Mercredi et jeudi, une dépression à cœur chaud et fortement instable pourrait se creuser dans le Golfe de Gascogne. Si cette éventualité devait se confirmer, le phénomène serait remarquable sur un plan climatologique.



Hypothèse la plus pessimiste : une tempête subtropicale le long des côtes d'Aquitaine jeudi. Les conséquences seraient sévères
mais ce scénario ne présente qu'une probabilité de 15% pour le moment.


Le creusement dépressionnaire qui a débuté ce mardi sur l’ouest de la France, y générant une activité orageuse virulente, devrait se poursuivre la nuit prochaine sous la forme d’une dépression bien isolée sur le sud de la Bretagne.

Cette dépression devrait ensuite migrer vers le sud pour gagner le Golfe de Gascogne dans la journée de mercredi et en cours de nuit suivante. Durant cette période, elle pourrait subir un creusement important et évoluer en dépression subtropicale, ce qui serait inédit dans cette région sur la base des données de la période récente.

Qu’est-ce qu’une dépression subtropicale ? Est-ce dangereux ?

Les dépressions subtropicales, désignées habituellement sous l’acronyme TLC pour « Tropical-Like Cyclone », sont des phénomènes hybrides :

• comme les dépressions extratropicales, typiques de nos latitudes, elles se développent généralement en réponse à une forte dynamique d’altitude (anomalie de tropopause interagissant avec un cut-off) ;

• comme les cyclones tropicaux, elles ne présentent pas de système frontal dans leur partie centrale, sont associées à une forte activité convective jusqu'en périphérie immédiate du minimum dépressionnaire, et développent un noyau d'anomalie chaude en surplomb du minimum de surface.

Quelle est la conséquence ? Ce caractère hybride à dominante tropicale rend ces dépressions parfois très virulentes, dans la mesure où elles peuvent produire conjointement de très fortes pluies et des rafales de vent violentes. Il arrive parfois qu’elles développent un œil, comme les cyclones tropicaux.

Elles sont plus particulièrement connues en France en raison de leur développement périodique en Méditerranée ; elles peuvent alors, dans de rares cas, affecter temporairement les zones littorales du sud-est de France ou la Corse. On parle alors de « Medicane » (pour « Mediterranean Hurricane »).

A ce jour, aucun cas récent de tempête subtropicale n’a été documenté sur nos côtes Atlantique, les conditions n’y étant habituellement pas propices à la formation de ces phénomènes. Les deux prochains jours pourraient toutefois faire évoluer ce constat.

A quoi s’attendre ?

L’hypothèse de la formation d’une tempête subtropicale au large de nos côtes Atlantique est aujourd’hui encore incertaine, avec une probabilité estimée à environ 30%. Si ce scénario devait se concrétiser, la dépression entrerait en transition subtropicale dans la nuit de mercredi à jeudi, puis garderait ses caractéristiques hybrides durant la journée de jeudi au moins.

Afin d’affiner la prévision de ce type de risques, KERAUNOS a déployé cette année un nouveau programme de prévision à haute résolution de nature « ensembliste », le SREF 5 km France.  Ce système de prévision consiste à établir une prévision numérique de référence (dite de « contrôle ») et de générer en parallèle une série de prévisions numériques dites « perturbées », c’est-à-dire dont les conditions initiales ou la physique du modèle elle-même sont modifiées.

L’application de cette technique sur des échéances courtes et à haute résolution est novateur en France et a apporté des résultats très pertinents sur plusieurs situations orageuses cet été. Il permet dans le cas présent de confirmer une situation chaotique, avec une très grande variété de scénarios possibles, dont quelques-uns indiquent un potentiel de tempête subtropicale.

En l’occurrence, ce programme de prévision se compose d’un membre de contrôle (indiqué « CTL ») et de 15 membres perturbés (numérotés de 1 à 15 ci-dessous). Comme on peut le voir sur ce champ qui présente la situation attendue jeudi à 05h TU (07h locales), plusieurs membres creusent fortement la dépression dans le Golfe de Gascogne dans la nuit de mercredi à jeudi (CTL, 3, 4, 6, 9, 11).




Ces 5 scénarios ont pour point commun de générer conjointement une anomalie chaude à l’étage moyen (ci-dessous à gauche) et de creuser la dépression dans un environnement fortement instable (ci-dessous à droite). Ils développent donc explicitement une dépression subtropicale.


Compte tenu de la proximité avec les côtes d’Aquitaine, les conséquences seraient marquées, avec des pluies abondantes et des rafales supérieures à 100 km/h près des côtes.

Ce scénario n’est toutefois pas majoritaire, et il est, pour le moment, davantage probable que cette dépression ne se creuse que modestement, sans connaître de transition subtropicale et sans conséquences significatives sur le littoral aquitain.

Néanmoins, la situation sera à surveiller au cours des prochaines 48 heures compte tenu des éléments présentés plus haut. Le cas échéant, un suivi sera réalisé sur le site.