Une dégradation orageuse concerne une bonne partie de la France ce lundi 31 août avec des phénomènes potentiellement violents.

 

Bilan de l'épisode

Le bilan de cet épisode orageux est disponible sur la page Faits Marquants dédiée
 
 
 

Retrouvez ci-dessous les différents suivis effectués durant la journée du 31 août

 

 23h30 - Les orages progressent sur le Languedoc

L'activité orageuse a gagné l'ouest du Languedoc et le Massif-Central avec de nouvelles rafales convectives puissantes sur l'Aveyron, le Cantal et probablement sur le Minervois (Aude). 
Les orages sont toujours très bien organisés en un vraisemblable complexe convectif de méso-échelle (MCC). La convection a pris suffisamment d'ampleur pour remplir les critères de Maddox avec des sommets convectifs inférieurs à -32°C sur environ 180.000 km² et des sommets inférieurs à -52°C sur plus de 80.000 km². L'excentricité du système est de l'ordre de 0.8.
 
Ce MCC poursuit sa progression vers l'est avec une nouvelle phase active. Comme précédemment sur le Lot, la tendance au LEWP (échos radar en vagues) s'affirme à nouveau au sein de la profonde convergence de basse couche sur l'ouest du Languedoc. Ainsi, les rafales convectives supérieures à 90 km/h s'étendent sur un axe de près de 350 km. Il est possible que les critères du derecho soient remplis ces toutes prochaines heures.
 
     
 
 
On notera par ailleurs que des orages parfois forts éclatent plus au nord, sur le Centre ou la Bourgogne, en marge du système principal. Certaines structures sont de nature supercellulaire selon les observations de chasseurs d'orages sur le terrain.
 
Sous ces orages plus isolés à l'avant de la dégradation principale, de superbes décharges de foudre ont été observées par Guillaume Tournemeule dans l'Aube :
 
    
 
 
 

22h15 - Les puissants orages gagnent Cantal et Languedoc

Le QLCS (Quasi Linear Convective System) en place sur le sud-ouest abrite un LEWP (Line Echo Wave Pattern). Ce dernier a été particulièrement bien structuré sur le Lot. L'enroulement de la méso-dépression est visible sur l'imagerie radar présentée ci-dessous.
Ce vaste système aborde le Cantal et l'Aude en générant toujours de fortes rafales de vent supérieures à 100 km/h. Ainsi à 22h, une vingtaine de rafales de vent supérieures à 90 km/h ont été enregistrées, soit un score assez considérable.
 
 
 
 

21h15 - Violents orages sur le centre de Midi-Pyrénées avec rafales de 130 à 150 km/h

En s'organisant encore davantage, le vaste système convectif qui a gagné Midi-Pyrénées a produit des rafales de vent violentes, jusqu'à 153 km/h au Montat dans le Lot,  135 km/h à Montauban (82) - nouveau record mensuel, et127 km/h à Castelsarrasin dans le Tarn-et-Garonne.
A 20h30, quatre rafales de vent supérieures à 120 km/h (critère de l'orage violent) ont été relevées entre Gers et Tarn-et-Garonne. L'axe de rafales convectives supérieures à 90 km/h s'étend sur 200 km de long entre le Béarn et la plaine toulousaine.
 
Orage violent sur l'aéroport de Montauban - Clément Castelain @gliese_581a
 
 
L'animation satellite vapeur d'eau depuis le milieu d'après-midi est explicite, montrant l'ampleur de la convection profonde ces 6 dernières heures du sud de la France à l'Espagne. Sur les dernières images entre 19h et 20h locales, on aperçoit un net refroidissement des sommets convectifs sur le centre de Midi-Pyrénées, signe d'une convection plus vigoureuse et plus profonde avec sommets outrepassants. 
 
 
 
 
 

19h - Nombreuses rafales convectives et grêle sous les orages

A 19h, un système orageux massif et venteux évolue sur le sud-ouest et a abordé l'ouest de Midi-Pyrénées. Des rafales de vent de 100 à 110 km/h sont toujours relevées entre l'ouest du Gers, le Béarn et les Pyrénées-Atlantiques.
A l'avant, des supercellules ont éclos et génèrent des chutes de grêle de l'ordre de 4 cm de diamètre ainsi que de fortes pluies.
Ces 6 dernières heures, ce sont près de 32.000 éclairs qui ont été relevés sur la France. 
 
Dans le courant de la soirée, le système convectif en place dans le sud-ouest va continuer à s'étendre en gagnant vers l'est et le nord-est.
 
La vidéo ci-dessous, publiée par la République des Pyrénées a été filmée à Barincques et témoigne de la virulence des rafales de vent :
 
 
 

17h45 - Forts orages sur le sud Aquitaine avec rafales à 110 km/h

L'activité orageuse s'intensifie à présent rapidement entre les Pyrénées-Atlantiques, les Landes et les Hautes-Pyrénées. Entre Pays Basque et Béarn, des rafales de vent parfois supérieures à 100 km/h sont mesurées (101 km/h à Aicirits, 110 km/h à Pau); les témoignages sur place faisant également été de phénomènes venteux intenses accompagnés de très fortes pluies et/ou de grêle.
 
