Le 20 octobre 2019, dans le courant de la matinée, une tornade de faible intensité (EF1) est aperçue dans les plaines de l’Hérault, entre Aumes et Saint-André-de-Sangonis. Le phénomène, remarquable par sa trajectoire parcourue, traverse l’autoroute A75 à quatre reprises et piège plusieurs automobilistes. Aucun blessé sérieux n’est toutefois à déplorer, mais des dégâts matériels sont signalés, principalement à PaulhanAspiran et à Canet. Au total, dix territoires communaux sont traversés par le tourbillon.

Avec une distance parcourue de 25 kilomètres, la tornade de Paulhan du 20 octobre 2019 figure parmi les plus vues et les plus illustrées de ces dernières années en France. Elle prend également part à une dégradation pluvio-orageuse qui a principalement affecté le Languedoc et les Cévennes entre les 19 et 21 octobre.
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 25 kilomètres
* largeur moyenne : 100 mètres (jusqu'à 250 mètres)

* communes traversées : AUMES (Pioch Montauli, Renacaux, Vignes Vieilles, Marennes) ; MONTAGNAC (ruisseau d'Ensigaud) ; LÉZIGNAN-LA-CÈBE (l'Hérault; ruisseau de Merderic) ; CAZOULS-D'HÉRAULT (D609, les Ginestasses) ; NIZAS (la Boyne, A75) ; PAULHAN (Tentanélous, A75, l'Ermitage, Groujoux, Candaurade, rue de l'Abaoussier, Sur Castels, le Libéret) ; ASPIRAN (A75, Lavalsié, Gissos, le Vigné, ZA des Pins, D609, A75, Déchèterie, Sainte-Croix) ; CANET (Fenouillet, Campagne du Bosc, les Combes, D2, Boullounac, les Clapasses) ; BRIGNAC (chemin de la Regorde, Sarrusse) ; SAINT-ANDRÉ-DE-SANGONIS (la Lerque, les Plos, les Granvignes, Bois Redon, les Condamines, le Bosquet, D4, rue Jean Macé, rue du Souvenir Français, cours Grégoire; avenue de Lodève, Avenue Léonce Gabaudan, les Causses, route de Lagamas, A750, la Font del Cardaire)
* département : HÉRAULT (34) 
* altitude moyenne du terrain : 50 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu ; zones industrielles et commerciales ; réseaux routier et ferroviaire et espaces associés ; vignobles ; surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants ; forêts de feuillus ; forêts mélangées

* principaux dégâts : arbres adultes (feuillus et résineux) ébranchés, déracinés ou brisés ; vignes couchées avec leurs échalas (quelques ceps rompus) ; serre avec arceaux en partie détruite ; quelques portions de toitures endommagées (tuiles délogées ou emportées sur une faible superficie) ; poteaux électriques en bois brisés ; murs de clôture pliés ou tordus ; panneau de signalisation autoroutier détruit par le vent ; véhicules légèrement déportés ; caravane déplacée par le vent à 20 mètres de son emplacement d'origine ; faibles projections à distance 

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version). Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
 

Trajectoire de la tornade



© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

L'autoroute A75 traversée à quatre reprises

La tornade de Paulhan du 15 octobre 2019 est issue d’une supercellule qui a traversé tout le département de l’Hérault entre Vias et Saint-Maurice-Navacelles, avant de poursuivre sa route en direction du Gard. Remarquable par la distance parcourue (25 kilomètres) le phénomène a pu être intercepté par Vincent Deligny qui circulait dans le secteur de Béziers. Une véritable traque se met alors en place et permet de poursuivre le tourbillon sur un parcours de plus de 10 kilomètres le long de l’autoroute A75 : 

© Vincent Deligny


Le premier contact au niveau du sol est identifié au sud d’Aumes, où une parcelle de vigne est endommagée. D’abord étroit, le tourbillon trace un sillon irrégulier dans la direction du Nord/Nord-Ouest et provoque principalement des dégâts sur de la végétation jusque dans la plaine de l’Hérault (Lézignan-la-Cèbe, Cazouls-d’Hérault).

