Une tornade d'intensité modérée (EF2) a frappé deux communes des Collines du Sancerrois (Cher) le 28 juillet 2005 vers 17h00 locales. Le phénomène a été confirmé par une enquête de terrain.
 
La tornade d'Ivoy-le-Pré s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 3 cas certains pour les journées des 27 et 28 juillet 2005 (24 heures glissantes), dont celui de Plouaret (Côtes-d'Armor) et de Sagonne (Cher).
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 12,5 kilomètres
* largeur moyenne : 150 mètres

* communes traversées : IVOY-LE-PRÉ (rue Sainte-Anne, route de la Chapelotte, forêt d'Ivoy, le Moulin Blanc), JARS (Nancray)
* département : CHER (18)
* altitude moyenne du terrain : 300 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, prairies, terres arables hors périmètres d'irrigation, forêts de feuillus

* principaux dégâts : environ 160 000 m² d'arbres de haute futaie de la forêt d'Ivoy déracinés ou cassés net ; toitures de dépendances de ferme envolées, avec projection de débris à plusieurs dizaines de mètres ; atelier de 120 m2 effondré ; hangars, dont certains bâtis en pierre, entièrement détruits ; toitures d'habitations arrachées ; benne poussée sur plus de 500 mètres ; silos agricoles tordus ou broyés

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF2 d'Ivoy-le-Pré (Cher) du 28 juillet 2005
© Keraunos (fond de carte : Géoportail) 
 

Des silos agricoles tordus ou broyés

Une enquête de terrain a été effectuée par Jean Dessens pour cette tornade. Elle permet d'attester d'un phénomène tourbillonnaire sur une trajectoire totale de 12,5 kilomètres et une largeur moyenne de 150 mètres.

Le phénomène, qui a débuté à l'Est d'Ivoy-le-Pré, a traversé la forêt d'Ivoy en y laissant une tranchée assez nette de 150 mètres de large. A Jars, la tornade touche sérieusement les secteurs du Moulin Blanc et de Nancray où des silos sont tordus ou broyés, et des hangars solidement bâtis détruits.

Les photographies ci-dessous illustrent les principaux dégâts causés par cette tornade :

Tornade EF2 d'Ivoy-le-Pré (Cher) du 28 juillet 2005 - Arbres déracinés ou brisés - Projections de tôles (c) http://www.ecosociosystemes.fr/depressions.html   Tornade EF2 d'Ivoy-le-Pré (Cher) du 28 juillet 2005 - Toiture en tôles entièrement arrachée avec écrêtement léger des murs extérieurs: (c) http://www.ecosociosystemes.fr/depressions.html
 
Tornade EF2 d'Ivoy-le-Pré (Cher) du 28 juillet 2005 - Le Moulin Blanc - Silos broyés ou tordus (c) - Jean Dessens   Tornade EF2 d'Ivoy-le-Pré (Cher) du 28 juillet 2005 - Jars (Nancray) - Dégâts divers (c) - Jean Dessens
© Jean Dessens
 

Les stigmates de la tornade encore visibles en 2011

Six ans après le passage de la tornade, la forêt d'Ivoy présente encore une tranchée, parfaitement visible sur des photographies aériennes réalisées en 2011. On note par ailleurs que le tourbillon a subi un évasement assez important qui, toutes proportions gardées, présente les mêmes caractéristiques que dans le bois du Fayt (Hautmont) après le passage de la tornade EF4 du 3 août 2008.


© Keraunos (fond de carte : Google Maps)

Coupure de presse

Le phénomène est repris par le quotidien La Nouvelle République dans son édition du 30 juillet 2005:

Toitures envolées, maisons soufflées, arbres déracinés : la tornade de jeudi soir a dévasté toute une partie de Jars et Ivoy-le-Pré. Hier, les habitants, encore sous le choc, tentaient de réparer les dégâts.

« On était avec les enfants sur la terrasse et, soudain, le vent s'est mis à souffler très fort, raconte Fabienne Navarro. On s'est abrité dans la véranda et on a vu le portique, les chaises, emportés dans une puissante bourrasque. D'un coup, la véranda a éclaté, le toit de l'appentis et des pans de murs en briques se sont écroulés sur ma voiture. Ça a duré dix minutes mais c'était terrible ! » Au 2, rue Sainte-Anne, à Ivoy-le-Pré, les dégâts sont considérables. Les pompiers ont bâché, jeudi soir, le toit de la maison de Fabienne, et hier, toute la famille était à pied d'œuvre pour enlever les briques, les branches et les morceaux de verre éparpillés sur des mètres à la ronde.

« Une vraie tornade s'est abattue sur la commune et ses proches alentours », déclare Étienne de Saporta, maire d'Ivoy. « Rien que pour cette zone, nous avons reçu plus de cent appels, précise Alain Ygnace, commandant des opérations de secours. Les tuiles – parfois, des toits entiers – d'une quarantaine de maisons se sont envolées. » La rue Sainte-Anne est certainement la plus touchée.      « Sur près de 800 m, la route de La Chapelotte a été bouchée par des arbres brisés et, au total, 500 hectares de forêt ont été détruits. »

Toujours à Ivoy, la bergerie du Moulin-Blanc est dévastée. « Mon atelier de 120 m2 s'est effondré, explique Christian Bardin, propriétaire de l'exploitation. Les tôles du hangar – qui abritait quatre silos à céréales – ont été soufflées. Il y a des morceaux de ferraille et de poutre partout dans les champs environnants. Le toit de la salle de traite et de la fromagerie a tout simplement disparu. » Des destructions qui fragilisent l'avenir de la bergerie : « Toute l'alimentation que j'avais stockée pour nourrir mes 240 chèvres et chevrettes a été réduite en poussière… ».

A Jars, des tas de ruines entourent le château de Nancray. « Là, cet amas de pierres, c'était un hangar, indique Jacky Chuard, agriculteur qui loue le château et ses dépendances. A l'intérieur, il y avait trois veaux : deux ont été tués ». Et un tracteur est toujours sous les décombres. Un deuxième hangar a été détruit et « cette benne a été poussée par la tornade sur plus de 500 m », raconte Sébastien, l'un des fils de Jacky.

Hier, les pompiers – grâce aux grandes échelles de Sancerre et Saint-Amand – ont pu bâcher le toit du château. « La quasi-totalité des tuiles ont été projetées alentour », continue Sébastien.

A Ivoy-le-Pré, comme à Jars, les voisins, les amis ont tous mis la main à la pâte pour faciliter le travail des sapeurs-pompiers. « On a constaté un fort élan de solidarité », précise Étienne de Saporta qui a conduit le sous-préfet, Philippe Lévesque, sur les lieux du désastre. Malgré l'ampleur du sinistre et le désarroi des victimes, l'état de catastrophe naturelle n'est pas déclaré. « Mais vous pouvez déposer un dossier pour l'obtenir, a indiqué le représentant de l'État au maire. Un conseil, en revanche : pour les assurances, il vaut mieux – pour être bien indemnisé – parler de pluie torrentielle plutôt que de grêle ou de vent violent. »

Un miracle que cette tornade n'a blessé personne.