Le 25 juillet 1842, une tornade d'intensité modérée (EF2) traverse la commune de Malviès (Aude) et provoque des dégâts matériels, notamment sur l'église. Aucun blessé n'est à déplorer.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Tornade de Malviès (11) le 25 juillet 1842intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 2,4 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : LAURAGUEL (la Salutière), MALVIÈS
* département : AUDE (11)
* altitude moyenne du terrain : 200 mètres
* type de terrain : territoires agricoles

* principaux dégâts : arbres déracinés, coupés en spirale ou horizontalement à quelques centimètres au-dessus du sol ; toitures entièrement détruites sur des habitations ; combles de l'église enlevés (petit édifice) et clocher renversé ; épis des récoltes égrainés ; meules emportées à faible distance, dont l'une en franchissant une habitation voisine ; documents d'archives de la commune retrouvés à 1500 mètres
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade



© Keraunos (fond de carte : carte de l’Etat-Major de 1820-1866)
 

Le clocher de l'église renversé

Le journal de Toulouse revient sur la tornade de Malviès dans son édition du 2 août 1842 : "Le petit village de Malviès, à 6 000 mètres de distance nord-ouest de notre ville, vient d’être ravagé par une trombe terrestre, qui a fondu sur cette localité, lundi dernier, vers les trois heures du soir. Ce terrible ouragan, mêlé de pluie et de grêle, agissant verticalement sur les frêles habitations de Malviès, a détruit en entier les toitures, broyé sur place les tuiles et enlevé plusieurs combles, notamment celui de l’église, sur lequel le clocher a été renversé, à tel point qu’on a trouvé la cloche à une certaine distance de la verticale, à laquelle elle correspondait."
 
Les dégâts sont assez importants et relèvent d'une intensité EF2 sur l'échelle de Fujita : arbres déracinés, tordus ou brisés à quelques centimètres au-dessus du sol, toitures d'habitations (dont la maison du curé) entièrement détruites, combles de l'église enlevés (petit édifice) et clocher renversé, épis des récoltes égrainés, meules emportées à faible distance, documents d'archives de la commune retrouvés à 1500 mètres. Fait marquant, une meule de paille, sur le sommet de laquelle dormait un moissonneur, est enlevée par la tornade et transportée à faible distance après avoir franchi une habitation voisine. Le travailleur en est quitte pour la peur.
 
D'autres dégâts sont signalés à la métairie de la Salutière, commune de Lauraguel, ce qui permet de valider une trajectoire minimale de 2,4 kilomètres. En revanche, le sens de déplacement de la tornade n'a pas pu être identifié. 
 

En savoir plus sur les tornades