Le super typhon Goni évolue dans le nord-ouest du Pacifique depuis plusieurs jours. Il a atteint son intensité maximale dans la journée du 31 octobre.

Le JTWC estimait ainsi sa pression au centre sous les 885 hPa, avec des vents soutenus sur une minute proches de 170 nœuds (315 km/h) avec des rafales supérieures à 350 km/h.
Les images satellite, sous les différents canaux, confirment un système extrêmement intense, avec un œil bien chaud, entouré d'une convection très profonde, aux sommets nuageux très froids (inférieurs à -90°C) :




De fait, Goni est devenu l'un des systèmes tropicaux les plus intenses jamais observés dans le monde. Sur ce bassin, il s'agit du typhon le plus intense depuis Haiyan en 2013, qui avait causé la mort de plus de 7000 personnes aux Philippines. Haiyan avait une intensité similaire à son pic d'intensité selon le JTWC.

L'imagerie micro-ondes de 18h UTC mettait clairement en évidence l'exceptionnelle intensité de Goni. La convection dans le mur de l'œil était à son paroxysme, extrêmement virulente et parfaitement symétrique. Une puissante bande spiralée sortait du mur de l'oeil :




Goni, de catégorie 5 pendant plus de 24h, a impacté les Philippines en fin de journée du 31 octobre. L'œil du typhon impacte l'île de Catanduanes et ses 210 000 habitants vers 20h30 UTC, dans les environs de Baras :




Des dégâts considérables sur l'archipel

Le typhon a causé des dégâts très importants. Le bilan provisoire fait état de 20 victimes :