Le lundi 15 octobre 2018, peu avant 9 heures locales, une tornade de très faible intensité (EF0) est observée à Gruissan, dans le département de l'Aude. Le phénomène, qui a pu être en partie filmé, prend part à un épisode méditerranéen intense et meurtrier, à l’origine d’une crue historique de l’Aude. 

La tornade de Gruissan s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées), qui totalise 2 cas pour la journée du 15 octobre 2018, dont la tornade EF1 de Narbonne survenue quelques dizaines de minutes plus tôt. Fait rarement observé en France, les deux tornades se sont formées dans un intervalle de temps très court et à seulement quelques kilomètres de distance l'une de l'autre. 
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF0, soit des vents estimés entre 105 km/h et 135 km/h
* distance parcourue : 1 kilomètre (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : GRUISSAN (port, le Pech, avenue de Narbonne) 
* département : AUDE (11)
* altitude moyenne du terrain : 8 mètres
* type de terrain : zones portuaires ; tissu urbain discontinu

* principaux dégâts : bateaux de plaisance retournés ; branches brisées ; mobilier de jardin en partie détruit ; abri de piscine arraché et projeté à distance ; quelques légers dégâts sur des bâtiments

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version). Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
 

Trajectoire de la tornade


© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

Un vrombissement très bref

Un peu plus d'une heure après une première tornade observée à Narbonne Plage, un second phénomène tourbillonnaire est filmé à Gruissan, commune limitrophe de Narbonne. La vidéo, largement diffusée dans les médias, est d'abord présentée à tort comme la tornade de Narbonne. En réalité, il s'agit bien d'une seconde tornade, filmée à la hauteur d'une agence bancaire près de l'étang de Gruissan. A l'appui de deux témoignages recueillis quelques jours après l'événement, une trajectoire d'environ 1 kilomètre a pu être reconstituée entre le port de Gruissan et le quai de l'Etang, selon un sens de déplacement du Sud-Est vers le Nord-Ouest

En raison d'inondations observées ce jour-là entre la plage de la Vieille Nouvelle et la pointe du port à sec, la tornade entre en réalité dans les terres à partir du port de Gruissan où les premiers dommages sont identifiés. Plusieurs bateaux de plaisance (stationnés à terre) de l'entreprise Bois & Yachting, sont couchés par le vent et en sens contraire. Le gérant de l'entreprise est témoin du phénomène.

En poursuivant sa course dans le quartier du Pech des Moulins, la tornade survole quelques habitations, dont celle de Sylvie Chatagner, témoin direct du phénomène dont l'un des voisins a failli être soulevé par le tourbillon. Le phénomène est décrit comme un "vrombissement très violent, [...] qui a duré 30 secondes". Concernant les dommages, un abri de piscine est aspiré par la tornade et retrouvé à une centaine de mètres vers le Nord-Ouest. Une partie du matériel est également emporté et déposé à contre-flux. Dans l'axe parcouru par la tornade, on retrouve également quelques dégâts sur les arbres (branches brisées) et sur une toiture.

Toujours en direction du Nord-Ouest et selon une trajectoire parfaitement rectiligne, la tornade traverse ensuite le bâtiment du parc des expositions, puis l'avenue de Narbonne où elle a pu être filmée. La vidéo permet de distinguer une masse venteuse et pluvieuse qui se dirige de la droite vers la gauche. Le vent, d'abord orienté du Sud-Est vers le Nord-Ouest (les précipitations sont chassées de la droite vers la gauche), bascule soudainement du Sud-Ouest vers le Nord-Est (une partie de la bâche du toit de l'abri de jardin est aspirée vers le rond-point). A ce moment précis, la tornade s'évacue en direction de l'étang et le ciel s'éclaircit :   


















Aucun témoin n'est en mesure de dire si la tornade a continué sa course au-dessus de l'étang de Gruissan, les mauvaises conditions météorologiques empêchant toute observation à cet instant précis.

Les deux photographies suivantes montrent les dommages occasionnés par la tornade sur les hauteurs du quartier du Pech des Moulins :

© Sylvie Chatagner


Compte tenu des faibles dommages observés, la tornade de Gruissan du 15 octobre 2018 est classée en intensité EF0 sur l'échelle de Fujita améliorée, avec des vents estimés autour de 120 km/h.

* * * 

Analyse de la situation météorologique

La tornade de Gruissan s'est formée sous une cellule convective de petite dimension et isolée, similaire à celle qui a donné naissance à la tornade de Narbonne mais avec une activité et une longévité moindres. Cette cellule est rapidement remontée en début de matinée depuis le Golfe du Lion vers le littoral de l'Aude. Elle est identifiable sur l'animation radar ci-dessous (08h30 - 09h00 locales par intervalles de 15 minutes) :



La situation météorologique en début de matinée de ce 15 octobre 2018 était dominée par la présence d'un complexe dépressionnaire d'altitude étiré entre le nord de la péninsule ibérique et la Bretagne. Celui-ci a positionné un axe de thalweg très dynamique sur la portion orientale des Pyrénées et généré un soulèvement puissant aux abords de l'Aude en seconde partie de nuit du 14 au 15 octobre. Cette configuration s'est traduite en haute troposphère par une forte diffluence, marquée par une sortie gauche et entrée droite simultanée de deux branches de courant-jet, la première axée à proximité de la Catalogne et la seconde étirée de l'Aquitaine au sud de l'Angleterre.









 
C'est dans ce contexte très dynamique qu'un front à tendance ondulante est venu s'étirer des Baléares à l'Aude et à la Bretagne en cours de nuit du 14 au 15 octobre. Une dépression de surface modérément creusée (1002 hPa à 00h TU) s'est temporairement calée sur la Catalogne et a accéléré le jet de basses couches qui s'était constitué sur son flanc nord-est. Cet axe de vents forts a dirigé vers la région de Narbonne une masse d'air instable au moment où de forts cisaillements étaient observés en basses couches. Le contexte a été ainsi temporairement propice à la formation de tourbillons de type trombe marine ou tornade. C'est ce dont témoigne le modèle à ultra-haute résolution de Keraunos (WRF-ARW 0,9 km France), qui présente une MLCAPE comprise entre 150 et 300 J/kg sur le littoral audois (ci-dessous à gauche) et y dirige des noyaux de STP qui oscillent entre 0,5 et 1 (ci-dessous à droite).


En savoir plus sur les tornades