Le 21 août 1727, une tornade d'intensité modérée (EF2) est observée dans les environs de Capestang, dans l'Hérault. Le phénomène, qui a été vu, semble avoir présenté les caractéristiques d'une tornade à multi-vortex.
 
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Capestang (34) du 21 août 1727intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : PUISSERGUIER, CAPESTANG
* département : HÉRAULT (34)
* altitude moyenne du terrain : 75 mètres
* type de terrain : territoires agricoles

* principaux dégâts : rejetons d'oliviers arrachés ; arbres déracinés ; gros noyer déraciné et transporté à 40 ou 50 mètres

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen. 
 
 

Trajectoire de la tornade

Cliquer sur la carte suivante pour l'agrandir :
 
Tornade EF2 de Capestang (Hérault) du 21 août 1727. Plage de couleur rouge : emplacement présumé de la tornade. © Keraunos (fond de carte : Carte de Cassini du XVIIIe siècle)
© Keraunos (fond de carte : Carte de Cassini du XVIIIe siècle)
 
A ce jour, les informations disponibles sur cette tornade ne permettent pas d'établir une localisation et une trajectoire précises.
 
 

Un double vortex temporaire

Dans son sixième tome (1770), l'Histoire naturelle de l'air et des météores reproduit un extrait des Mémoires de l'Académie des Sciences, publiées en 1727, et partiellement consacré à la tornade de Capestang."Le 21 Août à cinq heures un quart du soir, il parut entre Puisserguier et Capestan [Capestang] près de Béziers, un météore assez semblable pour sa forme et ses effets à celui dont nous venons de parler ; c'était une colonne obscure qui descendait d'une nuée jusqu'à terre, diminuait toujours de largeur en s'abaissant & se terminait en pointe. On la voyait à deux lieues de la ville, l'air était alors fort calme à Béziers ; on avait entendu auparavant quelques coups de tonnerre du côté de l'Occident. Le ciel s'obscurcit d'une manière extraordinaire au-dessus de Capestan ; le vent y fut impétueux, & la colonne subsistant toujours en forme de cône renversé, était d'une couleur cendrée tirant sur le violet. Elle obéissait au vent qui soufflait de l'Est au Sud-Ouest, accompagnée d'une fumée fort épaisse, et d'un bruit pareil à celui de la mer agitée, arrachant quantité da rejetons d'oliviers, déracinant les arbres et marquant son chemin par une large trace bien battue ou trois carrosses de front auraient passé. Il parut une autre colonne de la même figure, mais qui se joignit bientôt à la première, et après que le tout eut disparu, il tomba une grande quantité de grêle."

L'intensité de la tornade a pu être définie grâce à un complément d'information fourni dans le Journal de physique, de chimie, d'histoire naturelle et des arts (1819). Le phénomène a effectivement arraché un gros noyer qui fut transporté à 40 ou 50 pas (soit 40 à 50 mètres). Ce type de projections à distance relève d'une tornade d'intensité EF2.

Faute de reconnaissance de terrain, la localisation et la trajectoire exactes de la tornade de Capestang restent indéterminée à ce jour.
 
 

En savoir plus sur les tornades

 
 

En savoir plus sur la région Languedoc-Roussillon

 
Evénéments orageux remarquables en Languedoc-Roussillon.          Climatologie des tornades en Languedoc-Roussillon.