Des températures parfois supérieures à 35°C ont été enregistrées sur la France ce 14 septembre. Cette journée constitue la journée la plus chaude de septembre à l'échelle nationale, depuis l'après-guerre.

Un épisode de chaleur exceptionnel s'est mis en place durant le week-end des 12 et 13 septembre et s'est accentué ce 14 septembre.
Déjà samedi 12 et dimanche 13, des records de chaleur décadaires avaient été battus dans le sud-est de la France, près de la Méditerranée notamment. 

Une nouvelle bouffée d'air très chaud, véhiculée par un flux de sud a gagné la France ce 14 septembre. Une goutte froide positionnée sur l'Atlantique et un vaste dôme anticyclonique sur le centre de l'Europe sont responsables de cette vague de chaleur tardive. Ainsi, une masse d'air atteignant 20°C à 850 hPa (environ 1500 m) a gagné plusieurs régions de France. Le radiosondage de Bordeaux-Mérignac, tiré à la mi-journée confirme d'ailleurs une température de 20.0°C à 850 hPa.


Températures à 850 hPa et géopotentiels à 500 hPa le 14 septembre à 15h UTC


Des records mensuels ont été fréquemment battus notamment sur le centre de la France :



Il faut par ailleurs noter qu'il a fait encore plus chaud sur le sud du pays, avec des pointes à près de 38°C en Aquitaine :

- 38.7°C à Saint-Gladie (64) - station de classe 4 soumise à surchauffe
- 38.1°C à Navarrenx (64)
- 37.9°C à Orthez (64) - record mensuel
- 37.8°C à Belin-Belliet (33)
- 37.6°C à Dax (40)

D'autres records ont été battus dans le nord et le nord-est ce mardi 15 septembre. La barre des 35°C a été atteinte à Lille. A Paris-Montsouris, le record mensuel est resté intact mais il s'agit de l'après-midi de septembre le plus chaud depuis 110 ans sur la station.