnées par la descente froide, puisqu'une anomalie de -1 à -5°C devrait tout de même y être observée.

cartes ci-contre : à gauche,
écart à la normale quotidienne de la température à 500 hPa, sur la base de WRF 00z - run du 20 mai, pour la période du 23 mai 12h TU au 24 mai 00h TU (moyenne sur 12 heures)
à droite : champ de température à 500 hPa de WRF 16 km pour le 23 mai à 21h TU
 
 

Quelques précédents...

Si, dans le nord-est, des valeurs proches de -32°C à 500 hPa ont déjà été observées à la toute fin du mois de mai 2006, des valeurs proches de -34°C à l'étage moyen constitueraient des records sur le Centre, la Picardie, l'Ile-de-France ou le Nord-Pas de Calais.
Depuis 1948, trois situations froides similaires se sont produites en dernière décade de mai : du 20 au 21 mai 1955, le 22 mai 1987 et le 31 mai 2006.
Les réanalyses NCEP ci-dessous illustrent ces trois situations météorologiques différentes. La configuration synoptique observée en mai 1987 est synoptiquement la plus proche de celle à venir en fin de semaine, à savoir un décrochage d'air froid avec isolement en cut-off sur le nord de la France. Les températures prévues à 500 hPa d'ici la nuit de jeudi à vendredi sont toutefois autrement plus froides.
 
Réanalyse NCEP de la situations de mai 1955 - champ de température à 500 hPa - KERAUNOS    Réanalyse NCEP de la situations de mai 1987 - champ de température à 500 hPa - KERAUNOS    Réanalyse NCEP de la situations de mai 2006 - champ de température à 500 hPa - KERAUNOS
Réanalyses NCEP des situations de mai 1955, mai 1987 et mai 2006
 
 

A quoi s'attendre sur le front des orages ?

L'arrivée d'air polaire en altitude ne sera pas sans conséquence sur la convection. A l'arrière d'une limite frontale, le régime de traîne sera réactivé par un resserrement très important des gradients thermiques verticaux. Ainsi, les premières projections simulent des gradients supérieurs à 8°C/km à l'étage moyen, ce qui constitue une valeur particulièrement élevée.
Des orages de masse d'air froid sont probables sous l'air le plus froid advecté à l'étage moyen. Les prochains bulletins de prévision reviendront sur ce risque dans les prochains jours.