La tornade franchit l’A75 une première fois à hauteur de Nizas. Elle prend de court les automobilistes mais ne provoque aucun accident. Frôlée par l’ouest, l’autoroute est finalement traversée une seconde fois peu après la sortie n°58 à Paulhan, suite à un changement brutal de trajectoire qui dévie vers le Nord/Nord-Est. Sur ce tronçon autoroutier, un panneau de signalisation est arraché par le vent mais ne touche fort heureusement aucun véhicule. Dans la direction de Paulhan, la tornade survole des parcelles agricoles où elle endommage encore des vignes. Plusieurs arbres sont également ébranchés ou brisés par le vent. A Paulhan même, l’ouest de la commune est touché et une quinzaine d’habitations sont faiblement endommagées

Toujours en direction du Nord/Nord-Est, la tornade traverse l’A75 pour la troisième fois et rejoint la plaine de l’Hérault au niveau d’Aspiran. Encore filmé, le tourbillon présente une forme caractéristique d’entonnoir dont le sens de rotation est cyclonique. Son influence au niveau du sol atteint désormais 250 mètres et plusieurs vortex secondaires sont clairement observés sur certaines portions de la trajectoire. Cette masse tourbillonnaire poursuit sa route vers l’est de la commune : ZA des Pins (10 maisons atteintes), D609, A75 (quatrième traversée) et déchetterie où les dégâts matériels restent de faible importance. Notons toutefois qu’à hauteur de Sainte-Croix, une caravane est traînée par le vent et s’arrête in extremis avant l’autoroute et la bande d'arrêt d'urgence après un parcours de 20 mètres

La tornade rejoint ensuite les territoires de Canet et de Brignac où elle provoque les mêmes dommages sur la végétation jusqu’à la rivière de la Lerque. Au domaine du Bosc, une habitation est traversée par le tourbillon et perd une partie de sa toiture. Plus loin, une serre avec arceaux est en partie détruite

A Saint-André-de-Sangonis, la tornade perd en intensité et provoque des dégâts épars principalement entre le Cours Grégoire et l’avenue de Lodève. Au-delà de l’agglomération, les dernières traces de son passage sont concentrées le long de la route de Lagamas jusqu’à la Font del Cardaire, lieu de sa dissipation.

Compte tenu des dommages observés, la tornade est classée en intensité EF1 sur l'échelle de Fujita améliorée : les projections à distance restent modestes (hormis pour la caravane mais elle offre une grande prise au vent) et les vignes endommagées ne sont presque jamais brisées (exceptionnellement, quelques pieds anciens ou fragiles n'ont pas résisté).

Photographies des dégâts




Analyse de la cellule orageuse

La tornade de Paulhan s'est formée au sein d'une structure convective de nature supercellulaire qui s'est formée initialement en Catalogne, avant de traverser rapidement le Golfe du Lion et de gagner l'Hérault par sa bande côtière. L'animation radar ci-dessous met bien en évidence le transit de cette cellule très active, caractérisée par de fortes réflectivités. La supercellule a présenté une vitesse de déplacement voisine de 60 km/h, avec une phase tornadique qui a duré environ 25 minutes :



Analyse de la situation météorologique

La supercellule productrice de la tornade de Paulhan s'est formée au sein d'un très rapide flux de sud/sud-ouest piloté par un profond thalweg de haute altitude, étiré de la Scandinavie au Portugal. Cette configuration, bien identifiable sur la carte ci-dessous à gauche issue du modèle WRF-NMM 10 km Europe, est associée ce matin-là à des vents moyens de 150 km/h à 250 hPa au zénith de l'Hérault et à des advections froides à l'étage moyen dans l'axe du thalweg, qui progresse alors lentement vers le Languedoc :



Au sol, un complexe dépressionnaire est en place du sud-ouest de la France jusqu'à la Champagne. Il dirige en basses couches un rapide flux à dominante sud sur l'Hérault, dans lequel sont advectées de hautes valeurs de thêta'w, qui matérialisent une présence massive d'être chaud et très humide près du sol, comme en témoigne ces cartes issues du modèle WRF-ARW 5 km :

L'ensemble est associé à un jet de basses couches qui pointe en direction de l'Hérault et du Gard. Celui-ci assure une très forte hélicité relative près du sol, avec une SRH 0-1 km qui avoisine 200 m²/s² sur la zone de transit de la supercellule, comme l'illustre le modèle WRF-ARW 5 km ci-dessous à droite :


La mise en phase de ces forts cisaillements avec une instabilité latente marquée (MUCAPE proche de 1500 J/kg avec MULI de -3 à -4 K) ont produit un contexte propice aux tornades, comme en témoignent les valeurs de Significant Tornado Parameter supérieures à 2 produites sur l'Hérault par le modèle WRF-ARW 2 km dans son run initialisé 20.10.2019 à 09Z (ci-dessous à droite) :


Tous ces éléments sont conformes au profil vertical reconstitué pour le secteur de Paulhan à l'heure de la tornade. Ce profil montre la présence d'un environnement fortement instable (MUCAPE de 1881 J/kg et MULI de -6 K), très humide en basses couches (LCL à 64 mètres) et fortement cisaillé (SRH 0-1 km de 185 m²/s², SRH 0-3 km de 296 m²/s² et cisaillements profonds de 30 m/s) :


En savoir plus sur les tornades