Des orages très pluvieux ont frappé le Languedoc les 29 et 30 septembre, 10 jours après un épisode déjà intense. L'agglomération de Montpellier, le centre et l'est de l'Hérault ont été concernés par des pluies diluviennes parfois record.

 
Animation satellite depuis 23h locales le 28 septembre - Par pas de 1h © NRL
Animation satellite depuis 23h locales le 28 septembre - Par pas de 1h © NRL
 

 

Une page bilan de cet épisode est disponible.

Retrouvez ci-dessous le suivi de cet épisode, heure après heure :

 

30 septembre 08h30 : accalmie en cours sur l'ensemble du Languedoc

Après les pluies de la nuit, qui ont localement produit des cumuls supplémentaires de 40 à 80 mm, l'accalmie prévaut ce matin sur l'ensemble du Languedoc. Quelques petites pluies faibles concernent toutefois les Corbières et l'est des Pyrénées-Orientales. La phase la plus active de l'épisode est à présent passée sur le Languedoc. Les pluies évoluent sur le Var mais ne présentent pas d'intensité particulièrement marquée. C'est l'est du Languedoc, une portion réduite de l'Aude et la Provence qui seront les plus exposés aux précipitations ce mardi, mais celles-ci ne devraient pas générer d'inondations sévères telles que celles relevées hier lundi.
Par ailleurs, le bassin méditerranéen occidental reste concerné par l'éclosion de systèmes convectifs très pluvieux, notamment des Baléares au large du Var.
 
Au final, l'épisode aura produit des lames d'eau atteignant localement 300 mm, plus généralement 130 à 200 mm sur l'est de l'Aude, des Pyrénées-Orientales et l'ouest du Gard.
 

 

29 septembre 22h00 : nouveaux orages en direction du Golfe du Lion

Les averses reprennent de la vigueur entre Pyrénées-Orientales, Aude et littoral ouest de l'Hérault ce soir. Elles sont mal organisées, la convergence étant déstructurée mais ponctuellement très pluvieuses avec des cumuls horaires évoluant entre 30 et 50 mm sous les cellules les plus actives. C'est entre l'ouest de l'Hérault et l'Aude que les cellules les plus vigoureuses sont en place, en zone littorale.

Un système convectif bien plus massif remonte par ailleurs des Baélares en direction du Golfe du Lion. Des pluies modérées à fortes s'étendent à l'avant des noyaux convectifs les plus profonds, situés au sud du système. Ce MCS est piloté par un nouveau forçage d'altitude, matérialisé en haute tropopause par une intrusion sèche assez nette entre l'est de l'Espagne et le sud de l'île de Palma :

Image satellite IR et vapeur d'eau de 18h TU - EUMETSAT

 

29 septembre 19h30 : lame d'eau exceptionnelle à Montpellier

Les cumuls de pluie relevés à Montpellier cet après-midi sont exceptionnels et battent tous les records. 280 mm sont pour le moment relevés sur l'épisode dont 180 mm en 2h et 250 mm en 3h. Le records de pluie sont battus (records horaire, mensuel et quotidien).
En ce début de soirée, la tendance est à l'accalmie. Toutefois, de nouveaux orages éclatent des Pyrénées-Orientales au sud de l'Aude ainsi qu'en mer, au large de l'Hérault, où la convergence de basse couche se restructure à l'arrivée d'un nouveau forçage d'altitude.
 

 

29 septembre 17h00 : de nouveaux orages naissent sur les Baléares

Image radar Météo-France de 16h localesLes fortes pluies persistent entre l'est immédiat de Montpellier, l'ouest de l'agglomération de Nîmes, en passant par le Vidourle. La station de Montpellier-Fréjorgues a relevé une lame d'eau de 92 mm en 1h, ce qui constitue une valeur exceptionnelle pour cette station. Localement, Météo-France relève des cumuls atteignant 180 mm en 3h. Les inondations sont très fréquentes sur l'ensemble de l'agglomération de Montpellier, au sens large (Lattes, Palavas, etc).
On observe par ailleurs une hausse de l'activité orageuse associée à ces fortes pluies. Sur la dernière heure, des dizaines d'impacts de foudre ont été relevés par Blitzortung entre l'Hérault et le Gard.
 
Au niveau des cours d'eau, le Lirou est en crue et a atteint une côte exceptionnelle de 4.65 m (hausse en 3h de temps seulement). Cette côte est la plus haute connue. Le Lez, dont le Lirou est affluent, est également en forte crue. La crue décennale est dépassée à Montpellier.
 
Hydrogramme de crue du Lez à Montpellier - Hydroreel
 
 
La vidéo suivante a été prise à Montpellier il y a 1h30 environ et témoigne de la montée des eaux :
 
 
Actuellement, un nouveau forçage d'altitude favorise le déclenchement de la convection sur les Baléares. De puissants orages prennent naissance sur les îles espagnoles et remontent dans le Golfe du Lion. 
 
