Le 30 mai 1725, une tornade de très faible intensité (EF0) est observée en Normandie, sans que la localisation exacte n'ait pu être définie (les sources évoquent effectivement un lieu nommé Bocanbrey et qui n'a pu être retrouvé). Le phénomène a fait l'objet de nombreuses publications dans des revues scientifiques.
 
 

Principales caractéristiques de la tornade

Tornade en Normandie le 30 mai 1725intensité maximale : EF0, soit des vents estimés entre 105 km/h et 135 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : indéterminée

* commune touchée : indéterminée (le lieu BOCANBREY n'existe pas)
* département : indéterminé (région Normandie)
* altitude moyenne du terrain : indéterminée
* type de terrain : territoires agricoles

* principaux dégâts : pas de dégâts recensés
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen. 
 
 

Trajectoire de la tornade

 
 
Trajectoire et emplacement exact non définis
 
 

Un phénomène fortement médiatisé mais non localisé à ce jour

La tornade dite de Bocanbrey a fait l'objet d'un grand nombre de publications dans des revues scientifiques : Mémoires de l'académie des sciences, Histoire naturelle de l'air et des météores, Dictionnaire des merveilles de la Nature...
 
Le phénomène, survenu en Normandie, ne peut toutefois pas être localisé avec précision, car le toponyme Bocanbrey n'existe pas sous cette forme syntaxique. On pourrait rapprocher ce lieu avec Beaucoudray, situé dans le département de la Manche, mais il ne s'agit là que d'une supposition. Le suffixe -brey pourrait également être une variation syntaxique du Bray Normand, situé en Seine-Maritime.
 
L'Histoire de l'Académie royale des sciences (année 1725), est la source première qui consacre deux pages à la tornade de Bocanbrey. Le phénomène survient dans l'après-midi, après dissipation d'un brouillard matinal : "Le mercredi 30 mai, il fit le matin un grand brouillard. Quand il fut passé, il s'éleva sur le midi plusieurs orages avec quelques coups de tonnerre." La tornade est marquée par un bruit continu et durable : "A 4h45 [de l'après-midi], on entendit un bruit confus, qui, augmentant toujours, attira l'attention de M. de Bocanbrey. Il fut fort surpris d'entendre ce bruit comme roulant sur la terre ; et au bout d'un quart d'heure ce fut celui d'un carrosse qui irait sur le pavé, mais par secousses, et à reprises."
 
M. de Bocanbrey décrit la structure de la tornade de la façon suivante : "C'était comme un tourbillon de feu roulant sur terre, avec un bruit terrible. Il en sortait une espèce de fumée rousse, plus claire dans son milieu, et s'éclaircissant toujours à mesure qu'elle haussait. Elle pouvait avoir un pied et demi de large, et montait en bouillonnant d'une rapidité incroyable, jusqu'à une nuée noire, qui était au-dessus ; et lorsqu'elle la touchait, elle se rabattait en tourbillonnant comme de la fumée qui trouve en son chemin de l'opposition."
 
La tornade s'est ensuite dissipée après s'être confondue dans une averse :"Lorsque ce spectacle se fut éloigné de l'observateur d'un quart de lieue, il vint du nord-nord-est un grand coup de tonnerre, avec une très grosse pluie, le phénomène fut caché ou plutôt dissipé et éteint, son bruit cessa, et il n’en resta aucune trace en aucun endroit."
 
 

En savoir plus sur les tornades