Depuis plusieurs jours, l'évolution du système dépressionnaire qui était positionné au large du Golfe de Benghazi en Libye faisait l'objet d'une attention particulière.
Cette dépression issue d'un processus de cyclogénèse classique avec l'arrivée d'air froid en altitude en Méditerranée orientale a progressivement acquis des caractéristiques subtropicales.

Ainsi, dès la nuit du 27 au 28 septembre, le réchauffement du cœur de la dépression s'est amorcé. En cours d'après-midi du vendredi 28 septembre, c'est une dépression subtropicale qui évoluait entre la Sicile et la Grèce :


Image satellite MODIS Aqua le 28 septembre


Ce medicane nommé Zorbas s'est rapidement formé et creusé jusqu'à environ 995 hPa. Un bateau situé sur le flanc est du medicane, proche du cœur, a relevé une pression minimale de 997 hPa en fin de journée du 28 septembre. Les vents analysés par satellite faisaient état de valeurs proches de 40 à 45 nœuds soit l'équivalent de vents de force tempête tropicale :




La structure du medicane est restée intacte jusque dans la nuit du 28 au 29 septembre. Approchant de l'ouest de la Grèce, la structure s'est ensuite quelque peu dégradée bien que la convection soit restée très active sur le flanc nord du système :


Image satellite à 00h UTC et à 06h UTC le 29 septembre


Des inondations côtières ont été observées sur Malte, en raison d'une élévation du niveau de la mer, de la surcote et des vents produits par le medicane :



La mer était également démontée par des creux de 4 m entre Grèce et Sicile :



La Grèce a été frappée par le medicane en cours d'après-midi du 29 septembre. Une pression minimale de 989 hPa a été relevée à Pylos. Des inondations ont été observées sur le sud du pays.
Le niveau de l'eau a fortement augmenté sur les zones côtières, produisant là aussi des inondations par submersion sur le littoral exposé de toute la partie sud de la Grèce.







Qu’est-ce qu’une dépression subtropicale ? Est-ce dangereux ?

Les dépressions subtropicales, désignées habituellement sous l’acronyme TLC pour « Tropical-Like Cyclone », sont des phénomènes hybrides :

• comme les dépressions extratropicales, typiques de nos latitudes, elles se développent généralement en réponse à une forte dynamique d’altitude (anomalie de tropopause interagissant avec un cut-off) ;

• comme les cyclones tropicaux, elles ne présentent pas de système frontal dans leur partie centrale, sont associées à une forte activité convective jusqu'en périphérie immédiate du minimum dépressionnaire, et développent un noyau d'anomalie chaude en surplomb du minimum de surface.

Quelle est la conséquence ? Ce caractère hybride à dominante tropicale rend ces dépressions parfois très virulentes, dans la mesure où elles peuvent produire conjointement de très fortes pluies et des rafales de vent violentes. Il arrive parfois qu’elles développent un œil, comme les cyclones tropicaux.

Elles sont plus particulièrement connues en France en raison de leur développement périodique en Méditerranée ; elles peuvent alors, dans de rares cas, affecter temporairement les zones littorales du sud-est de France ou la Corse. On parle alors de « Medicane » (pour « Mediterranean Hurricane »).