Le 21 août 1856, en début de matinée, une tornade de faible intensité (EF1), issue d'une trombe marine, traverse l'île de Ré et endommage des bâtiments et des vignobles de la commune de la Couarde-sur-Mer qui se trouve sur son passage. Deux personne sont blessées.

La tornade de la Couarde-sur-Mer survient deux mois seulement après une autre tornade d'intensité EF1 qui avait touché les terres de l'Aunis le 10 juin.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Tornade de la Couarde-sur-Mer (17) le 21 août 1856intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 2,8 kilomètres (en territoires émergés)
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : LA COUARDE-SUR-MER (le Peu Ragot, fosse de Loix)
* département : CHARENTE-MARITIME (17)
* altitude moyenne du terrain : 4 mètres
* type de terrain : territoires agricoles ; forêts et milieux semi-naturels ; zones humides ; surfaces en eau

* principaux dégâts : vignes endommagées (grappes coupées net, feuilles et sarments arrachés) ; arbres déracinés (nature non précisée) ; tas de sel endommagé ; mur de clôture renversé ; tuiles et planches du toit d'une dépendance de moulin enlevées ; tuiles enlevées sur plusieurs autres toits ; une femme saisie par le tourbillon et roulée dans les vignes voisines ; nuage de sable et de feuilles de vignes présent dans le tourbillon
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade

 

© Keraunos (fond de carte : carte de l’Etat-Major de 1820-1866)

Un bruit semblable à celui d'une mer agitée

L'Echo Rochelais du 22 août 1856 revient sur une trombe marine qui a traversé l'île de Ré sur le territoire de la Couarde-sur-Mer, le 21 août 1856 vers 7 heures du matin.

Le tourbillon entre dans les terres au niveau de la dune du Peu Ragot, à l'Ouest du bourg. Il s'accompagne d'un nuage de sable, de sarments et de feuilles de vigne. Sur les vignobles qu'elle traverse, la tornade brise ou arrache les sarments aux ceps et coupe les grappes de raisins.

La tornade traverse ensuite les dépendances d'un moulin, dont elle enlève les tuiles et quelques planches du toit. Les ailes, dégarnies de leurs draps, tournent deux fois. Après avoir renversé un mur, la tornade projette des tuiles, des planches, des pierres et de la poussière sur un voyageur qui se rendait à Ars-en-Ré. Une femme, descendue de son cheval, est également roulée dans des vignes voisines, inondée d'eau et couverte de terre et de pierres. Sa coiffe est retrouvée à 300 mètres de là. Le cheval, quant à lui, ne reçoit aucune atteinte. Sur son parcours, la tornade déracine également des arbres, renverse un mur de 6 mètres de long, enlève des tuiles sur plusieurs toits et endommage un tas de sel.

Sur un parcours total de 3 à 4 kilomètres (2,8 kilomètres pour la partie terrestre ou pouvant être émergée), la tornade est décrite comme un long tuyau blanc sur fond noir, "tantôt se tordant comme une anguille, tantôt se roulant en nœuds." Dans son mouvement, le phénomène s'accompagne d'un bruit semblable à celui d'une mer agitée. Il se dissipe avant d'atteindre le Pertuis Breton.
 

En savoir plus sur les tornades