Une tornade meurtrière de forte intensité (EF3) touche plusieurs communes du département du Calvados, dont Grainville-Langannerie, dans l'après-midi du 20 septembre 1973. Les dégâts sont très importants (végétation, habitations, véhicules).
 
La tornade de Grainville-Langannerie s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 3 cas pour la journée du 20 septembre 1973, dont celui de Fleury-les-Aubrais (Loiret) et de Sancy-lès-Provins (Seine-et-Marne). Deux personnes trouvent la mort durant cet outbreak.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Grainville-Langannerie (14) du 20 septembre 1973* intensité maximale : EF3, soit des vents estimés de 220 km/h à 270 km/h
* distance parcourue : 8 kilomètres (distance minimale reconnue à ce jour)
* largeur moyenne : 200 mètres

* communes traversées : MOULINES, SAINT-GERMAIN-LE-VASSON, GRAINVILLE-LANGANNERIE, BRETTEVILLE-LE-RABET
* département : CALVADOS (14)
* altitude moyenne du terrain : 130 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles, forêt et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : très nombreux arbres déracinés ou brisés; terrains boisés ravagés; pommiers déracinés; voitures renversées; toitures arrachées; hangars écroulés ou détruits; murs lézardés, déplacés, voire écroulés sur des habitations; nombreux débris projetés à plusieurs centaines de mètres
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade

 Cliquer sur la carte pour l'agrandir:
 
Trajectoire de la tornade EF3 de Grainville-Langannerie (Calvados) du 20 septembre 1973. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 
Cette trajectoire a été établie en fonction des informations disponibles (témoignages, coupures de presse, reconstitution du flux pour la journée du 20 septembre 1973).
  

Une tornade meurtrière en milieu rural

Les principales caractéristiques de la tornade de Grainville-Langannerie ont pu être obtenues grâce à des comptes-rendus de mairies sinistrées, et communiqués à Jean Dessens. D'après ces informations, la tornade aurait parcouru une trajectoire de 8 kilomètres, selon une orientation du Sud-Ouest vers le Nord-Est. La largeur moyenne du phénomène est estimée à 200 mètres
 
D'après la mairie de Grainville-Langannerie, "Il y avait un orage violent avec tourbillon montant vers le ciel ; le bruit était sourd et il y avait des éclairs". Une personne est également tuée dans cette commune, écrasée par la chute d'une partie d'une habitation.
 
Les dégâts provoqués par cette tornade sont localement importants et relèvent de l'intensité EF3 : voitures renversées, murs d'habitations lézardés ou écroulés, hangars détruits, projections à plusieurs centaines de mètres.
 

Un outbreak meurtrier remarquable

L'outbreak de tornades survenu le 20 septembre 1973 a sinistré onze communes, sans compter les nombreux autres dégâts venteux provoqués par la dégradation orageuse qui a traversé la France. Les trois tornades (dont deux phénomènes d'intensité EF3) se sont développées à seulement trois heures d'intervalle sur une superficie restreinte.
 
Au total, deux personnes ont trouvé la mort dans cet outbreak. A Augers-en-Brie (Seine-et-Marne), un ouvrier agricole est tué dans l'effondrement d'un silo à maïs. A Grainville-Langannerie (Calvados), une personne est également tuée, écrasée par la chute d'une partie d'une habitation.
 

Coupure de presse

Le quotidien régional Paris-Normandie consacre un article à l'événement dans son édition des 22 et 23 septembre 1973:

Dans la région de Falaise
La tornade dévaste trente fermes et trois écoles
Quatre blessés, dont deux graves

Tornade dans le Calvados

Le ciel est devenu archi-noir. A moins de cent mètres du sol, d'énormes cumulus filaient vers la mer, alors que le vent venait en sens contraire. Le thermomètre et le baromètre ont marqué une chute brutale. Tous les témoins s'accordent pour décrire ainsi les prémices de la tornade qui s'abattit, jeudi soir, sur trois communes rurales de la région de Falaise : Moulines, Saint-Germain-le-Vasson et Grainville-Langannerie. En quelques minutes, vers 18h, l'ouragan a dévasté une bande d'une centaine de mètres de large, sur une dizaine de kilomètres environ. A Saint-Germain, la commune la plus touchée, une cinquantaine d'exploitations agricoles ont subi des dégâts, notamment dans les vergers. Sur les trois communes, et sur celle voisine de Bretteville-le-Rabet, effleurée par le phénomène météorologique, trente maisons ou corps de ferme et trois écoles ont perdu au moins leur toiture et leur charpente...

Mais il y a malheureusement plus grave : à Saint-Germain-le-Vasson, le toit d'une grange s'est effondré sur trois personnes de la même famille. La grand-mère, Mme Bertin, 60 ans, n'a été que légèrement blessée, mais son fils, M. René Bertin, 36 ans, et son petit-fils, Thierry, 8 ans, sont grièvement atteints. L'enfant surtout qui a été écrasé par les moellons tombés d'une cheminée. A Bretteville-le-Rabet, une tôle en vol plané a blessé aux jambes un ouvrier agricole, M. Alain Sabine, 19 ans. Plusieurs voitures et sur un chantier une grue d'une douzaine de mètres et une bétonnière d'une demie-tonne ont été emportés ou culbutés par la tornade. Celle-ci s'est accompagnée d'un véritable déluge sur le Calvados. Les pluviomètres de la station météo de Caen-Carpiquet ont enregistré 43,5 mm d'eau de jeudi 7 h à vendredi 7 h, soit en vingt-quatre heures 69.60 pour cent de la pluviométrie moyenne de septembre dans le Calvados depuis la libération... Les pompiers de Caen ont reçu près d'une centaine de S.O.S. dans la soirée, pour des caves inondées le plus souvent. Près de Lisieux, la foudre est tombée sur une ligne de 15 000 volts, privant de courant une quarantaine de communes augeronnes.


 
NB : Ce cas a pu être documenté grâce à une collaboration entre Keraunos, François Paul (Climat-Energie-Environnement) et Jean Dessens (Anelfa).