La saison cyclonique de l'Océan Indien sud-ouest se poursuit en ce mois de mars. Elle s'est ouverte mi-novembre 2019 et devrait s'achever à la fin du mois d'avril prochain. Quatre phénomènes ont atteint pour le moment le stade de cyclone tropical : Ambali (remarquable par une intensification très rapide), Belna et Calvinia en décembre, puis Gabekile en février.

C'est désormais le cyclone Herold qui est en activité au large des côtes nord-est de Madagascar, avec une intensité en équivalent classe 1 sur l'échelle de Saffir-Simpson ce dimanche 15 mars. Il produisait ce matin dans sa portion la plus active des vents soutenus proches de 130 km/h, avec des rafales jusqu'à 160 km/h. Les modèles haute résolution envisagent une poursuite de son intensification, avec un maximum qui est pour le moment attendu dans la journée de demain lundi, où il pourrait atteindre un équivalent de classe 2, voire petit 3, sur l'échelle de Saffir-Simpson (vents soutenus proches de 170 à 180 km/h). Il tire profit en effet d'un environnement synoptique peu cisaillé et d'un afflux régulier en air humide sur son flanc nord.

Sa trajectoire doit le mener à environ 200 km au nord de l'île Maurice ce lundi en fin de journée et nuit suivante. Pour le moment, les conséquences sur l'île s'annoncent limitées, avec des rafales qui ne devraient pas excéder 80 à 90 km/h, accompagnées d'averses généralement éparses et sans cumuls significatifs. Ci-dessous, l'animation du champ de réflectivité composite du modèle WRF-ARW 5 km Global de Keraunos, qui met en évidence la trajectoire et la morphologie d'Herold prévues pour ces prochaines 48 heures :




Le modèle met par ailleurs en évidence un fort réservoir d'instabilité sur le flanc nord de la trajectoire du cyclone (deux premières cartes). Néanmoins, les conséquences en termes de pluviométrie et de rafales de vent sont envisagées modestes pour l'île Maurice et l'île de la Réunion (deux cartes suivantes).