 
 

29 septembre 15h15 : fortes pluies sur le Montpelliérain

Les fortes pluies persistent sur la région de Montpellier et de Palavas à Lattes, jusqu'au Vidourle. L'image satellite de 12h TU montre qu'un puissant système convectif est positionné au large de la Catalogne alors que la région de Montpellier est concernée par des orages moins actifs (car moins d'instabilité) au niveau de l'activité foudre mais néanmoins très pluvieux. Ces orages sont pris dans une convergence de basse couche induite par un creusement dépressionnaire au large de l'Aude. Un fort vent de sud-est advecte de l'air chaud depuis la Sardaigne jusqu'au Golfe du Lion.
Il est tombé de l'ordre de 90 à 140 mm en quelques heures sur cette zone s'étendant de Montpellier à Prades-le-Lez.
 
Image satellite vapeur d'eau et IR de 12h TU - EUMETSAT
 
 
Le Lez et son affluent (le Lirou), ont entamé une crue rapide et remarquable :
 
Hydrogramme de crue du Lez à Lavalette - Vigicrues    Hydrogramme de crue du Lirou au Triadou - Vigicrues
Hydrogrammes de crue du Lez et du Lirou
 
 
 

29 septembre 14h00 : inondations dans le centre Hérault et fortes pluies sur le Montpelliérain

La convergence de basse couche s'est un peu déplacée vers l'est. Ainsi, une zone s'étendant du bassin du Lez et de l'agglomération de Montpellier jusqu'au Vidourle est actuellement sous de fortes pluies. L'activité orageuse est stable avec quelques dizaines d'impacts par heure.
A Montpellier, la masse d'air présente une instabilité en hausse et continue de fortement s'humidifer en basse couche. En surface, le point de rosée affiche 20°C pour une température de 22°C. Le potentiel précipitable est très important avec 15 g/kg au niveau du rapport de mélange, soit une valeur très significative.
Plus à l'ouest, la presse locale fait état de difficultés dans les secteurs les plus touchés par les fortes lames d'eau (jusqu'à 200 mm ponctuellement en quelques heures), notamment à Saint-Pargoire ou Montagnac.
 
Village de Montagnac (crédit photo DR Midi Libre)   Village de Montagnac (crédit photo DR Midi Libre)
Village de Montagnac inondé - Crédit photo Midi Libre
 
 
 

29 septembre 12h15 : orages stationnaires dans la vallée de l'Hérault

L'axe de convergence peu mobile qui s'est développé sur le centre de l'Hérault en matinée persiste. Des pluies fortes se produisent sur le bassin versant de l'Hérault aval, entre Agde et Saint-Martin-de-Londres. Dans les secteurs de Paulhan, de Canet ou de Marseillan, des inondations sont observées. Localement, les lames d'eau dépassent 150 mm (secteur de Montagnac par exemple).
Au cours de ces trois dernières heures, l'activité orageuse s'est un peu accentuée avec plusieurs dizaines d'impacts relevés sur le centre Hérault. L'instabilité continue à faire défaut, d'où une activité électrique limitée. Elle doit se renforcer ce soir et surtout à partir de la nuit prochaine.
 
Activité foudre sur l'Hérault entre 10h05 et 12h05 loc     Imaga radar Météo-France : système convectif bloqué sur le centre Hérault
 
 
 

29 septembre 09h15 : fortes pluies orageuses nocturnes

Image satellite vapeur d'eau et IR colorée de 6h TU © EUMETSATL'activité convective s'est montrée bien active durant la nuit entre les Pyrénées-Orientales, l'est de l'Aude et l'ouest de l'Hérault. Depuis le début de l'épisode il y a une douzaine d'heures, les lames d'eau recueillies atteignent fréquemment 100 à 170 mm sur ce secteur avec 160 mm à Villeneuve-les-Corbières (11), 163 mm Laroque-des-Albères (66) ou 138 mm à Rivesaltes (11). Plusieurs postes de l'Aude et des Pyrénées-Orientales enregistrent des lames d'eau supérieures à 100 mm en 12h.
Néanmoins, par manque d'instabilité (profils saturés mais peu instables), l'activité foudre est nettement restée en retrait puisque seuls quelques impacts ont été relevés durant la nuit sur le sud des Pyrénées-Orientales.
La conveection la plus profonde se situe en mer et s'organise sous la forme d'un MCS linéaire qui s'étire sur plus de 200 km entre le fond du Golfe du Lion et l'île de Palma aux Baléares. Ce dernier se positionne à l'aplomb d'un forçage d'altitude sur le nord-est de l'Espagne.
 
 
 
 
 

Outils complémentaires :


Accédez aux données foudre sur la France          Postez vos observations sur la carte interactive en temps réel