Une situation de marais barométrique a favorisé le développement d'orages sur le sud de la France ce 25 avril.


Orage dans l'ouest de la Haute-Garonne le 25 avril en fin de journée - Caroline HELLEC


Des orages plus nombreux que les jours précédents ont éclaté sur la France ce samedi 25 avril. Une situation dite de marais barométrique persiste depuis plusieurs jours sur le pays, dans un contexte toujours chaud pour la saison. La masse d'air est devenue plus instable ce 25 avril avec fréquemment 1000 J/kg de MUCAPE, notamment sur le sud-ouest du pays, ce qui commence à devenir significatif.
Malgré l'absence de réel forçage d'altitude favorisant une organisation de la convection, les orages sont parvenus à éclater au sein d'axes de convergence des vents près du sol. Cette situation de "flux mort" est favorable au développement d'orages lors de journées chaudes.
La carte satellite ci-dessous, couplée au champ de vent près du sol montre bien l'anarchie qui règne au niveau des vents en surface. Ils sont en tous les cas très faibles, tendent à converger. C'est au sein de ces axes de convergence (parfois très localisés et soumis aux effets de reliefs peu prévisibles) que les nuages parviennent à bourgeonner et parfois à évoluer jusqu'à l'orage :


Image satellite à 15h UTC et champ de vent près du sol - EUMETRAIN


Ce type d'orages, très peu organisés, généralement peu durables, se manifestent le plus fréquemment sous la forme de monocellules ou de clusters mutlicellulaires. Ces orages, par manque de cisaillements, tendent à s'étouffer assez rapidement. Mais en l'absence de flux significatif, ils sont assez peu mobiles, et produisent donc des chutes de petite grêle abondantes et parfois de fortes lames d'eau
On identifie clairement les zones les plus touchées par les pluies sur la lame radar ci-dessous. Des noyaux de précipitations dépassant localement les 50 mm en quelques heures sont suggérées par l'estimation radar :


Lame d'eau radar estimée


L'activité électrique s'est révélée soutenue. L'empreinte foudre de cette journée montre clairement que les orages évoluent de façon anarchique. En l'absence de flux, ils ont la plupart du temps pas transportés par les vents d'altitude mais tendent à naître et mourir sur place avant que de nouvelles cellules ne prennent naissance à proximité immédiate (grâce au forçage induit par les courants de densité des orages en cours). On a comptabilisé plus de 32 000 éclairs sur la journée du 25 avril :





Photos de la journée

Des clichés des orages durant cette journée du 25 avril sont présentés ci-dessous :