Observatoire français des tornades et orages violents

Forts orages sur l'ouest et le centre-ouest

Des orages de forte intensité ont frappé l'ouest et le centre-ouest du pays le lundi 2 mai 2011, en deuxième partie de journée. Ces orages se sont caractérisés par une faible mobilité et par une intensité convective très marquée, donnant lieu à des précipitations particulièrement intenses et à des chutes de grêle.

 

Résumé de l'épisode orageux

L'épisode orageux s'est structuré, pour l'essentiel, autour de deux MCS, le premier ayant touché la Loire-Atlantique et le Morbihan, et le second la Vienne, le Maine-et-Loire et l'Indre-et-Loire.

Un premier MCS s'est ainsi constitué en cours d'après-midi entre la Loire-Atlantique et le Morbihan, avec un développement de cellules périphériques observé sur la Vendée et le Finistère. Ce système orageux, actif et très pluvieux, a stationné durant près de deux heures entre le nord de la Loire-Atlantique et le sud de l'Ille-et-Vilaine, justifiant un premier avis d'orage violent à 15h10 et un second avis d'orage violent à 16h15 sur cette zone. Ces orages, qui ont présenté des intensités classées comme violentes, ont probablement laissé une lame d'eau comprise entre 100 et 150 mm au sud-ouest de Moisdon-la-Rivière (44) et ont généré des chutes de grêle qui ont produit des épaisseurs de grêlons au sol localement supérieures à 10 cm sur le nord de la Loire-Atlantique.
Sur le flanc sud-ouest du MCS, des cellules orageuses intenses ont par ailleurs circulé sur le Morbihan, où des lames d'eau de plus de 50 mm en une heure ont été mesurées.

Un second MCS est ensuite parvenu à se former au sud du premier, pour balayer en fin d'après-midi et début de soirée la Vienne, l'ouest du Maine-et-Loire et l'Indre-et-Loire, en y produisant des chutes de grêle parfois fortes, notamment dans la Vienne, ainsi que des pluies particulièrement intenses.

Autres orages observés le même jour :
Un petit système orageux actif et très peu mobile a également stationné à l'ouest de Bourges en fin de journée. Les lames d'eau associées y ont été mesurées à plus de 60 mm, avec localement des lames probablement supérieures à 100 mm.
Enfin, un orage vigoureux a également été signalé en fin d'après-midi sur l'agglomération de Pau (Pyrénées-Atlantiques), avec une activité électrique importante ayant endommagé le système de feux tricolores de la ville. Plus généralement, des orages peu mobiles ont été observés en fin d'après-midi sur le nord-est de ce département, avec des lames d'eau localement supérieures à 50 mm.
Plus marginalement, une convection profonde avec évolution orageuse, sous forme de monocellules, a été observée sur le Dijonnais, le Jura et les Baronnies.

 

Phénomènes observés

De nombreuses inondations et chutes de grêle ont été observées suite à ces orages. La carte ci-contre figure les inondations recensées ce jour-là, ainsi que les chutes de grêle observées, tous diamètres confondus. On note la forte concentration de phénomènes convectifs intenses de la Bretagne au Poitou-Charentes.

L'un des dommages les plus spectaculaires est sans doute l'effondrement du toit d'un centre Leclerc sous le poids de l'eau à Scaër (29). Egalement dans le Finistère, des inondations de caves sont rapportées pour les secteurs de Mellac et Quimperlé.

Des inondations de caves, sous-sols et garages ont été signalées sur les communes de Le Fief-Sauvin, Saint-Germain-sur-Moine, Beaupréau, Gesté, Saint-Rémy-en-Mauges et Landemont (Maine-et-Loire).

Une épaisseur de 30 cm de grêle au sol a été rapportée sur le lieu-dit "Poussigny" (Celles-l'Evescault), dans la Vienne.


Dans les Deux-Sèvres également, des couches de grêle au sol de 20 à 30 cm ont été signalées à Saint-Vincent-la-Châtre. Un cumul de 70 mm a été relevé sur la commune de Chail (Deux-Sèvres) sur pluviomètre SPIEA.

