Le 27 avril 2020, vers 13h50 locales, une tornade de très faible intensité (EF0) provoque quelques légers dommages au nord de la commune de Bessens, dans le Tarn-et-Garonne. Le phénomène est observé et photographié par de nombreux témoins.

Il est à noter que le département du Tarn-et-Garonne n'avait pas recensé de tornade depuis le 26 août 2011. Cette année-là, une tornade de très faible intensité (EF0) avait été aperçue à Moissac (hameau de Sainte-Livrade).
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF0, soit des vents estimés entre 105 km/h et 135 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : BESSENS (la Matalène)
* département : TARN-ET-GARONNE (82)
* altitude moyenne du terrain : 102 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu

* principaux dégâts : plusieurs tuiles aspirées sur une habitation ; un conteneur à déchets et un trampoline soulevés ; deux couvercles de regard en béton emportés

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version). Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
 

Localisation de la tornade



© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

"Ma maison tremblait"

La tornade de Bessens du 27 avril 2020 a été vue et photographiée par de nombreux témoins positionnés principalement entre Corbarieu, Grisolles et Finhan.(voir ci-dessous la photographie d'Elodie Mortier, pour Météo Pyrénées) Le phénomène, qui s'apparente alors à un tuba très allongé, touche en réalité le sol au nord de Bessens où de faibles dommages sont signalés. Les dommages identifiés à ce jour étant très ponctuels, la trajectoire exacte du phénomène reste indéterminée. Par ailleurs, d'autres dégâts (infiltrations d'eau principalement) sont signalés dans le même secteur (Montech, Finhan, Monbéqui, Dieupentale et Grisolles) en raison des précipitations abondantes générées par la cellule orageuse productrice de la tornade et d'autres cellules limitrophes.

Le récit d'Azizah, repris dans la Dépêche du 28 avril 2020, est tout à fait explicite : "La tornade, on l’a prise en plein dans notre maison [...] Tout s’est passé effectivement très vite [...] Mais là où j’ai eu le plus peur, c’est quand j’ai vu le trampoline passer devant la fenêtre. J’ai senti alors ma maison qui tremblait. C’est assez épouvantable comme sensation." Le témoignage et la localisation des dommages coïncident parfaitement avec l'observation du tourbillon.

Compte-tenu des dommages observés (plusieurs tuiles aspirées sur une habitation, un conteneur à déchets et un trampoline soulevés, deux couvercles de regard en béton emportés) la tornade de Bessens est classée en intensité EF0 sur l'échelle de Fujita améliorée.



Analyse de la cellule convective

Le tourbillon s'est développé sous une cellule convective active, qui s'est formée au nord immédiat d'une autre cellule orageuse formée une trentaine de minutes plus tôt. Sur l'image radar de 13h45 locales (voir ci-dessous), la cellule tornadique est celle située la plus au nord parmi les deux cellules adjacentes de couleur orange/rouge.



Cette tornade tient probablement son origine dans la présence, à cet instant, d'une zone de convergence des vents de basses couches sur ce secteur, avec des vents de secteur sud à Toulouse et à l'inverse des vents de secteur nord à Montauban. Bessens et ses environs immédiats se sont ainsi trouvés dans la zone de confluence de ces deux vents opposés. De fait, sur la base des éléments recueillis à ce jour, cette tornade s'apparente à une tornade non mésocyclonique, issue d'un apport local en cisaillements le long d'un axe de convergence et non d'une rotation profonde et durable de la colonne convective principale. Un risque de tornade avait d'ailleurs été identifié sur ce secteur dans le bulletin de prévision émis le 27 avril à 08h.

Le système orageux à l'origine de la tornade a produit, de manière générale, une activité électrique soutenue, comme en témoigne la forte concentration d'éclairs détectés aux abords de Bessens (ci-dessous cerclé en rouge). Néanmoins, la cellule productrice de la tornade elle-même n'a débuté son activité électrique que quelques minutes avant la phase tornadique, et l'essentiel des chutes de foudre a été observé après dissipation de la tornade.



En savoir plus sur les tornades