Un épisode méditerranéen intense a concerné les Cévennes le 19 septembre 2020. Une forte instabilité a favorisé le développement d'orages diluviens, à l'origine de crues éclairs très importantes.

Des précipitations exceptionnelles

Les précipitations se sont révélées totalement exceptionnelles au cours de cet épisode, avec notamment une lame d'eau 24h de de 718 mm à Valleraugue dans le Gard dont 360 mm en 3h seulement. Le poste de Valleraugue a enregistré durant 4h des cumuls horaires supérieurs à 100 mm avec une pointe à 138 mm entre 10h et 11h locales. Des valeurs remarquables ont également été relevées sur d'autres postes :




La lame d'eau radar met en évidence l'axe de pluies diluviennes près des sommets cévenols :



Par son intensité et sa localisation, cet épisode n'est pas sans rappeler l'épisode orageux diluvien du 29 septembre 1900, qui avait déjà produit des lames d'eau exceptionnelles sur le secteur de Valleraugue.

Un épisode de catégorie R5++

Conséquence logique de ces précipitations extrêmes, classées R5++ sur l'échelle R développée par Keraunos, des crues éclairs se sont produites sur les bassins amonts de certains cours d'eau cévenols. Ainsi, l'Hérault à Valleraugue a gagné plus de 5 m en quelques heures seulement :




D'autres cours d'eau connaissent également des crues très rapides tels que le Gardon de Saint-Jean à Saint-Jean-du-Gard qui est monté de près de 4 m en seulement 30 minutes :




A Anduze, le Gardon a culminé vers 16h à 7.40 m :





Chronologie de l'épisode et analyse météorologique

Cet épisode s'est développé à l'avant d'un cut-off positionné aux abords du Golfe de Gascogne. Celui-ci a piloté un rapide flux de sud à sud-ouest près des Cévennes, dans un contexte rendu fortement divergent en haute altitude par une configuration simultanée d'entrée droite / sortie gauche de jet. Le fort soulèvement dynamique induit a été associé à un soulèvement orographique, accentué aux abords du Gard par un axe de convergence humide en basses couches. Cet axe s'est alimenté en hautes valeurs de thêta'w depuis la Méditerranée et a déclenché une convection profonde et durable grâce à la présence d'un réservoir d'instabilité latente très marqué dans le Golfe du Lion (MUCAPE > 2000 J/kg). C'est ainsi une situation très favorable à l'organisation d'une convection profonde et durable qui s'est mise en place sur les Cévennes.





Positionnées en sortie gauche d'un courant-jet circulant en Méditerranée, le flux d'altitude est resté durablement divergent sur les Cévennes. Par ailleurs, les vents à l'étage moyen (500 hPa - représentés en marron) étaient perpendiculaires au flux de basse couche (barbules), ce qui est favorable à l'organisation d'orages peu mobiles, à propagation rétrograde. L'instabilité venue du Golfe du Lion (plus de 2000 J/kg, en rouge) a contribué à entretenir la convection.


Image satellite Eumetrain

Néanmoins, comme le montre l'animation ci-dessous qui couvre la période 02h TU - 15h TU par pas de 1 heure, les images satellite thermiques ne font pas ressortir de structure en V évidente. On note une parfaite stationnarité du système et des tentatives d'organisation des sommets, mais ceux-ci ne présentent pas durablement l'ensemble des critères associés à une signature en V typique.



Les images satellite et les relevés pluviométriques confirment un amorçage du système orageux aux alentours de 04h locales. L'activité orageuse et pluvieuse s'est ensuite très nettement accentuée à partir de 08h locales, et s'est réalimentée sur la même zone jusqu'en début d'après-midi, soit un épisode stationnaire d'environ 7 heures au total. Le pic d'activité a été enregistré en matinée, et la dissipation totale a été constatée en fin d'après-midi.

De fait, l'épisode méditerranéen s'est nettement intensifié en matinée du 19 septembre avec le développement d'orages diluviens, à propagation rétrograde sur les contreforts des Cévennes. Le relief cévenol a donc subi des orages sans discontinuer durant plus de 10h, avec une activité électrique remarquable, de plus de 11.000 éclairs en 6h, dont 5.000 en 2h seulement entre 12h et 14h locales, au plus fort de l'activité :





Il en ressort une densité de foudroiement remarquable près de l'Aigoual avec plus de 200 éclairs/10 km² sur deux communes :



Témoignages