Une violente dégradation orageuse a concerné le sud-ouest de la France dans l'après-midi et soirée du 31 août 2015.

 
Arcus en approche Tarbes le 31 août 2015 - Eric Castaings
Arcus en approche de Tarbes le 31 août 2015 en fin de journée. © Eric CASTAINGS
 
 

Principaux événements répertoriés

* phénomènes observés : chutes de grêle jusqu'à 4 cm de diamètre ; rafales de vent généralement comprises entre 120 km/h et 150 km/h pour la partie la plus active ; pluies intenses avec cumuls horaires de 50 à 60 mm
 
* structures convectives : complexe convectif de méso-échelle (M.C.C) avec développement de LEWP virulents entre Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

* régions les plus touchées : AQUITAINE, MIDI-PYRENEES, LANGUEDOC-ROUSSILLON, AUVERGNE; POITOU-CHARENTES, LIMOUSIN, CENTRE, BOURGOGNE (dans une moindre mesure)

* principaux dégâts :
 
  grêle : cultures très sévèrement endommagées (vignobles, vergers)
  vent : arbres déracinés ou brisés net ; parcelles de bois dévastées ; cultures détruites (vergers, tournesols) ; toitures endommagées ou arrachées ; trois clochers d'églises détruits en partie ou entièrement ; bâtiments communaux ou publics atteints (mairies, lycées) ; mobilier urbain détruit ; nombreux hangars agricoles ou industriels soufflés
 
* victimes humaines : deux personnes décédées :
 
   suite à la chute d'un arbre à Montberon (Tarn-et-Garonne),
   suite à une décharge de foudre à Nonaville (Charente).
 
 

Des rafales de vent jusqu'à 150 km/h en Midi-Pyrénées et de gros dégâts

Les premiers orages déjà très actifs sur l'Espagne ont gagné en seconde partie d'après-midi les Pyrénées-Atlantiques, déclenchant des rafales de vent jusqu'à 110 km/h à l'est du Pays Basque et dans le Béarn.

Ces orages se sont rapidement organisés en un système convectif de méso-échelle (MC.C.) entre les Landes et le Gers. De nouvelles rafales de vent supérieures à 100 km/h se sont alors abattues sur la Gascogne avant qu'un LEWP ne se forme sur le centre de la région Midi-Pyrénées. Ce dernier occasionne des rafales plus puissantes encore, jusqu'à 127 km/h à Castelsarrasin, 135 km/h à Montauban (Tarn-et-Garonne) et une valeur record de 153 km/h au Montat, dans le Lot.  

En soirée, la convection prend encore de l'ampleur et les rafales de vent persistent entre le Lauragais et le Rouergue puisque Tarn et Aveyron sont à leur tour frappés par de violentes rafales de vent.

Les orages parviennent ensuite jusqu'au Languedoc où le potentiel venteux faiblit graduellement en milieu de nuit.

Au total, plus de 20 rafales convectives supérieures à 90 km/h (critère de l'orage fort) sont mesurées par les stations Météo-France, dont 4 valeurs supérieures à 120 km/h (critère de l'orage violent) et une à 150 km/h (critère de l'orage extrême).

En bordure nord du MCC, des cellules orageuses actives mais plus isolées se constituent sur les régions Poitou-Charentes, Limousin, Centre et Bourgogne. Au moins une supercellule produit de très gros dégâts dans des vignobles de l'Yonne (Chablis) et dans le sud de l'Aube. Dans la Vienne, le centre-ville de Poitiers et une partie de son agglomération connaissent des précipitations orageuses exceptionnelles : une ruelle située en contrebas de la rue Pasteur est temporairement recouverte par un mètre d'eau. A Buzançais, dans l'Indre, l'eau et la boue recouvrent les rues et de nombreuses habitations sont inondées. A Nonaville, en Charente,un chauffeur de poids lourd meurt foudroyé sur une aire de repos. Enfin, dans les secteur de Ruffec (Charente), de Verneuil-sur-Indre (Indre-et-Loire) et de Menetou-Salon (Cher), de très fortes précipitations orageuses sont également observées.

 

Dégradation orageuse des 31 août et 1er septembre 2015. Une habitation proche du Clain, à Poitiers, après les inondations. © La Nouvelle République  Dégradation orageuse des 31 août et 1er septembre 2015. Une venelle de la rue Pasteur à Poitiers, après les inondations. © La Nouvelle République  Dégradation orageuse des 31 août et 1er septembre 2015. Aperçu d'une rue de Buzançais (Indre) après l'orage. © La Nouvelle République  Dégradation orageuse des 31 août et 1er septembre 2015. Aperçu de l'intérieur d'une cave chez un particulier à Buzançais (Indre) après l'orage. © La Nouvelle République

 

Le Tarn-et-Garonne durement touché

Le département du Tarn-et-Garonne a essuyé de manière assez généralisée de violentes rafales de vent comprises entre 100 et 140 km/h. Les dégâts sont très importants sur une superficie d'environ 500 km² entre le sud du Lot et l'agglomération de Montauban. Estimés à plusieurs millions d'euros, les dommages sont observés tant sur la végétation et les cultures que sur les habitations et les entreprises. Une personne a également perdu la vie suite à la chute d'un arbre sur son véhicule à Montberon.
 