Les dernières images satellite confirment par ailleurs qu'une intense convection caractérisée par des courants verticaux puissants est en place dans la zone d'alimentation du système orageux franco-espagnol. En effet, de nombreux sommets pénétrants (overshooting tops) sont observés sur le canal visible de l'imagerie satellite.
 
L'arrivée de l'orage a été photographiée à Hendaye à 15h30 par Bertrand Linne :
 
 
 

16h40 - Mise en place de la dégradation par le pays basque

Alors que quelques orages évoluent toujours dans le sud-ouest, la dégradation principale se met en place par le sud de l'Aquitaine avec une activité modérée en cours sur le pays basque. Le système convectif qui s'est développé en début d'après-midi sur l'Espagne prend de l'ampleur et l'image satellite RGB montre à présent un vaste MCS très pluvieux qui va gagner en potentiel venteux.
 
On notera par ailleurs l'éclosion d'orages plus isolés mais actifs sur le nord de la Loire et le sud de la Saône-et-Loire, au sein d'une petite convergence de basse couche.
 
 
 
 

16h00 - Dégâts ponctuels près de Lille suite au passage d'une supercellule

La supercellule moteur droit qui a balayé la région lilloise en début d'après-midi s'est initiée en matinée en Normandie. Son intensité s'est accentuée en progressant sur la région Nord - Pas de Calais, en raison d'un ensoleillement matinal et d'une forte humidité présente en basses couches depuis deux jours, qui ont assuré un profil de masse d'air très instable.
 
Cette supercellule a provoqué des pluies intenses, avec des intensités instantanées maximales comprises entre 250 et 500 mm/h sur Lille et le sud de la région lilloise. Des inondations ont été observées en de nombreux endroits, comme sur le périphérique lillois, partiellement envahi par les eaux, ou comme ci-dessous à Gondecourt où des ruissellements intenses ont été constatés :
 
Inondations consécutives au passage d'une supercellule sur la région de Lille, le 31 août 2015. © KERAUNOS
 
 
Des rafales descendantes localement destructrices ont également été produites par cette supercellule, avec des pointes estimées supérieures à 100 km/h. Les vents les plus violents semblent s'être déclenchés au nord immédiat du mésocyclone ; un phénomène venteux intense a ainsi par exemple dépouillé cette rangée d'arbres, sur la commune de Seclin, brisant de nombreuses grosses branches.
 
Dégâts consécutifs aux violentes rafales de vent générées par une supercellule à Seclin, le 31 août 2015. © KERAUNOS
 
 
La vidéo ci-dessous illustre les conditions observées dans le courant descendant avant de la supercellule (FFD), lors de son transit à Gondecourt, à environ 10 km au sud de Lille :
 

 
 
D'autres cellules orageuses, elles aussi très venteuses, ont également circulé au sud de cette supercellule, comme en témoigne cette vidéo filmée à Marchiennes, commune située à l'est de Douai :
 

 
 
 

15h30 - Masse d'air très instable dans le sud-ouest

Les radiosondages de la mi-journée confirment la présence d'une masse d'air très instable sur le sud-ouest de la FranceBordeaux, ci-dessous à gauche) et sur le nord de l'Espagne (à Zaragoza, ci-dessous à droite).
 
On note des valeurs de MUCAPE supérieures à 2.000 J/kg sur les deux postes, avec des MULI de -6 K. L'inhibition convective est plus faible du côte français, et les niveaux de condensation (LCL) sont d'ailleurs bien abaissés à Bordeaux (inférieurs à 800 mètres d'altitude). L'ensemble est typique d'une masse d'air fortement instable.
 
Le potentiel d'orages virulents sur le sud-ouest du pays se traduit également par la présence de forts cisaillements, qui viennent corroborer les projections réalisées par les modèles numériques. Des valeurs de SRH > 100 m²/s² sont en effet présentes sur les épaisseurs 0-2 et 0-3 km, conséquences d'un cisaillement tournant assez marqué. Le fort potentiel pluviométrique des orages attendus cet après-midi et ce soir est par ailleurs la résultante de contenus en eau précipitable qui sont confirmés élevés (40,0 mm sur le radiosondage de Bordeaux).
 
 
         
 
 

14h30 - Orages dispersés dans le sud-ouest, supercellules dans le nord

En ce début d'après-midi, c'est dans le nord que l'activité orageuse est la plus marquée. Entre l'est de la Haute-Normandie, le nord-ouest Picardie et le Nord-Pas de Calais, des cellules orageuses parfois bien organisées évoluent depuis la fin de matinée. Ainsi, sur ces deux dernières heures, entre 12h et 14h locales, plus de 14.000 éclairs ont été détectés sur cette zone.
 
Les orages adoptent pour certains une structuration propice aux fortes rafales de vent et à la grêle. Une équipe de Keraunos sur place confirme le caractère supercellulaire d'une des cellules avec dégâts dus au vent, grêle et inondations
 
Les intensités pluvieuses sont très fortes sous ces orages, qui s'accompagnent de grêle, près de 245 mm/h d'intensité instantanée maximale ont été relevés sur la station de type Vantage du Vieux Lille. 
 
    
 
 
Dans le sud-ouest, l'activité orageuse reste éparse ; la violente dégradation attendue en fin de journée n'a pas encore débuté. Quelques averses disparates, ponctuellement assez actives évoluent toutefois sur la Gascogne.