Le 10 février 2020, vers 15h40 locales, une tornade de faible intensité (EF1) traverse le nord d'Amiens, dans le département de la Somme. Le phénomène, qui a été vu, touche plus particulièrement la commune de Bertangles où un car scolaire est couché sur le flanc.

La tornade de Bertangles du 10 février 2020 survient dans un contexte dépressionnaire à l'origine de la tempête Ciara. Le même jour, d'autres dégâts venteux sont signalés dans le Nord et l'Aisne
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 12,2 kilomètres
* largeur moyenne : 100 mètres (jusqu'à 250 mètres)

* communes traversées : SAINT-VAAST-EN-CHAUSSÉE (Vallée d'Acon) ; LA CHAUSSÉE-TIRANCOURT (Bois Corby) ; SAINT-SAUVEUR (les Soirons, A16, Bois Tourtier) ; VAUX-EN-AMIÉNOIS (Bois Jumel, village, le Sépulcre, Bois Roblot) ; BERTANGLES (D97, le chemin de Poulainville) ; POULAINVILLE (rond-point de l'Avenue) ; COISY (le Riot, D11) ; RAINNEVILLE (D11, les Pièces)
* département : SOMME (80)
* altitude moyenne du terrain : 80 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu ; terres arables hors périmètre d'irrigation ; prairies ; forêts de feuillus

* principaux dégâts : arbres feuillus et résineux déracinés ou brisés net ; projections de branches à distance ; quelques toitures d'habitations faiblement endommagées ; panneaux de signalisation pliés ou couchés ; entrepôt de stockage de palettes de 4500 m² fortement atteint ; tôles d'un hangar agricole arrachées ; un car scolaire et un fourgon renversés par le vent ; projections de débris et tôles éparpillées à plusieurs centaines de mètres

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version). Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
 

Trajectoire de la tornade



© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

Un car scolaire renversé sur la D97

La tornade de Bertangles du 10 février 2020 a fait l'objet d'une enquête de terrain de Keraunos ; celle-ci a permis d'établir une trajectoire totale de plus de 12 kilomètres et de déterminer l'intensité du phénomène. Des photographies complémentaires ont été apportées notamment par J. Avalet (depuis le sol) et par Jenn Lloyd (par drone), fournissant ainsi une documentation riche sur la commune de Bertangles.

Les premières traces du phénomène sont identifiées de façon certaine au nord du site archéologique de Samara, dans la Vallée d'Acon (Saint-Vaast-en-Chaussée). Selon un sens de déplacement de l'Ouest/Sud-Ouest vers l'Est/Nord-Est (260°), le tourbillon survole essentiellement des parcelles boisées ou des terres agricoles. Dans le Bois Corby (la Chaussée-Tirancourt), quelques petits bouleaux sont déracinés, tout comme à proximité de l'autoroute A16. Un axe de convergence est parfaitement identifié dans le sens de chute des arbres (l'orientation est principalement Sud/Nord, sauf en périphérie Nord du couloir de dégâts où l'orientation est Ouest/Est). Le couloir de dégâts, bien délimité, atteint une centaine de mètres en intégrant les aspirations périphériques propres à ce type de phénomène à déplacement rapide.

Une fois l'A16 franchie, la tornade touche la lisière du Bois Tourtier (Saint-Sauveur) où elle sectionne une dizaine de conifères. La couronne de l'un d'eux est transportée par le vent et déposée à 100 mètres vers le Sud-Est. Sur une bonne partie du territoire de Vaux-en-Amiénois, le tourbillon reste de très faible intensité (haut de l'échelon EF0) et les dommages sont très limités : quelques dégâts sur la végétation dans le Bois Jumel, quelques tuiles arrachées dans la rue Sainte-Anne.

En quittant la vallée du Bout de Magnier, la tornade gagne en intensité et prend en écharpe le Bois Roblot sur un parcours d'environ 300 mètres. Là, elle déracine ou brise quelques arbres de bonne dimension en lisière de forêt, puis traverse la D933 pour rejoindre le territoire communal de Bertangles. Compte tenu des dommages infligés à la végétation, la tornade atteint ici un niveau d'intensité EF1 sur l'échelle de Fujita améliorée.

Après avoir renversé un fourgon, le tourbillon traverse le bâtiment de la société Sofamat 80, spécialisée dans le recyclage de déchets. L'entrepôt de stockage de palettes de 4500 m² est fortement atteint : tôles arrachées, éléments de la structure pliés, tordus ou emportés par le vent. De nombreuses palettes sont éparpillées autour du site. Certaines tôles sont même retrouvées à plusieurs centaines de mètres. Un salarié de l'entreprise est légèrement blessé.

Quelques secondes plus tard, la tornade traverse la D97 qui est empruntée, à cet instant précis, par un bus scolaire qui doit se rendre au collège de Villers-Bocage. Sous la force du vent, le véhicule est couché sur le flanc, dans le bas-côté de la route. Le conducteur s'en sort indemne.

La tornade poursuit sa route vers le chemin de Poulainville, puis atteint le rond-point de l'Avenue (Poulainville) où elle abat plusieurs arbres de grande dimension. Parvenue à Coisy, elle évite le village in extremis par le nord, puis prend la direction de la D11. Possible signe d'un affaiblissement, le tourbillon s'évase alors fortement pour atteindre une largeur de près de 300 mètres à l'entrée du village de Rainneville. Dans ce périmètre, les combles d'une maison sont touchés, un hangar est endommagé (tôles arrachées) et des arbres sont ébranchés dans deux parcelles de bois. Au-delà de ce secteur, plus aucun axe de dégâts convergents n'est identifié et la tornade semble se dissiper.

Il est à préciser que d'autres dégâts venteux sont signalés à Fricourt (25 kilomètres de Rainneville), toujours dans l'axe de la cellule à l'origine de la tornade de Bertangles. Suite à des informations transmises par D. Martens, et à l'appui d'une enquête de terrain effectuée par Keraunos, il se confirme que les dégâts observés à Fricourt sont causés par la même cellule. Le cas ne fait toutefois apparaître aucun axe de convergence.



Analyse de la cellule convective

Le tourbillon s'est développé sous une cellule convective active, qui s'est initiée dès le milieu de matinée au nord de la Bretagne. Circulant dans un flux zonal extrêmement rapide, cyclonique et marqué par des advections d'air froid à l'étage moyen, elle s'est structurée autour d'un noyau de fortes réflectivités particulièrement durable. Celui-ci transite le long des côtes nord du département de la Manche entre 12h et 13h locales, avant de continuer sa route en mer et d'entrer dans les terres à hauteur de Dieppe (Seine-Maritime) vers 14h30. Après s'être brièvement déstructurée lors de sa transition terre-mer, la cellule se renforce de nouveau et présente de fortes réflectivités en franchissant la frontière de la Somme vers 15h10. Elle prend alors la route du nord d'Amiens en développant un crochet assez net sur son flanc sud, entre en phase tornadique aux environs de 15h40, puis se déstructure avant de se dissiper en arrivant sur le département du Nord.

L'analyse des réflectivités radar laisse supposer qu'il s'agit d'une supercellule LT particulièrement durable et stable dans sa structure. A noter qu'un risque de tornade était identifié et prévu depuis plusieurs jours sur ce secteur pour la journée du 10 février 2020.

L'animation radar ci-dessous montre l'évolution de la cellule entre 15h00 et 16h15 locales :




En savoir plus sur les tornades