Le 20 septembre 2020, vers 00h30 locales (soit le 19 septembre vers 22h30 TU), une tornade de très faible intensité (haut de l'échelon EF0), issue d'une trombe marine, affecte le massif de la Gavaresse et le quartier de la Cibonne, au Pradet (département du Var). Le phénomène provoque principalement des dommages sur de la végétation et dans un centre équestre. 

La tornade du Pradet du 19 septembre 2020 prend part à un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui survient au sein d'une même dégradation orageuse à l'origine d'au moins trois phénomènes tourbillonnaires terrestres certains : la tornade EF0 du Pradet (objet du présent dossier), la tornade EF1 de Toulon et la tornade EF1 d'Hyères. Ces tornades ont la particularité de survenir presque simultanément dans un périmètre restreint d'à peine 400 km², ce qui rend cet outbreak remarquable

A noter également que deux autres phénomènes venteux indéfinis ont produit des dommages durant ce même outbreak : à Six-Fours-les-Plages/Sanary-sur-Mer et sur l'île de Porquerolles, où un lien direct avec la tornade d'Hyères ne peut pas être établi avec certitude. Pour terminer, cet outbreak s'accompagne d'autres tubas ou tourbillons marins observés entre le 19 et le 20 septembre autour de la Méditerranée. Certains phénomènes sont encore en cours d'analyse.  

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF0, soit des vents estimés entre 105 km/h et 135 km/h
* distance parcourue : 3,5 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : CARQUEIRANNE (le Bau Rouge), LE PRADET (la Gavaresse, la Cibonne, avenue Ganzin)
* département : VAR (83)
* altitude moyenne du terrain : 100 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu ; terres arables hors périmètre d'irrigation ; systèmes culturaux et parcellaires complexes ; surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants ; forêts mélangées ; végétation sclérophylle

* principaux dégâts : arbres (feuillus et conifères) principalement ébranchés et certains déracinés ; toitures faiblement endommagées ; mobilier de jardin emporté ; une partie du toit d'une écurie arrachée ; projection de branches à distance 

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version). Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
 

Trajectoire de la tornade



© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

"Comme un bruit de gros camion"

La tornade du Pradet du 19 septembre 2020 a pu être identifiée à l’appui d'une vidéo du phénomène et de nombreux témoignages. 

Selon toute vraisemblance, une trombe marine entre dans les terres dans le secteur du Bau Rouge, commune de Carqueiranne, vers 22h30 TU. Après quelques centaines de mètre de parcours terrestre, le tourbillon parvient à franchir le petit massif de la Gavaresse (commune du Pradet) où la végétation a souffert (arbres ébranchés, certains sectionnés à la base du tronc mais ils ne semblaient pas sains de pied). 

Après avoir franchi la Gavaresse, et selon une trajectoire SSE/NNO (170°) la tornade survole plusieurs territoires principalement agricoles, entrecoupés de petits lotissements et d'habitations éparses. Les principaux témoins décrivent un "bruit apocalyptique", "comme un bruit de camion" ou encore "un bruit de malade similaire à une grosse explosion". Il semble en effet que cette tornade ait été marquée par un bruit particulièrement intense. Pour rappel, cette caractéristique est souvent bien corrélée à l'intensité du phénomène en lui-même. Mais dans un contexte particulier (proximité des témoins, bonne propagation des sons, réaction émotionnelle consécutive à l'événement), le bruit peut paraître très important même pour une tornade de faible intensité.

Arrivée à la Cibonne, la tornade semble atteindre le maximum de son intensité et atteint le haut de l'échelon EF0, avec des vents instantanés estimés proches de 130 km/h. Céline Forest, fille des propriétaires des Ecuries de la Cibonne, livre le témoignage suivant: "Quand les fenêtres ont commencé à bouger en pleine nuit, on a eu super peur pour les animaux. De fait, en paniquant dans leurs boxes, plusieurs chevaux ont été légèrement blessés" [Var-Matin du 21 septembre 2020]. Dans ce secteur, des arbres sont ébranchés, d'autres de taille plus modeste déracinés. Quelques toitures de maisons sont également atteintes et du mobilier de jardin emporté. Dans le centre équestre, le toit constitué de tôles est en partie arraché, et les débris projetés endommagent des habitations situées à proximité. Huit chevaux doivent être mis en sécurité par les pompiers. 

