Le 7 septembre 1856, durant la fête d'Arbois, une tornade de faible intensité (EF1) traverse l'église Saint-Just pendant une célébration. Deux personnes sont blessées, dont un enfant dont l'état inspire de vives inquiétudes.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Tornade d'Arbois (39) en septembre 1856intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : ARBOIS (église Saint-Just)
* département : JURA (39)
* altitude moyenne du terrain : 292 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles, forêts et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : fondations de l'église ébranlées ; bancs et chaises déplacés ; vitraux brisés
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade

© Keraunos (fond de carte : carte de l’Etat-Major de 1820-1866)

L'église Saint-Just ébranlée au passage du phénomène

Le dimanche 7 septembre 1856, le jour de la fête du Biou d'Arbois, une tornade de faible intensité (EF1) se forme au-dessus du mont de Pupillin et prend la direction de l'église Saint-Just, pendant l'heure de la messe.

Le phénomène est d'abord aperçu sous la forme de nuages de différentes teintes qui commencent à converger au-dessus du mont de Pupillin, au Sud-Ouest d'Arbois. Après avoir tourbillonné pendant un certain temps, les nuages se confondent en une masse conique noire, compacte, ayant la forme d'un cône renversé, et dont l'axe laisse échapper de nombreuses décharges de foudre.

En prenant la direction d'Arbois, la tornade rase le sol et se heurte à l'église Saint-Just qui est traversée par le tourbillon. D'après l'Echo du Jura, l'édifice tout entier est ébranlé, les bancs de l'église craquent, et certains vitraux sont brisés.

Au même moment, la foudre frappe la tourelle du clocher, et, après avoir descellé plusieurs pierres, renverse le sonneur, s'engage dans le cabinet de l'horloge, endommage la boîte qui garantit la pendule et arrête le mécanisme à 17h45. A l'intérieur de l'église, d'autres événements se produisent, mais il est difficile de les attribuer à la foudre ou à la tornade elle-même : les bancs et les chaises sont soulevés avec grand bruit, et un enfant est grièvement blessé dans des circonstances qui restent à éclaircir. Les témoins de cette scène d'apocalypse, croyant fuir le danger en s'échappant à l'extérieur, sont finalement retranchés dans l'édifice lorsqu'ils découvrent le déluge de pluie et de grêle qui s'abat sur la commune.

Deux personnes sont donc blessées suite à cette tornade. Le sonneur, qui a roulé du haut en bas de l'escalier du clocher, s'en sort avec quelques meurtrissures et un sillon profond mais sans gravité au niveau du crâne. Quant à l'enfant, son état est plus préoccupant : on pense qu'il restera paralysé, s'il ne succombe pas à ses blessures.

Compte tenu des dommages observés sur l'église, la tornade d'Arbois du 7 septembre 1856 peut être classée en intensité EF1 sur l'échelle améliorée de Fujita.


En savoir plus sur les tornades