Des orages peu mobiles et fortement pluvieux ont concerné le nord-ouest de la France ce samedi 9 mai. D'autres, de nature supercellulaire, ont touché l'Aquitaine, et plus sporadiquement l'Allier avec chutes de grêle parfois fortes. 


Supercellule vue depuis Bourg-de-Gironde par Corentin Bayoux


Forts cumuls de pluie localisés sur le nord-ouest, tornade dans le Morbihan

L'activité orageuse sur le nord-ouest de la France s'est manifestée sous la forme de clusters multicellulaires (occasionnellement quelques amorces supercellulaires) bien pluvieux. Une convergence de basse couche, étirée dans le flux général, a favorisé la mise en place d'une convection peu mobile, occasionnant donc parfois de forts cumuls de pluie en peu de temps.
Ainsi, des inondations locales ont été observées, comme dans le Maine-et-Loire, la Loire-Atlantique, en Bretagne où de forts ruissellements ont nécessité l'intervention des secours :






La lame d'eau radar estime que des cumuls de 50 à 70 mm ont été relevés sur le sud du Maine-et-Loire (54 mm relevés par un pluviomètre à Vihiers), le sud Loire-Atlantique, le centre Bretagne (du Finistère aux Côtes-d'Armor), le nord Mayenne, le sud Manche et l'ouest de l'Orne.


Lame d'eau radar sur le nord-ouest - Infoclimat.fr


Dans le Morbihan, à Langonnet, une tornade a été filmée et a provoqué des dégâts sur des hangars et des habitations. Une enquête a été ouverte afin de déterminer l'intensité de la tornade :


Dégâts à Langonnet (56) - Le Télégramme

Des orages également peu mobiles et très pluvieux ont ensuite concerné le bassin parisien. Sur l'ouest de la capitale, il est tombé 50 à 70 mm de pluie en quelques heures seulement, produisant des inondations urbaines par ruissellement.



Supercellules en Aquitaine

Plus au sud, de l'Aquitaine à l'Allier, des structures convectives plus complexes, prenant parfois la forme de supercellules ont produit des chutes de grêle localement fortes. Des diamètres de 2 à 3 cm ont été signalés sous ces orages. 




Là aussi une convergence de basse couche a généré des cisaillements plus marqués, qui combinés à l'arrivée d'un forçage d'altitude a permis ces déclenchements convectifs.


Supercellule, de type HP, vue sur Langon en Gironde par Benjamin Porée


L'animation radar montre l'évolution de ces structures supercelluaires, dont les premières ont pris naissance sur le Médoc en Gironde puis se sont organisées le long d'un axe de convergence de basse couche. Les fortes réflectivités radar témoignent des chutes de grêle parfois fortes. On note par ailleurs le développement d'autres supercellules, au nord de Pau ou sur les Landes avec déviation assez nette par rapport au flux directeur :




On distingue sur l'image satellite thermique les structures convectives vigoureuses qui ont frappé l'Aquitaine. A 18h TU, des sommets pénétrants atteignant -70°C étaient identifiés, notamment sur le nord des Landes. 




Plus de 25.000 éclairs ont été détectés sur la période 6h-6h lors de cette dégradation. On distingue sur l'animation foudre la faible mobilité des orages sur le nord-ouest et le bassin parisien :



Photos de la journée

Des clichés des orages durant cette journée du 9 mai sont présentés ci-dessous :