Sur tout l'est du Lot et l'ouest de l'Aveyron, le noyau le plus actif du MCC continue de produire des rafales localement supérieures à 120 km/h, notamment dans le secteur de Figeac et de Villefranche-de-Rouergue où de très nombreux arbres sont déracinés ou brisés, et des exploitations agricoles atteintes.
 
 
Bâtiment effondré et toiture d'une habitation voisine partiellement arrachée, à Montech. © La Dépêche du Midi  Chute d'un marronnier sur un véhicule à Montauban. © La Dépêche du Midi  Clocher de l'église de Brial, à Bressols, détruit. © La Dépêche du Midi  Dégâts sur les vergers dans la région montalbanaise. © La Dépêche du Midi
 
Toiture arrachée dans le quartier montalbanais de Bellegarde. © La Dépêche du Midi  Un platane déraciné, place du 22 Septembre à Montauban. © La Dépêche du Midi  Manège de Brial (Bressols) fortement endommagé par le vent : structure partiellement détruite, tôles arrachées au niveau de la toiture. © La Dépêche du Midi  Habitation endommagée par la chute d'un arbre. © La Dépêche du Midi
Dégâts venteux autour de Montauban. © La Dépêche du Midi

 

 

 

Des orages qui s'organisent en un complexe convectif de méso-échelle

Au fil de l'après-midi, les orages se sont organisés en un système convectif de méso-échelle qui a immédiatement adopté des caractéristiques venteuses. C'est en fin de soirée que l'ampleur de la convection s'est avérée suffisamment significative pour que les critères de Maddox qui définissent le complexe convectif de méso-échelle soient remplis.
Ainsi, la surface convective couverte par des températures au sommet des nuages inférieures à -52°C a atteint des proportions remarquables, bien supérieures au seuil requis des 50.000 km² durant 6h, entre 19h et 01h locale. 
 
L'animation satellite vapeur d'eau ci-dessous retrace heure par heure depuis 14h locales (12z) l'évolution de la convection entre l'Espagne et la France. On distingue très bien l'ampleur qu'a pris le système orageux sur la France.
 
Animation satellite vapeur d'eau de la dégradation orageuse du 31 août 2015 - NRL
 
       
Ainsi pour la journée du 31 août, entre 00h locale et 00h locale, plus de 101.000 éclairs ont été détectés sur la France mais près d'un quart sont relevés sur la seule région Midi-Pyrénées qui a connu sa journée la plus orageuse de la saison 2015. Côté Aquitaine, près de 10.000 éclairs ont été enregistrés mais seule la moitié sud-est de la région a été réellement touchée. 
Si l'on trace l'activité électrique à l'échelle communale, l'axe orageux le plus intense ressort nettement entre la Gascogne, le Tarn-et-Garonne et le Rouergue. Sur le seul département du Tarn-et-Garonne, plus de 2200 éclairs ont été relevés.
 
   
Activité électrique relevée de 00h à 00h le 31 août 2015 - Réseau Blitzortung
 
 
 

Des structures en LEWP favorisent les violentes rafales

Les images radar des précipitations présentées ci-contre illustrent parfaitement la vitesse avec laquelle les orages se sont organisés à partir de l'Aquitaine.
 
A plusieurs reprises, des creusements méso-dépressionnaires ont favorisé la constitution de "vagues", ce que l'on appelle LEWP pour Line Echo Wave Pattern. Ces creusements dépressionnaires contribuent à accélérer les rafales descendantes qui peuvent alors dépasser les 150 km/h dans les cas les plus extrêmes, comme ce fut le cas dans le sud du Lot ce lundi 31 août.
Ces signatures radar caractéristiques sont perceptibles à plusieurs reprises, sur le Lot d'une part, sur le Lauragais ensuite puis entre Aveyron et Hérault ensuite.
 
On distingue par ailleurs distinguer à l'avant du système orageux principal, quelques structures isolées mais très intenses. Ce sont ces dernières qui ont généré des chutes de grêle parfois significatives entre les Hautes-Pyrénées ou le Gers notamment. Ces orages probablement supercellulaires ont par ailleurs déversé de très fortes pluies en un court laps de temps.
 
 
 

D'autres orages forts en marge du système principal, du Centre à la Champagne

Plus au nord et à l'est du système orageux très venteux qui a balayé le sud-ouest, des orages actifs, grêligènes mais moins organisés se sont déclenchés du sud du Poitou au Centre et de l'ouest de la Bourgogne au sud de la Champagne. Des chutes de grêle marquées et de très fortes pluies ont ainsi provoqué des dégâts sur les domaines viticoles de l'Yonne (secteur de Chablis).
De même, dans le Poitou, quelques inondations ont été recensées près de Poitiers alors qu'un homme a été tué par la foudre en Charente.
 
 

Photographies

Frédérick Bourriez a assisté à l'arrivée d'un arcus massif à Toulouse :
 
 
 
Sous les orages plus isolés à l'avant de la dégradation principale, de superbes décharges de foudre ont été observées par Guillaume Tournemeule dans l'Aube :