Le 1er octobre 1890, vers 15h45 locales, une tornade de faible intensité (EF1) traverse les usines métallurgiques de Fourchambault, dans la Nièvre. Le phénomène produit des dommages sur une faible superficie.
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 1,5 kilomètre (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 200 mètres

* communes traversées : COURS-LES-BARRES (la Loire), FOURCHAMBAULT (la Loire, usines métallurgiques, gare de marchandises)
* départements : CHER (18), NIÈVRE (58)
* altitude moyenne du terrain : 168 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, surfaces en eau

* principaux dégâts : gros arbres (dont des peupliers suisses) renversés ou brisés à 10 mètres du sol ; branches brisées et portées à faible distance ; dégâts légers sur les toitures des usines de Fourchambault et sur la gare de marchandises de chemin de fer (ardoises et tuiles aspirées et portées de bas en haut)

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade 



© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

Un gros nuage coloré en jaunâtre

C'est une tornade d'intensité EF1 qui a traversé les usines métallurgiques de Fourchambault, le 1er octobre 1890 entre 15h30 et 16 heures locales. Le phénomène, qui a fait l'objet d'une expertise détaillée par l'académie des sciences, a parcouru une distance d'au moins 1,5 kilomètre entre la rive gauche de la Loire (à l'époque, le fleuve était plus étendu) et la gare de marchandises de chemin de fer. La largeur du couloir de dégâts n'excède pas 200 mètres dans le périmètre atteint au niveau de la fonderie.

M. Doumet-Adanson, ingénieur de la fonderie et témoin du phénomène, livre un témoignage très précis sur le phénomène : "Jusque vers 3h30, le ciel avait été pur et l'atmosphère absolument calme, mais lourde. A ce moment un gros nuage, coloré en jaunâtre, s'avança rapidement de la direction ouest-nord-ouest, obscurcissant l'atmosphère et paraissant menacer d'une averse. Quelques instants après, les feuilles tombées commencèrent à tourbillonner sur le sol, et presque instantanément se produisit une trombe de vent d'une telle violence qu'en moins de 2 à 3 minutes une quinzaine des plus gros arbres du parc situé en avant de l'habitation du directeur, M. Fayol, furent brisés ou renversés. En même temps, d'importants dégâts avaient lieu sur diverses toitures des bâtiments de l'usine."

Le relevé des dommages permet d'identifier un axe de convergence, ainsi qu'une giration ascendante dans les dégâts causés sur les toitures (tuiles ou ardoises aspirées et portées de bas en haut).