 

Contexte météorologique

Cet épisode orageux s'est constitué dans une configuration synoptique propice à des orages peu mobiles et producteurs de très fortes précipitations. Une prévision d'orages forts avait d'ailleurs été émise par KERAUNOS sur les régions de l'ouest et du centre-ouest notamment, avec mention d'un risque important de très fortes précipitations pouvant excéder 100 mm en peu de temps.
Cette configuration se caractérise par un flux cyclonique et lent sur la France, qui est alors au carrefour de quatre minimums de haute altitude (Fig. 1). Le champ d'isohypses et tourbillon potentiel à 300 hPa ici présenté (WRF 24km) montre distinctement un premier minimum au sud-ouest de l'Irlande, un second étiré en thalweg sur la mer Baltique, un troisième au nord du Maroc et un quatrième entre Algérie, Tunisie et Sardaigne. L'ensemble place la France dans un flux divergent, avec une divergence plus prononcée de la Bretagne au Centre (isolignes vertes). Ce flux très lent se retrouve également à l'étage moyen, comme en témoigne le champ de vent à 425 hPa (Fig. 2). On note que les axes de vents forts se positionnent à bonne distance de la France, avec de ce fait des vents compris entre 5 et 10 noeuds seulement sur une grande moitié sud-ouest du pays.

   
 Fig. 1 / WRF 24 km EUROPE / run du 2 mai 2011 00Z  Fig. 2 / WRF 24 km EUROPE / run du 2 mai 2011 00Z

Ce flux lent s'est appliqué sur des profils verticaux très instables (Fig. 3), dotés d'une MUCAPE localement proche de 2500 J/kg. Cette forte instabilité était notamment liée à la circulation d'une langue de ?'w élevées à 850 hPa (Fig. 4), signant une circulation d'air d'origine tropicale dans les basses couches de l'atmosphère.

   
 Fig. 3 / WRF 24 km EUROPE / run du 2 mai 2011 00Z  Fig. 4 / WRF 24 km EUROPE / run du 2 mai 2011 00Z
Une analyse fine à l'appui du modèle WRF en résolution 8 km montre que le forçage essentiel a été fourni par la constitution d'un axe de convergence des vents au sol (Fig. 5). Ce dernier, positionné favorablement par rapport à la zone de divergence de haute troposphère, a forcé la convection et entretenu les cellules orageuses sur un axe peu mobile. L'ensemble s'est formé au sein d'une masse d'air très fortement chargée en humidité, comme en témoignent les hautes valeurs d'eau précipitable, localement supérieures à 30 mm (Fig. 6).
 
   
 Fig. 5 / WRF 24 km EUROPE / run du 2 mai 2011 00Z  Fig. 6 / WRF 24 km EUROPE / run du 2 mai 2011 00Z
De cette configuration à la fois peu ventée, très humide et très instable a résulté une éclosion virulente de cellules orageuses très pluvieuses. Les simulations proposées par WRF en résolution 8 km sont assez explicites de ce point de vue, avec des productions par le modèle de noyaux de précipitations instantanées à la fois peu mobiles et très actifs (Fig. 7 et 8).
 
   
 Fig. 7 / WRF 24 km EUROPE / run du 2 mai 2011 00Z  Fig. 8 / WRF 24 km EUROPE / run du 2 mai 2011 00Z
 
 

Coupures de presse

Orages : près de 150 interventions dans le Finistère
source : Le Télégramme

Hier après-midi, à partir de 15h15, les pompiers sont intervenus dans tout le département du Finistère à la suite de violents orages. Après Sizun, les secteurs de Brest, Quimper, Scaër et Quimperlé ont été fortement touchés par des pluies diluviennes.

24 interventions en une heure à Scaër
Éclairs incessants et pluies «tropicales»: le violent orage qui a touché Scaër hier, vers 17h, a provoqué plusieurs inondations de caves et de sous-sols. Les pompiers ont dénombré 24 appels et ont fait appel aux collègues de Saint-Thurien, Coray, Saint-Goazec, Leuhan... équipés de motopompes. Ils sont ainsi intervenus à la maison de retraite. Par ailleurs, une partie du faux plafond du sas d'entrée du centre Leclerc (environ 40m²) s'est effondrée alors qu'il recevait du public mais il n'y a pas eu de blessé. Cet espace est occupé durant les travaux de l'hypermarché par des articles en promotion. Le magasin a dû être fermé prématurément.

L'orage cause la mort de 25.000 poulets
Samedi soir, à Saint-Thurien, un orage a provoqué des coupures de courant et fait disjoncter les compteurs. Un agriculteur, installé à Kerbian, a retrouvé ses 25.000 poulets morts. Le groupe électrogène n'ayant pas pris le relais, la ventilation s'est arrêtée et les volailles sont mortes étouffées.

 

Photographies

 
Tapis de grêle à Poitiers ; (c) J-P FORESTIER
 
 
(c) Nicolas GAILLARD
 
 
(c) Nicolas GAILLARD
 
 
 
 
 
 


Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Politique de confidentialité OK