Une tornade de faible intensité (EF1) a été observée au sud du département du Cher, le 28 juillet 2005, vers 17 heures locales. Le phénomène a été relayé par la presse locale.
 
La tornade de Sagonne s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 3 cas certains pour les journées des 27 et 28 juillet 2005 (24 heures glissantes) dont celui de Plouaret (Côtes-d'Armor) et d'Ivoy-le-Pré (Cher).

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 2 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : SAGONNE (église, château, la Croix Verte, la Motte Béraud)
* département : CHER (18)
* altitude moyenne du terrain : 200 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, prairies

* principaux dégâts : essentage d'ardoises du clocher endommagé ; plaques de béton de 50 kg, supportant des cheminées, emportées et écrasées au sol ; arbres centenaires déracinés ; peupliers vrillés ou brisés ; pot de fleur emmené à cinq mètres de hauteur ; couverture en tôle d'un bâtiment agricole envolée pour retomber une centaine de mètres plus loin

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF1 de Sagonne (Cher) du 28 juillet 2005
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Un tourbillon de poussière

La tornade de Sagonne a parcouru une distance d'au moins 2 kilomètres à travers le village, avant de subir une inflexion à l'approche d'un léger relief situé au Nord-Est du village.

Le phénomène, qui est annoncé par un bruit caractéristique, est visible depuis le hameau de la Motte Béraud : "Au hameau de La Motte, Alain Saulu et son beau-frère ont vu l'arrivée de la tornade sur Sagonne : « Ça faisait un ronflement incroyable, on voyait le tourbillon de poussière arriver. Nous avons eu juste le temps de rentrer pour fermer la porte. Par la porte, nous avons vu un pot de fleur resté sur la table de jardin, ça l'a emmené à cinq mètres de haut ! »" [La Nouvelle République du 29 juillet 2005].

Les dommages, caractéristiques d'une tornade d'intensité EF1, sont généralisés au sein du village, au carrefour de la Croix Verte et à la Motte Béraud : essentage d'ardoises du clocher de l'église endommagé ; plaques de béton de 50 kg, supportant des cheminées, emportées et écrasées au sol ; arbres centenaires déracinés ; peupliers vrillés ou brisés ; pot de fleur emmené à cinq mètres de hauteur ; couverture en tôle d'un bâtiment agricole envolée pour retomber une centaine de mètres plus loin.

Coupure de presse

La Nouvelle République fait part du phénomène dans son édition du 29 juillet 2005:

Sagonne dans la tornade

Encore sous le choc de la tornade qui était passée sur la commune la veille au soir, les habitants de Sagonne tentaient de réaliser hier matin ce qu'ils venaient de vivre en quelques minutes qui leur ont paru interminables.

Beaucoup de toitures endommagées, des arbres centenaires déracinés, mais aucun blessé. Miraculeusement, peut-on dire.

Au hameau de La Motte, Alain Saulu et son beau-frère ont vu l'arrivée de la tornade sur Sagonne : « Ça faisait un ronflement incroyable, on voyait le tourbillon de poussière arriver. Nous avons eu juste le temps de rentrer pour fermer la porte. Par la porte, nous avons vu un pot de fleur resté sur la table de jardin, ça l'a emmené à cinq mètres de haut ! »

Non loin de La Motte, au carrefour de la Croix-Verte, la couverture en tôle d'un bâtiment agricole s'est envolée pour retomber une centaine de mètres plus loin, à proximité de la nationale 76. Dans le bourg, Solange Justin s'est précipitée à l'étage pour fermer les fenêtres des chambres restées ouvertes : « Nous étions trois, nous n'arrivions pas à les fermer tellement ça soufflait fort. »

Au château, l'accès au pont sur les douves est barré : « Pas de visite », indique un écriteau juste avant un amas de tuiles tombées du toit. Par précaution, les enfants séjournant au centre équestre des Fontaines ont été déménagés de leur dortoir pour passer la nuit au centre socioculturel.

L'essentage d'ardoises du clocher a souffert lui aussi de la tornade, et des plaques de béton de cinquante kilos, coiffant les cheminées, ont été emportées comme des fétus de paille pour s'écraser au sol, dans la rue ou dans les jardins. Personne n'a été touché.