Le 4 août 1776une tornade d'intensité modérée (EF2) remonte la vallée de l'Aude. Le phénomène, qui a pris naissance au niveau de la Montagne d'Alaric, produit essentiellement des dégâts sur la végétation.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Barbaira (11) du 4 août 1776intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 6 kilomètres
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : CAPENDU (Montagne d'Alaric), BARBAIRA, TRÈBES (bois de Millegrand, Millepetit)
* département : AUDE (11)
* altitude moyenne du terrain : 85 mètres
* type de terrain : territoires agricoles, forêts et milieux semi-naturels, surfaces en eau

* principaux dégâts : rivière Aude desséchée sur une grande surface ; gros peupliers abattus ; nombreux arbres déracinés et emportés dans les airs

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 
 

Trajectoire de la tornade

Cliquer sur la carte suivante pour l'agrandir :
 
Trajectoire de la tornade EF2 de Barbaira (Aude) du 4 août 1776. © Keraunos (fond de carte : Carte de Cassini du XVIIIe siècle)
© Keraunos (fond de carte : Carte de Cassini du XVIIIe siècle)

 

Une tornade à double vortex?

La tornade de Barbaira est aperçue entre la Montagne d'Alaric et le village de Capendu, vers trois heures de l'après-midi (de fait, ce lieu est considéré comme le point de départ du phénomène) : "elle prit sa route entre le village de Capendu et la montagne, et s'avançait sur le premier village en déracinant et faisant voler devant elle les arbres qui se trouvaient sur son passage" [L'Esprit des Journaux, 1776].
 
Le tourbillon est décrit comme suit : "sa base touchait à terre et ressemblait à un cylindre, dont la grosseur croissait jusqu'à la moitié de sa hauteur ; là elle diminuait, et semblait, en décroissant, se perdre dans les airs, en se recourbant sur elle-même, à peu près comme une crosse épiscopale. Sa couleur était souci foncé depuis le bas jusqu'à la moitié, et le surplus paraissait enflammé." Un bruit caractéristique, comparé à "des mugissements de bœufs réunis", accompagne cette tornade qui prend la direction de la rivière Aude.
 
A l'approche de l'Aude, la tornade semble se diviser en deux parties : l'une d'elles traverse la rivière qu'elle dessèche dans un espace assez grand, et abat plusieurs peupliers de grande dimension. Le phénomène prend ensuite la direction des bois de Millegrand, puis se dissipe près de Millepetit, soit 6 kilomètres à l'ouest-nord-ouest de son point de départ. Compte tenu du puissant assèchement observé sur la rivière (des pierres, des cailloux et du sable étaient à découvert), nous pouvons considérer que cette tornade a atteint une intensité EF2
 
Le dédoublement de cette tornade peut prêter à confusion, car il est fait mention d'un nuage, formé tout-à-coup au moment de la division, et qui a déversé de la grêle, puis une forte pluie. Il peut simplement s'agir de scud clouds (lambeaux nuageux) ou d'un nuage-mur vu de profil, et de nature non tornadique.
 
 

En savoir plus sur les tornades