Le 2 septembre 1864, vers 17h30, une tornade d’intensité modérée (EF2) parcourt le territoire de Plouër-sur-Rance (Côtes-d’Armor) d’ouest en est. Le phénomène, qui a été vu, est observé jusqu’au port Saint-Hubert. Les investigations cessent au-delà de la Rance. 
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 4,5 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : PLOUËR-SUR-RANCE (les Planches, les Landes, la Guérais, la Pommerais, le Port-Saint-Hubert)
* département : CÔTES-D'ARMOR (22)
* altitude moyenne du terrain : 50 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés ; territoires agricoles

* principaux dégâts : gros arbres brisés à deux mètres du sol ; pommiers retrouvés les racines en l'air ; toitures de maisons endommagées ou emportées ; une maison neuve "ruinée" (pas plus d'informations) et débris du toit retrouvés à 1 kilomètre ; toits de maisons et arbres arrachés et débris emportés dans les airs

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée (English version). Cette version de l'échelle EF, élaborée et mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen et permet ainsi une notation précise des tornades, valable autant pour les tornades contemporaines que pour les tornades du passé, et homogène internationalement.
 

Parcours de la tornade 


 
© Keraunos (fond de carte : carte de l’Etat-Major de 1820-1866)

"Sifflements, beuglements, miaulements"

P. Legiemble, prêtre de Plouër-sur-Rance, est le témoin d’une tornade qui se forme vers 17h30 à la frontière du territoire voisin de Pleslin. Il livre son récit à l’Union de Dinan : « Une trombe se forma qui, se dirigeant de l’ouest à l’est, laissa à droite la Rue, Saint-Maudan, le Pontbail, la Villée, but un grand coup dans l’étang des Planches et passa comme une charge de cavalerie au milieu de mon village. »

Le phénomène est décrit comme un entonnoir – ou cône allongé« dont la base était en l’air de quelques centaines de pieds, et dont le sommet rasait la terre ». Accompagné d’un bruit caractéristique comparé à des sifflements, des beuglements ou des miaulements, le tourbillon provoque des dommages principalement entre les Landes et le Port Saint-Hubert : gros arbres brisés à deux mètres du sol, pommiers retrouvés les racines en l'air, toitures de maisons endommagées ou emportées, débris emportés dans les airs. On signale également que la tornade « ruine » une maison neuve construite sur le champ de foire et disperse la toiture jusqu’à 1 kilomètre de distance.

Compte tenu des projections à distance et des dommages infligés aux toitures, la tornade peut être classée a minima en intensité EF2 sur l'échelle de Fujita améliorée. 

En savoir plus sur les tornades