Aux Clapiers, la tornade est filmée par un témoin qui parvient à saisir le tourbillon situé à l'ouest de sa position. Bien que l'image soit floue, elle laisse apparaître un tube de faible dimension qui circule de gauche à droite en direction de la D559 :   


© Météo-Varoise

Au niveau de l'avenue Ganzin, le phénomène provoque encore de l'agitation sur son passage, toujours avec un bruit soutenu. Les témoignages sont encore nombreux dans un périmètre plus vaste, ce qui semble indiquer une dissipation du phénomène, après un parcours de 3,5 kilomètres (il convient de rappeler que des rafales soutenues ont également accompagné la dégradation orageuse).


Photographies des principaux dommages:




Analyse de la cellule orageuse

La tornade du Pradet s’est formée au sein d’une ligne convective active (système convectif de méso-échelle), productrice d’orages très électriques. Organisée le long d’un axe étiré depuis la basse vallée du Rhône jusqu’au large du Var, cette ligne est remontée du sud-ouest vers le nord-est en début de nuit du 19 au 20 septembre, gagnant ainsi le littoral varois entre 22h30 et 23h00 TU. Cette tornade, comme les autres tornades de cet outbreak, s’est formée sur le flanc arrière de la ligne convective, au sein d’une discontinuité de petite échelle.

L’animation radar ci-dessous présente la situation à 22h30, 22h45 et 23h00 TU (00h30, 00h45 et 01h00 locales), soit à l’heure où les tornades se sont formées quasi simultanément.




L’activité foudre associée a été marquée, comme en témoigne la carte ci-dessous. Les éclairs générés par ce système orageux nocturne figurent en rouge. On remarque notamment le véritable mitraillage de la portion sud du département du Var :



Analyse de la situation météorologique

Le système orageux producteur de ces multiples tornades s’est formé en périphérie sud-est d’un cut-off, alors en position au sud de la Bretagne. Ce minimum d’altitude pilotait notamment une branche de courant-jet sur son flanc sud, au sein duquel un jet-streak est venu s’étirer en soirée depuis le sud du Portugal jusqu’aux Baléares. Les abords du Var se sont alors retrouvés dans une configuration de sortie de jet fortement diffluente. C’est dans ce flux fortement cyclonique qu’un thalweg secondaire s’est présenté en début de nuit, en accentuant les forçages depuis la basse vallée du Rhône jusqu’au littoral varois (voir ci-dessous la modélisation de cette situation par WRF 10 km Europe, dans son run du 19 septembre 2020 à 12Z).



Afin d'analyser plus en détail la situation, le modèle WRF-ARW 3 km a été déployé dans une version « reforecast » initialisée sur ERA5 30 km (run lancé sur les conditions du 19.09.2020 00Z). Il apparaît notamment qu’une langue d’air chaud et très humide en basses couches, initialement étirée des Baléares aux Cévennes, est venue se rabattre en direction du Var en fin de soirée et début de nuit, à l’aplomb immédiat du thalweg d’altitude. Ces advections chaudes et humides sont identifiables ci-dessous à gauche par de fortes valeurs de points de rosée sur la tranche 0-1 km. Celles-ci ont fortement instabilisé les profils verticaux sur ce secteur, avec des valeurs de MUCAPE parfois proches de 3000 J/kg et des MULI compris entre -6 et -9 K ; soit des valeurs assez remarquables pour une situation nocturne.



Ces advections ont été concentrées le long d’un axe de convergence, qui s’est structuré sous la forme d’un étroit thalweg de surface. Il apparaît clairement ci-dessous à gauche sur le champ de vent à 10 mètres avec, à l’avant, des vents orientés au secteur Est le long des côtes et, à l’arrière, c’est-à-dire plus au sud, des vents de secteur Sud-Ouest, qui vireront même localement plein Ouest un peu plus tard sur le littoral varois. Cette convergence de basses couches très marquée a généré de forts cisaillements, dans une zone par ailleurs soumise à une forte instabilité. Dès lors, la situation est devenue propice au développement de trombes marines et tornades depuis Marseille jusqu’à l’Ile du Levant, comme l’illustre la réaction très nette du Significant Tornado Parameter (valable pour le 19 septembre 22h TU, soit le 20 septembre 00h locales - à peine quelques dizaines de minutes avant le déclenchement des tornades).



Les profils verticaux de Toulon et Hyères montrent bien ce très fort veering du vent dans les basses couches juste à l’avant du système orageux, avec pour conséquence des ESRH respectives de 161 m²/s² et 201 m²/s². L’instabilité est marquée, avec 2293 J/kg de MUCAPE à Toulon et 2563 J/kg à Hyères (valeurs calculées avec correction de la température virtuelle), tandis que le STP atteint respectivement 1,3 et 1,8 :



On retrouve ainsi tous les ingrédients propices à un épisode tornadique sur ce secteur, que ce soit à échelle synoptique ou à méso-échelle.


En savoir plus sur les tornades